Affichage des articles dont le libellé est histoire. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est histoire. Afficher tous les articles

13 mai 2019

Disparition d'Agatha Christie : Le secret de Newlands Corner


Que s'est-il passé à Newlands Corner dans la nuit du 3 au 4 décembre 1926 ? La voiture d'Agatha Christie a été retrouvée au bord d'une carrière, sans sa célèbre propriétaire, évanouie dans le Comté du Surrey. Trompe-l'oeil, faux-semblant, vraisemblance, avec une nouvelle hypothèse le puzzle est-il enfin reconstitué ?

(4e partie)

Le samedi 4 décembre 1926 à 6h20 du matin, un certain McAllister aide une femme stationnée non loin de Newlands Corner à redémarrer sa voiture. Cette femme est-elle Agatha Christie ?
La probabilité pour qu'une autre femme, correspondant à la description de la célèbre romancière, se soit trouvée ce matin du 4 décembre 1926 à proximité de l'endroit où l'on a retrouvé la Morris Cowley d'Agatha Christie paraît pourtant faible.
Les reportages des journaux de l'époque sont inévitablement confus. La biographe Laura Thompson écrit* "Cet homme a d'abord été nommé Ernest Cross, puis Edward McAllister". Et plus loin elle précise "C'était (...) presque comme s'il s'agissait de deux hommes différents, puisque 'Cross' a décrit le radiateur de voiture comme 'assez chaud' et de forme carrée (...) tandis que McAllister a déclaré qu'il était froid. Dans chaque reportage, on dit que la femme (...) a pris la route en s'éloignant de Newlands Corner."
Il ne semble indiqué nulle part que le témoin McAllister ait remarqué la marque de la voiture ou son modèle. L'homme précise juste qu'il s'agissait d'une quatre places. Il dit "J'ai vu une voiture avec une femme à l'arrière". La phrase exacte est "I saw a motor car with a woman standing at the back of the car." La femme se trouve-t-elle "assise à l'arrière" ou "debout à l'arrière de la voiture", sous-entendu "à guetter si quelqu'un passe"?

Andrew Norman** relate que, selon le témoin McAllister, la voiture est stationnée à 300-400 mètres de la jonction de Trodds Lane et de l'A25, qui est une sorte de Y juste avant le fameux point culminant touristique de Newlands Corner. Le témoin précise que l'avant de l'automobile est placé dans la direction de Merrow, village situé à l'Est de Guilford. La direction est celle dans laquelle il se dirigeait lui-même, puisqu'il est écrit qu'il allait travailler dans Merrow Lane, qui se trouve un peu plus loin vers le Nord. Toujours selon McAllister, après avoir démarré la voiture de cette femme, celle-ci a conduit l'automobile très lentement en descendant la colline (Trodds Lane) vers le village de Merrow, en s'éloignant de Newlands Corner.
Pour Andrew Norman "Si c'était la voiture abandonnée (ndr. la voiture qui dans ce cas serait abandonnée accidentée ensuite) la femme a dû faire demi-tour et monter la colline derrière lui."

Cette scène est d'ailleurs pour le moins étrange. Imaginons cette femme assise dans sa voiture. Il est 6h20 du matin en décembre. Il fait nuit et froid. Que serait-elle devenue si McAllister n'était pas passé ce matin-là à vélo ? Serait-elle restée à cet endroit à attendre le passage d'une autre personne ? Comment aurait-elle pu héler une autre voiture depuis l'intérieur de la sienne ? Et si elle était debout dans la nuit et le froid à l'extérieur de la voiture, depuis combien de temps s'y trouvait-elle ?

Agatha Christie aurait-elle conditionné toute sa stratégie d'accident et de disparition à la présence et à la volonté de ce McAllister ? D'autant que si elle avait rencontré une autre personne plus tard la suite des événements se serait déroulée autrement. Le récit de cette disparition temporaire à Newlands Corner a montré une augmentation du nombre de curieux avec le lever du jour.
Une hypothèse par laquelle la romancière aurait attendu toute la nuit au froid dans sa voiture, dans le seul but d'aller la fracasser au petit matin, le plus discrètement possible, en dévalant l'autre versant de la colline, est hasardeuse. Quand bien même elle aurait auparavant fait demi-tour plus loin dans Trodds Lane.

En conséquence, la voiture de la romancière a probablement été accidentée le samedi 4 décembre vers 5h-5h30 du matin, la femme vue par le témoin McAllister est probablement Agatha Christie, mais la voiture démarrée n'est pas sa bien-aimée Morris Cowley.
A la suite de cela la direction prise par la mystérieuse voiture et sa conductrice est celle de Clandon et puis vraisemblablement Londres.

Les indices du passé

Dans les ouvrages d'Agatha Christie, les substitutions, notamment les personnages venant prendre la place d'une autre personne, ne sont pas rares. On rencontre aussi les homonymies, comme dans L'Affaire de la femme disparue (The Case of the Missing Lady), une nouvelle d'abord publiée au Royaume-Uni en octobre 1924 dans la revue The Sketch°. Pour rappel, Agatha Christie a acheté sa voiture, une Morris Cowley, en 1924.
Dans L'Affaire de la femme disparue, les détectives privés Tommy et Tuppence Beresford recherchent Hermione Leigh Gordon, la fiancée d'un de leurs clients, Gabriel Stavansson. Ils se rendent au village de Maldon où est censée se trouver la disparue. Sur place, ils n'en trouvent aucune trace. Tuppence se rend alors compte qu'il y a deux villages du même nom, situés dans deux comtés différents.

Deux mois après la publication de L'Affaire de la femme disparue, en décembre 1924, la reine du roman policier publie une autre nouvelle, dans la revue The Grand Magazine°. Intitulée La Métamorphose d'Edward Robinson, l'histoire parle d'une étrange erreur de voiture.
Le héros a acheté, à la manière d'Agatha Christie, une élégante voiture grâce aux 500 Livres Sterling gagnées à un concours. Après quelques tours de roues, Edward Robinson s'arrête quelque part dans le but d'admirer un paysage se trouvant un peu éloigné de l'endroit du stationnement.
Depuis le bord de la route, il prend un chemin menant au point de vue, profite du paysage, puis revient vers sa voiture en empruntant, sans vraiment s'en apercevoir, un chemin différent. Il débouche en fait un peu plus loin, mais près d'une voiture identique à la sienne. Sans prendre garde, il monte dedans et part avec. C'est en fouillant plus tard dans la boîte à gants qu'il découvrira un collier de diamants et réalisera qu'il conduit la mauvaise voiture. Heureusement pour lui, il y a aussi un petit mot avec le collier.

Le rendez-vous de Londres

Le vendredi 3 décembre 1926 au matin, après sa dispute avec son mari et que ce dernier ait quitté la maison de Styles pour rejoindre sa maîtresse, Agatha Christie décide de prendre sa Morris Cowley et de partir pour une destination inconnue. Elle est cependant de retour pour le repas du midi.
Ce jour-là, Charlotte Fisher, secrétaire, gouvernante et confidente de la romancière, avait pris sa journée et se trouvait à Londres chez sa soeur. Elle devait rentrer le soir tard. Avant de partir vers 22h, Agatha Christie lui laisse une lettre dans laquelle elle lui demande d'annuler une réservation pour un Weekend prévu dans le Yorkshire et lui indique qu'elle lui ferait savoir où elle allait. Mais la lettre ne s'arrête pas là, elle est l'expression de sentiments d'Agatha Christie face à sa situation personnelle**. Un contenu allant bien au delà d'instructions données à une secrétaire, comme une lettre écrite pour être lue par d'autres personnes que sa destinataire.

A Londres, vivait une amie d'enfance d'Agatha Christie, Nan Pollock, la soeur de James Watts (le mari de sa soeur Madge). Nan Pollock s'était remariée avec un certain George Kon, par ailleurs ami d'Archie*, avec qui il jouait au golf **.
Andrew Norman écrit "Quelle relation étroite Agatha avait-elle avec Nan Kon, qui était presque deux ans son aînée et qu'elle connaissait depuis son enfance ? Très proche selon Agatha."
Après les débuts difficiles au volant de sa Morris Cowley en 1924, Agatha Christie avait depuis lors sillonné en de nombreuses occasions la campagne anglaise et savait conduire avec une grande facilité dans les rues de Londres. Il lui arrivait aussi de conduire la voiture de son mari, un modèle de gamme supérieur, une Delage. "La Delage nous a donné à tous deux beaucoup de plaisir. J'ai adoré la conduire, (...)" dit-elle dans sa biographie.

Depuis Styles, une autre mystérieuse affaire

Le matin du vendredi 3, la romancière a pu se rendre à Londres afin d'obtenir de son amie Nan une seconde voiture pour la nuit suivante et convenir avec elle, et sans doute aussi avec Charlotte Fisher, du lieu de stationnement pour une substitution. Elle leur offre de participer à l'une de ses énigmes. Le mari de Nan était d'ailleurs parti de chez lui cette nuit-là. Le changement de voiture orchestré par Agatha Christie devant avoir lieu près de Newlands Corner. Il n'était pas possible de parler de ce projet en passant par une communication téléphonique.

Pourquoi Newlands Corner ? Parce que ce lieu élevé et connu se trouvait proche du célèbre et légendaire étang de Silent Pool et qu'Agatha Christie passait régulièrement auprès des deux pour rendre visite à sa belle-mère. Elle les connaissait.
Judith, la fille de Nan Kon, avait dix ans au moment de la disparition. Selon la biographe Laura Thompson, à la fin de sa vie, Judith a laissé filtrer quelques indications. Laura Thompson écrit* "Le matin du vendredi 3, elle (ndr. Agatha Christie) se rendit à Londres pour rendre visite à Nan et discuter du plan, avant de retourner à Styles pour le déjeuner."
On peut tout autant imaginer que l'héroïne de cette énigme non résolue depuis 1926 a sollicité cette nuit-là l'aide de son beau-frère Campbell Christie et que la lettre lui étant adressée qui a été postée le samedi 4 au matin ne soit qu'un leurre, envoyée uniquement pour donner le change. Comme dans les romans de détectives Campbell Christie n'est-il pas le personnage dont on parle le moins ? De plus il a détruit la lettre postée à Londres après l'épisode de Newlands Corner, pour ne conserver que l'enveloppe.

L'énigme de Newlands Corner

Le lancement d'une automobile depuis la colline de Newlands Corner en pleine nuit, en roue libre, parait difficile à réaliser, hasardeux, et pour tout dire peu vraisemblable. L'idée d'une descente au volant, avec les cahots, l'éclairage limité des lampes, le risque pour les pneus, tient davantage de la cascade pour un film. Or, la voiture retrouvée était peu abimée et sa propriétaire n'a pas subi la plus petite blessure corporelle.

Qu'entend-on dans la nuit du 3 au 4 décembre 1926 dans les environs de Newlands Corner ? Le silence de la campagne anglaise dans l'hiver déjà présent. Un silence pouvant être rompu par le cri d'un oiseau de nuit ou par l'aboiement d'un chien dans une ferme isolée. Ou encore par une voiture des années 20 pétaradant sur l'A25 vers minuit au sommet de la colline. Laura Thompson* rapporte qu'un témoin "a également fait référence à une gitane, (...) qui a dit qu'elle avait entendu une voiture se déplacer vers minuit sur le sommet de Newlands Corner."

Le soir du vendredi 3 décembre vers 21h45-22h, Agatha Christie se rend à Londres ou dans un lieu convenu du Sud-Ouest de Londres pour rencontrer la personne ayant accepté de conduire la seconde voiture et la précéder jusqu'à Newlands Corner. Les acteurs parviennent au croisement principal de Clandon et prennent l'A25 en direction de Newlands Corner (Shere Road). Vers minuit les deux voitures arrivent en haut de la colline, ce qui provoque un bruit inhabituel en cette nuit glaciale.
La seconde voiture est stationnée dans Trodds Lane, l'avant placé vers le village de Merrow. Agatha Christie ramène ensuite l'autre personne à Londres. Il est autour de 1h00 du matin. Elle peut se reposer quelques heures en attendant de repartir pour Newlands Corner.

Autour de 5h00 du matin, Agatha Christie arrive de nouveau à Newlands Corner. Cette fois-ci, elle continue vers Albury. Environ 1,3Km plus loin, juste avant Silent Pool, elle tourne à droite dans Water Lane, qui à cette époque est un chemin de terre, et qui, pour la partie longeant la carrière, semble l'être encore de nos jours. Puis elle roule jusqu'à l'endroit où sa voiture a été retrouvée. Elle la dirige sur sa gauche vers un buisson. Ou sur sa droite si elle a préféré tourner plus loin à droite vers l'A248 et remonter un peu plus loin à droite dans Water Lane.
La distance la séparant de la seconde voiture est d'environ 1,2Km. Le chemin qu'elle emprunte pour rejoindre Newlands Corner à pied est en pente ascendante. Agatha Christie emporte son attaché-case mais préfère laisser son manteau de fourrure dans la Morris Cowley pour s'alléger et pouvoir mieux se déplacer en marchant. De retour en haut de la colline de Newlands Corner, elle bifurque à gauche dans Trodds Lane. Elle sait que la seconde voiture est à proximité. Elle l'aperçoit, s'en approche et s'asseoit enfin à l'arrière pour se reposer un peu de son aventure nocturne.

A 6h20, Edward McAllister redémarre une voiture dont le moteur, trop froid, n'a pas pu être remis en route par Agatha Christie. La romancière s'éloigne ensuite vers Clandon puis vers Londres, pour rendre l'automobile à son propriétaire.

Avec cette hypothèse, la réponse à la question "Que serait devenue Agatha Christie si McAllister n'était pas passé à cette heure-là à vélo ?" est d'évidence qu'elle serait restée dans Trodds Lane à attendre le passage d'une autre personne. L'heure de son départ vers Londres devient relativement moins important. Qui pourrait, de ce côté de la colline, établir un lien entre cette femme en panne de voiture allant en direction de Merrow et une Morris Cowley abandonnée près d'Albury dont il ignore même l'existence ? L'inverse étant plus improbable encore.
La possibilité que la femme en panne dans Trodds Lane ne soit pas la romancière aurait seulement comme conséquence de différer le lieu où Agatha Christie a rejoint la seconde voiture.
En tout état de cause, l'hypothèse d'une seconde automobile relègue l'heure de 'l'accident' un peu au second plan de l'histoire. Peu importe l'heure, l'essentiel est que les protagonistes se soient concertés sur celle-ci.


Photo : Affiche de personne disparue du 9 décembre 1926. Diffusée par la police du Comté de Berkshire, dans lequel vivait Agatha Christie lors de sa disparition.
* Laura Thompson - Agatha Christie An English Mystery - Google Books
** Andrew Norman - The Disappearing Novelist - Google Books
° Wikipedia 
modifié le 08/12/20

09 juin 2017

Après ceux de RMC, fin des blogs de L'Obs

"Pour des raisons à la fois éditoriales et techniques, l’Obs a décidé de fermer cette plateforme à compter du 30 juin 2017."

Blogueurs de L'Obs : La Grande Vadrouille

  
 
Share


En écrivant des posts thématiques sur un site ayant une forte notoriété et ouvert à tous on obtient une certaine visibilité, un bon référencement dans les moteurs de recherche et par conséquent de nombreuses vues à la clé.
Si on est nouveau en ligne, on ne s'imagine pas que le site puisse être racheté et disparaître dans les mois suivants, comme l'a été le Post.fr.
En écrivant plus tard des posts thématiques sur une plateforme attachée à un site ayant une forte notoriété et ouverte à tous on obtient une visibilité certaine, un référencement souvent dans les 20 minutes (sourire) et parfois avec le sous-titre "mobilier du nouvel obs" ce qui est très "fun" et par conséquent avec de nombreuses connexions (enfin sans doute parce les statistiques ont finalement disparu de l'administration du blog [...] ).
On ne s'imagine pas forcément cette fois-ci, qu'après avoir vu un jour d'avril 2017 (ou était-ce une nuit ?) l'absence totale de mots-clés sur la page de la célèbre plateforme (il fallait le voir pour le croire), puis celle-ci étant repartie à la hausse et tout étant redevenu normal, qu'elle s'écroulerait finalement dans les semaines suivantes.
Le malade est mort guéri. Ainsi va la vie du Net.
Les blogueurs concernés doivent migrer ailleurs et les outils ne manquent pas. Une grande vadrouille les attend car faire le bon choix pour eux n'est pas si facile et pour obtenir un grand nombre de visiteurs, il leur faudra être patients. Les journalistes et invités blogueurs sont silencieux sur l'arrêt définitif qui devrait avoir lieu le 30 juin prochain.

RMC.fr supprime les blogs perso. Sans prévenir...

  
 
Share
Le site RMC.fr a décidé de supprimer les blogs personnels sans informer au préalable, ni les blogueurs, ni apparemment son fournisseur de service Blogorama.fr.TEMOIGNAGE
Le 1er mai 2013, je reçois un email débutant par "Cher Blogueur, Attention, vous avez EN ATTENTE : 1 commentaire(s) non lu(s)" . N''utilisant pas trop ce blog, je décide malgré tout d'aller lire ce commentaire mais je ne peux obtenir (que) la page d'accueil du site RMC.fr.
Ici, j'imagine un problème technique en raison du 1er mai et ça ne va pas plus loin. Le 2 mai, je tente de nouveau l'accès et c'est toujours impossible. Je tape l'adresse de mon blog "florentb.rmc.fr" dans la barre du navigateur et j'obtiens ce message dans lequel RMC.fr, à posteriori, indique une possible solution au problème pour les blogueurs grâce à blogspace.fr :
 
Ici le lien de redirection de mon blog vers message à en-tête de RMC.fr (http://www.blogorama.fr/rmc.php)
Cependant, le 3 mai, pour m'informer, je découvre ce qu'est la plateforme blogspace.fr, dont la page d'accueil ressemble beaucoup à celle (ex) de RMC.fr. Et je prends connaissance de ce message de Blogorama.fr, qui motive ce post de témoignage. Il y est notamment précisé :"Cette décision a été prise par RMC sans que nous soyons avertis, nous sommes désolés pour cette interruption de service et désolés si certains ont cru que leur blog était supprimé."
 
A noter que Blogorama est une importante plateforme de blogs, que ce message ne préjuge pas des relations existant entre cette société et RMC.fr mais que j'estime un peu cavalier de la part de RMC.fr de ne pas avoir prévenu ses blogueurs de son intention.

-Publié avec MàJ sur sofb.fr le 9 juin 2017 à partir de deux posts antérieurement publiés sur livepost.blogs.nouvelobs.com, certains liens peuvent ne plus répondre-

03 juin 2017

Présidentielle : Une malédiction pour les anciens premiers ministres ?

Suite à la fermeture de la plateforme des blogs de L'Obs, voici la copie d'un post publié en avril 2017 :
Pixabay.com

François Fillon et la malédiction des premiers ministres

  
 
Share
François Fillon ne sera pas au second tour de l'élection présidentielle de 2017. Il n'était pourtant pas le premier ministre sortant. Y a t-il une malédiction pour les anciens premiers ministres de la République ?

En consultant la liste des présidents de la Ve République de 1958 à 2012 on peut constater en effet qu'une sorte de malédiction guette les premiers ministres de la France qui ont des ambitions politiques au delà de la fonction pour laquelle ils sont nommés par le Président de la République. Cela ne semble pas s'arrêter à 2012. Pour être élu président, ne faut-il pas de préférence avoir été seulement ministre d'un gouvernement, ou même pas du tout ?

Georges Pompidou a géré mai 1968, traversé une dissolution de l'Assemblée Nationale, et de part les circonstances (majorité absolue de l'UNR et départ du Général de Gaulle), il fait exception avec Jacques Chirac, mais est décédé en cours de mandat.

Maurice Couve de Murville a ensuite été battu par Michel Rocard à l'élection législative partielle d'Octobre 1969.

Jacques Chaban-Delmas s'est présenté à l'élection présidentielle de 1974. Avec 15,1% des voix il n'arrive qu'en troisième position derrière François Mitterrand et Valéry Giscard d'Estaing.

Jacques Chirac n'obtient que 18% des suffrages exprimés au premier tour des élections présidentielles de 1981, se trouvant derrière Valéry Giscard d'Estaing et François Mitterrand. En 1988, il ne recueille au 1er tour que 19,94% des suffrages exprimés.

Raymond Barre n'obtient au premier tour des élections présidentielles de 1988 que 16,53% des suffrages, se situant derrière François Mitterrand et Jacques Chirac.

Laurent Fabius est marqué lors de son passage à l'Hôtel Matignon par deux scandales qui freineront ses ambitions présidentielles en 1986 et il arrive en troisième position lors de l'investiture du PS pour la présidentielle de 2007, avec 18,66% des voix des militants.

Michel Rocard subit de plein fouet sa performance à l'élection européenne de 1994 (14,49%). Son résultat mettra un terme à ses ambitions.

Edouard Balladur ne recueillera que 18,58% au premier tour de l'élection présidentielle de 1995 et arrivera troisième derrière Jacques Chirac et Lionel Jospin.

Alain Juppé est pris dans différentes affaires judiciaires au début des années 2000, qui freineront son ambition et il se retrouvera candidat malheureux à la primaire de la droite et du centre en 2017.

Lionel Jospin fut lui aussi victime des événements. Déjà antérieurement battu par Jacques Chirac, il arrivera au premier tour en 2002, seulement avec 16,18%, derrière Jacques Chirac et Jean-Marie Le Pen, surtout en raison d'un grand nombre de candidats présents.

Dominique de Villepin, crédité de 1 à 3% d'intentions de votes, n'obtiendra pas en 2012 les 500 signatures nécessaires à sa candidature.

François Fillon est vainqueur de la primaire de la droite et du centre en 2016 mais il se retrouve embourbé dans des affaires judiciaires, avec son épouse. Il ne sera pas au second tour de la présidentielle de 2017 en raison d'un résultat au premier tour (19,9% sur 97% des bureaux dépouillés), le placant derrière Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

Manuel Valls sera le candidat malheureux des primaires citoyennes de la gauche, arrivé au second tour derrière Benoît Hamon.

(sources diverses, notamment gouvernement.fr et wikipedia.fr)

01 juin 2017

L'importance des petits candidats lors de l'élection présidentielle

Suite à la fermeture de la plateforme des blogs de L'Obs, voici la copie d'un post publié en mars 2017. Le commenter pourrait être intéressant dans le futur. Il faut signaler que la totalité des suffrages obtenus au premier tour par les "petits candidats" (Benoît Hamon inclus) a été de 15,10% !


Présidentielles 2017 : L'importance des "petits" candidats

  
 Share
Au premier tour des deux précédentes élections présidentielles, les "petits" candidats avaient obtenu un score de 14-15 %.

En 2007 ils étaient 8 petits candidats et en 2012, en incluant Jean-Luc Mélanchon, ils étaient 5. Cette fois-ci, ils sont 6, ou plutôt 7 si on inclut Benoît Hamon (le résultat de JLM étant en 2012 de 11,10%). Prévisions et hypothèses sont les deux mots avec lesquels notre pays est géré, au fil de l'eau, alors pour quelques jours avant le grand saut dans l'inconnu on ne va pas à notre tour se priver, hein !

Dans la mesure où les petits candidats ont obtenu un nombre suffisant de parrainages pour entrer en compétition avec les ténors de cette campagne 2017, il convient de les prendre au sérieux. Ils bénéficient d'une structure politique et d'une base d'électeurs. La période est trouble, les hésitations nombreuses, nous dit-on. Imaginons Nathalie Arthaud, Philippe Poutou, Jacques Cheminade, Jean Lassalle et François Asselineau faisant à eux tous 4%. Imaginons Nicolas Dupont-Aignan à 4% et Benoît Hamon à 11%. Total 19%. Reste 81% à se partager pour les 4 principaux candidats.

Si Marine Le Pen est à 27%, il reste 54% pour les trois autres, vous me suivez ? Imaginons pour Marine Le Pen un score de seulement 25%, il reste 56% à se partager pour Emmanuel Macron, François Fillon et Jean-Luc Mélanchon. Ce dernier est actuellement crédité de 15%. Ce n'est pas surestimé compte tenu de son score précédent. Reste entre 41 et 39% à se partager entre Emmanuel Macron et François Fillon. Imaginons qu'il reste 40%. Chacun ne peut pas obtenir 25% ! Si l'un réalise un score de 25%, l'autre fait 15%.

Autrement dit, le vote du socle, de la base des petits candidats peut avoir une incidence sur "le reste à partager" entre les grands. 2% en 2012 pour Cheminade, Arthaud et Poutou, envisageons seulement 1% pour Lassalle et Asselineau et 3% pour Nicolas Dupont-Aignan, soit 6% au total des petits candidats, plus Benoît Hamon toujours à 11%. Cela fait 17% (au lieu de 14-15%) pour la totalité des "petits" candidats, soit un score réaliste compte tenu de la percée de Nicolas Dupont-Aignan et de l'étiquette PS de Benôit Hamon.

Reste 83% pour les quatre, Le Pen, Macron, Fillon et Mélanchon. Encore une fois un score de 25% pour Marine Le Pen semble être un socle, reste 58% à se partager pour les trois autres. Avec un socle apparent de 20% pour François Fillon, il reste cette fois-ci 38%. Moins les 15% de Jean-Luc Mélanchon, il reste 23% à Emmanuel Macron. On pourrait en conséquence imaginer au premier tour 25% pour Marine Le Pen, 23% pour Emmanuel Macron, 20% pour François Fillon, 15% pour Jean-Luc Mélanchon et 11% pour Benoît Hamon.

Le ou la candidate arrivant en tête n'a pas nécessairement besoin d'obtenir 27 ou 28% pour aller au second tour. Certes c'est une lapalissade de dire que dans ce cas cela serait au détriment des autres, en réalité surtout des suivants. Le score des "petits" candidats ayant la conséquence mécanique de réduire le "reste à partager" des grands. Pour une fois, c'est vous qui décidez.

Ajout en commentaire, écrit par : Florent B 
A 15 jours du premier tour, comme un divertissement pour le WE, compte tenu de mes impressions suite au débat entre les 11 candidats, de la prestation d'EM sur France2 et du sondage Présitrack publié ce jour, je vais affiner ma démonstration. 
J'intègre aussi les résultats passés. Considérés à minima : Cheminade 0,20, Lassalle 0,30, Asselineau 0,30, Arthaud 0,50, Poutou 1,20, NDA 4,00, Hamon 9,00. Total 15,50%. Mélenchon 15,50. Total 31%. Reste 69%. Avec NDA 3,00, reste 70. Avec Hamon à 10,00 reste 69.
On (re)voit que es votes en faveur des "petits" candidats sont plus importants qu'il y paraît.
Il est très difficile de prévoir le score de Fillon (qui peut évoluer entre 17-21%), mais encore une fois les 3 autres ne peuvent chacun réaliser 25% (aujourd'hui MLP est à 25, ce qui semble un minimum par rapport à des précédents 27 voir 28%) et EM à 24. Macron ayant été plutôt bon sur France2 (et malgré l'absence du sujet EM ce matin dans l'actu TNT), je ne lui donnerai pas moins de 23. Si je mets 25 à MLP (le minimum) et 21 à Fillon (le maximum) j'ai les 69%. (25+23+21=69)

Le Noël pas comme les autres d'Agatha Christie

Agatha Christie a disparu durant 11 jours au début du mois de décembre 1926. Pour la romancière et sa fille Rosalind âgée de 7 ans, la fête ...