Affichage des articles dont le libellé est Le-Pont-de-Beauvoisin. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Le-Pont-de-Beauvoisin. Afficher tous les articles

16 mars 2018

Affaire Maëlys : Mystère sur l'enlèvement et la période antérieure



Rebondissements, imbroglios et démentis ont ponctué durant plus de six mois l'Affaire Maëlys. On sait finalement peu de choses sur la disparition de la fillette, venue participer, en compagnie de ses parents et de sa soeur aînée, à une fête familiale à Pont-de-Beauvoisin.


Lors de la triste découverte du 14 février, le Procureur de la République (de Grenoble) a indiqué ne pas vouloir revenir sur l'horaire de 2h45 comme étant celui de l'enlèvement de Maëlys, cette petite fille de presque 9 ans disparue fin août 2017 au cours d'une fête de mariage à Pont-de-Beauvoisin dans l'Isère. Il s'agirait d'un enlèvement éclair. On ignore à quelle heure le suspect serait parti de la salle. Et même ce qu'il faisait avant. On nous dit qu'à 2h45 précises, Maëlys aurait été enlevée. On ignore aussi ce que faisait la fillette avant cet enlèvement.

Souvenons-nous que certains témoins disant avoir vu Maëlys autour de 3h15 ne précisaient pas où elle se trouvait à ce moment-là. Un cousin de l'enfant avait dit qu'elle était dans la salle alors qu'il partait. Sa compagne confirmait l'heure de 3h15/3h20 et indiquait avoir elle aussi vu Maëlys. L'horaire avait été fixé selon le souvenir qu'elle avait de l'horloge en arrivant à leur domicile. Puis courant janvier ce cousin a apporté une modification à ses déclarations. Reprise par l'ensemble de la presse. Il n'était plus question de 3h15 mais d'une fourchette entre 2h45 et 3 heures du matin. Il indiquait que la mariée se trouvait à l'entrée de la salle. On imagine qu'elle saluait les invités quittant la fête.
Des cas de fillettes de 9-10 ans disparues
Lorsque Marion Wagon disparaît à Agen le 14 novembre 1996 entre 12h11 et 12h16 elle se trouve sur le trajet de retour de son école à son domicile. Estelle Mouzin disparaît à Guermantes le 9 janvier 2003, aussi sur le trajet de retour de son école vers son domicile, ceci peu après 18h15 ou entre 18h15 et 19h30. A Bièvres, le 27 juin 1987 dans l'après-midi, Sabine Dumont part seule à pied pour acheter un tube de peinture blanche à la librairie du centre ville. Le 5 mai 1987 vers 15h30, à Neuilly-sur-Marne, Virginie Delmas sort de l'appartement de ses parents pour aller sur l'esplanade au bas de l'immeuble. Elle est enlevée avant d'avoir rejoint ses copines.
Quant à Hemma Davy-Greedharry, le 30 mai 1987, vers 15h15 elle se rend seule depuis son domicile de Malakoff dans une librairie pour s'acheter une équerre avant d'être enlevée sur le chemin du retour, sur le Boulevard de Stalingrad. Plus près de Pont-de-Beauvoisin, le 8 juillet 1987, Charazed Bendouiou sort de son HLM de Bourgoin-Jallieu sans sa soeur ainée. Elle en profite pour descendre la poubelle au bas de l'immeuble. Personne depuis lors n'a revu la fillette. Quant à Saïda Berch, elle disparaît à Voreppe, le 24 novembre 1996 entre son domicile et le gymnase voisin.
La petite Perrine Vigneron n'a que 7 ans lorsque, le mercredi 3 juin 1987, aux environs de 16 heures, elle se rend seule à pied à son cours de poterie, distant de quelques centaines de mètres de son domicile à Bouleurs. Elle est enlevée en chemin. Quant à la petite britannique Madeleine McCann, âgée de presque 4 ans, sa disparition au Portugal le 3 mai 2007 entre 21h et 22 heures est régulièrement évoquée dans des reportages télévisés.
Où se trouvait Maëlys et que faisait-elle ? 
Dans toutes ces affaires d'enlèvements de fillettes, les proches (parents et/ou frères et soeurs) ont indiqué aussi précisément que possible ce que faisait leur enfant dans le laps de temps précédant sa disparition. Et à défaut d'avoir une heure toujours précise de l'évènement on sait, ou le trajet, ou le lieu de l'enlèvement. Pour l'Affaire Maëlys, c'est l'inverse, on dispose d'une heure très précise de l'enlèvement, mais on ignore, pour le moment, où se trouvait la petite fille et surtout ce qu'elle faisait. Si par exemple, elle jouait en compagnie d'autres enfants.
Non seulement on ignore ce que faisait Maëlys avant et au moment de son enlèvement (était-elle dans la salle, était-elle dehors ?) mais le plus curieux c'est que seul l'avocat du suspect a tenté d'apporter des éléments en ce sens. Sans doute les témoignages des convives peuvent-ils être fragiles pour donner, dans une fête de mariage, de horaires précis, seulement peuvent-ils l'être aussi pour les lieux ? En considérant 2h45 comme l'heure à laquelle Maëlys se serait "évaporée", ne serait-il pas judicieux de connaître son emploi du temps, ainsi que celui du suspect, à minima pour le quart d'heure précédent sa disparition ?
D'autant qu'en rejetant une disparition à une heure plus avancée dans la nuit (3h-3h30 du matin), on se retrouve de facto plus tôt ce dimanche matin, au sein d'une fête familiale comportant des invités plus nombreux. Dès lors, n'y avait-il personne aux abords de la salle polyvalente pour apercevoir quelque chose de...suspect ?

(Sources : Mieux disant, Wikipedia, divers sites consultés. Photo : Pexels.com)
V2. Initialement publié à 16h22 sur Mieux disant puis dépublié par la modération du Nouvel Obs.

03 février 2018

Affaire Maëlys : A quelle heure a été fait l'appel à la Gendarmerie ?


Dans l'affaire de la petite Maëlys, disparue fin août 2017 à Pont-de-Beauvoisin dans l'Isère, on peut constater une différence de 10 minutes entre l'heure donnée par le procureur de Grenoble pour l'appel à la Gendarmerie et celle donnée par la procureure de Bourgoin-Jallieu. ANALYSE.

A propos de la disparition de Maëlys, le procureur de la République de Grenoble a tenu une conférence de presse le jeudi 30 novembre 2017. Cette conférence de presse a été diffusée en direct sur BFMTV et il demeure sur Internet une vidéo d'une vingtaine de minutes dont voici le lien : Médiaplayer BFMTV

Au début de sa conférence de presse, Monsieur le Procureur indique l'heure d'appel à la Gendarmerie. Il déclare (à propos de Maëlys) "sa disparition a été signalée à la Gendarmerie à 3h50, le matin" (à 1:43 de la vidéo).
Compte tenu de l'heure à laquelle le suspect a quitté pour la dernière fois la salle polyvalente de Pont-de-Beauvoisin, qui serait de 3h55 d'après son avocat, et de l'information récurrente par laquelle celui-ci serait parti avant l'arrivée des Gendarmes, l'heure d'appel à la Gendarmerie est nécessairement importante.

Pourquoi dit-on que le suspect a quitté la salle à 3h55 ? 

Est-ce parce que son téléphone s'est ré-inscrit sur un relais à cette heure-là ? On a vu que cette piste n'existait plus. Est-ce que quelqu'un l'a vu quitter la salle précisément à 3h55 ? Cela ne semble pas être le cas. Est-ce parce que le procureur précise qu'il a quitté la salle à 3h55 ? Il n'est question que de caméra et d'activation du mode Avion consécutif.

Comme indiqué dans la chronologie de Disparue, cette heure de 3h55 semble logique dans la mesure où si, selon le Procureur de Grenoble, une caméra de Le-Pont-de-Beauvoisin l'a filmé seul au retour vers Domession à 3h57, on peut certes imaginer un temps de trajet d'une minute trente à deux minutes entre la salle et la caméra, mais sans aucune certitude quant à l'heure précise de son départ de la salle, qui pourrait être antérieur à l'appel de plusieurs minutes.

Vous avez demandé la Gendarmerie, ne quittez pas

Lors de sa conférence de presse du 30 novembre, le Procureur de Grenoble précisait "Depuis le début de l'instruction les enquêteurs et les juges se sont attachés à donner une chronologie précise de cette soirée et de cette nuit" (A 2:22 sur la vidéo BFMTV). On conviendra que le 29 août est plus proche du jour de la disparition de l'enfant que ne l'est le 30 novembre et qu'un élément de l'affaire aussi simple que l'heure d'appel des parents de Maëlys à la Gendarmerie ne devrait pas donner lieu à débat.



Au cours des premières semaines après la disparition, au sujet de cet appel un membre de la famille avait indiqué l'heure de 3h55. Pour mémoire, dès les premiers jours, on pouvait lire, par exemple sur LePoint.fr "Les convives encore présents l'ont cherchée pendant une heure avant d'alerter les gendarmes, à 3h57" a précisé Dietlind Baudoin (ndr. la Procureure de Bourgoin-Jallieu). Ou mieux "Lorsque la disparition de Maëlys a été signalée aux gendarmes, dimanche à 3h57 précisément (...)" sur 20minutes.fr. Ce qui représente une différence de 7 minutes avec l'heure donnée fin novembre par le Procureur de Grenoble. Mais ce n'est pas tout.

Alors que les sites d'infos rapportent les propres paroles de Madame la Procureure de Bourgoin-Jallieu lors de sa conférence de presse, celle-ci, oh surprise, ne dit pas du tout "3h57" mais précisément "La Gendarmerie a été avisée de la disparition inquiétante de Maëlys dès 4h du matin" (Vidéo de France 3). Elle est assistée d'un Lieutenant-Colonel, commandant de la section de recherches de Grenoble, et d'un Colonel, commandant du groupement de la Gendarmerie de l'Isère.

D'où vient cette différence de 10 minutes entre les deux Procureurs ? S'agit-il d'une erreur de transcription ? De l'heure à laquelle la Gendarmerie à répondu au téléphone ? Du côté des sites d'info, qui indiquent pour leur part 3h57, une partie de la solution est probablement donnée dans le texte de l'article de France3 associé à la vidéo : "Le premier appel concernant sa disparition a été reçu à 3h57". En tout état de cause, si plusieurs appels ont été passés, il subsiste une différence d'un minimum de 7 minutes entre les deux déclarations officielles.

Sans incidence réelle sur le fait que le suspect soit parti avant ou juste à l'arrivée des gendarmes, cette surprenante différence, dans le cas de problèmes de transcription, interroge sur les autres éléments qui ne peuvent souffrir d'imprécision.

(photo : Pexels.com)

28 janvier 2018

Affaire Maëlys : Cinq mois de questions


A la limite de l'Isère et de la Savoie, en compagnie de sa soeur plus âgée et de ses parents, une fillette de 8 ans et demi assistait fin août 2017 aux festivités du mariage d'un cousin de sa mère lorsqu'elle a soudainement disparu.

La petite Maëlys a disparu depuis cinq mois. Cinq mois que des questions demeurent sans réponse, cinq mois que cette nuit du 26 au 27 août est décortiquée par les enquêteurs et les internautes, nouvelles technologies numériques et partage de l'information obligent.

Cinq mois que l'attention se focalise sur un invité dont on dit qu'il ne l'était pas tout en l'étant malgré tout, dans une noce comprenant un nombre important de convives, presque 200 personnes, qui n'ont laissé filtrer durant ces cinq mois qu'une seule image extérieure dans un magazine à forte notoriété, celle de l'invité en question.

Mais qu'allait-il faire dans cette galère, cet invité mystère, qui se retrouve après cinq mois dans une spirale infernale de disparitions d'hommes dont l'âge varie, à la louche, de 20 à 50 ans ? Des questions précises lui seront posées par les enquêteurs à propos d'un certain nombre de cas récents ou plus anciens, situés dans plusieurs départements du sud-est du pays.

Qu'est devenue Maëlys ?

Pour enlever la fillette de 8 ans et demi, à une méthode basée sur la discrétion extrême et le passer inaperçu, le suspect, présumé innocent, aurait préféré la gesticulation, le contact visible avec Maëlys devant les parents et la babysitter, les allers et retours devant les invités, le démarchage de stupéfiants, voire une présumée altercation avec le père de l'enfant.

Ses déplacements sont rigoureusement minutés. Dix-huit minutes d'absence la première fois. Suivi de vingt-cinq minutes de présence à la salle. S'en suit une seconde absence du double de temps (36 mn) et au final le mode avion de son téléphone est, à quelques secondes près, activé quarante minutes. Au milieu de la nuit, trente-sept minutes se sont écoulées entre les deux passages devant les caméras (2h47-3h24). Aurait-il d'abord testé deux itinéraires ?

Cinq mois après le drame, dans une certaine confusion de témoignages et d'horaires, plusieurs moments-clés restent possibles pour la disparition de Maëlys. Depuis la mi-octobre 2017, une page/blog dédié collationne les informations en ligne sur le sujet pour établir une chronologie de l'Affaire Maëlys. Sans aveux, sans la moindre explication sur le mobile et surtout sans corps, la raison de la disparition de la fillette, cinq mois plus tard, reste particulièrement obscure.

Des détails troublants

Le 2 octobre 2017, dans un long article documenté (*), L'Express indiquait que vers 3h15 le marié aurait demandé à ce qu'on appelle le suspect au téléphone. Selon le site, vers 3 heures du matin (en fait probablement à 3h10), après avoir coupé la musique, le DJ avait annoncé au micro que la fillette était recherchée par ses parents. Si ce fait est exact, pourquoi le marié fait-il appeler cet invité suspect par quelqu'un d'autre que lui ?

Le suspect est un ami ou au moins une de ses relations, n'a-t-il pas son numéro de portable ? Ce n'est vraisemblablement pas un inconnu qui était présent durant une longue période de temps à son repas de mariage ! Et qui est la personne qui a tenté de le joindre ? De plus si cet ami ou cette relation qu'est le suspect est vraiment soupçonné à ce moment d'avoir enlevé Maëlys, pourquoi, lorsqu'il revient à la salle (juste après 3h26 selon le procureur) ne pas l'avoir hélé, voire fait asseoir pour lui poser des questions ?

Peut-il être soupçonné et qu'on ne lui adresse pas la parole ? Au sein d'une fête familiale ? Il y a ici une sérieuse interrogation. L'effectivité de la disparition semble être admise à 3h30. La maman de la fillette l'aurait croisé lors des recherches. S'il s'était absenté auparavant, durant près de 3/4 d'heure, cette rencontre ne peut s'être déroulée qu'entre 3h27 et l'arrivée des gendarmes. Or, durant ce temps-là, il continue d'aller et venir à sa guise au sein de la famille. Serait-il resté plus longtemps si les gendarmes n'avaient été contactés que bien après ? Selon le procureur, ceux-ci ont été appelés à 3h50. Auparavant, un membre de la famille indiquait 3h55 sur un réseau social.

L'article de L'Express du 2 octobre indiquait aussi qu'un téléphone du suspect avait été de nouveau localisé à 3h55 dans la zone de la salle. Ce détail peu compréhensible alors s'est éclairci depuis et il apparaît maintenant que l'heure de 3h57 correspond à la fois au dernier passage du propriétaire de l'Audi A3 devant les caméras de Pont-de-Beauvoisin (Savoie), à une nouvelle activation du mode avion de son téléphone juste après (+5 sec) et à l'arrivée des gendarmes à la salle polyvalente.

En raison des développements réguliers autour du suspect plus que par une véritable avancée dans l'enquête, l'Affaire Maëlys fait partie de l'actualité depuis cinq mois. Ainsi, la petite fille n'est-elle pas oubliée. Ceci étant, cinq mois plus tard, une question essentielle n'a toujours pas eu de réponse : A quelle heure Maëlys a-t-elle été vue pour la dernière fois ?

-

(*) Il s'agit de l'article dans lequel figure dès cette date la mention d'un contact à l'extérieur de la salle entre la fillette et le suspect, celui-ci lui intimant ensuite de rentrer par une autre porte que celle qu'il emprunte. Ce détail intéressera seulement les autres sites après qu'une importante chaîne d'infos en continu l'ai repris en janvier 2018.

07 janvier 2018

Maëlys, Alexia, Célia et Christophe, trois disparitions en 3 mois



La disparition de Maëlys, le meurtre d'Alexia Daval, les disparus de l'Ariège. Trois affaires non résolues en seulement trois mois, trois faits-divers comportant une troublante géographie entre les disparus.

Fin août 2017, une fillette disparaît lors d'une fête de mariage en Isère. Deux mois et une journée plus tard, fin octobre, une jeune femme disparaît en faisant son jogging en Haute-Saône. Un mois après cet événement (toujours à la fin du mois), un père et sa fille s'évanouissent en Ariège. Trois affaires sans lien apparent.

Concernant le cas d'Alexia Daval, on peut lire, en majorité :

- La jeune femme de 29 ans, originaire de Gray (Haute-Saône)
- La jeune femme a disparu le 28 octobre à Gray
- le corps avait été retrouvé le 30 octobre dans un bois près de Gray (Haute-Saône)
- et cela inquiète les habitants de Gray, ville dont la jeune femme est originaire

et on trouve quelques :

- Enquête - Gray-la-Ville. Meutre d'Alexia Daval
- La jeune femme est partie à 9h30 de son domicile à Gray-la-Ville
- Madame Daval Alexia, née (le nom), de Gray-la-Ville - pour faire son footing...

ou encore :

- alertait le maire de Gray (Haute-Saône), à proximité de Gray-la-Ville

Ce qu'il faut comprendre c'est que Gray et Gray-la-Ville sont deux communes distinctes, qui sont voisines certes, mais avec chacune son maire et son code Insee. On peut à cette occasion se remémorer l'Affaire Maëlys, dans laquelle la disparition de la fillette se produit au Pont-de-Beauvoisin en Isère, et que le suspect, pour aller à son domicile, passe et repasse devant les caméras de Le-Pont-de-Beauvoisin, commune limitrophe située en Savoie.

A propos d'Alexia Daval, une recherche plus poussée permet d'observer que la malheureuse jogeuse de 29 ans habitait précisément à Gray-la-Ville.
Coïncidence ou hasard, la jeune disparue de l'Ariège, Célia Orsaz (18 ans) avait quant à elle passé le bac au Lycée Cournot de Gray au printemps dernier. A cela on peut ajouter une précision géographique, seulement 300 mètres séparent le domicile d'Alexia (révélé par certains médias) du Lycée où Célia était scolarisée avant de partir poursuivre ses études à Toulouse.

On ne peut bien entendu rien déduire de plus de cet élément factuel. Sans autres indices concordants, il s'agit d'un hasard géographique.
Disparu avec sa fille, on peut lire du père de Célia, Christophe Orsaz (46 ans et divorcé) qu'il est "amateur de randonnées" et même "un fanatique de randonnées en montagne". Il est présenté un peu partout comme "originaire de Haute-Saône". Pourtant, avec peu de recherche on trouve la page "Copains d'Avant" d'un certain Christophe Orsaz, âgé de 46 ans "accompagnateur en moyenne montagne" qui indique (à ce moment-là) vivre à Pontarlier, être séparé et avoir un enfant.

Après l'enlèvement de la petite Maëlys 9ans, on a appris que la maman de la fillette travaillait à Pontarlier, dans le Doubs. Un autre hasard géographique, qui n'est sans doute ici qu'un détail dans une affaire où les horaires sont les éléments principaux.
Ce qui ressort de cette cette page Copains d'Avant c'est qu'elle indique que Christophe Orsaz (s'il s'agit bien de la même personne, évidemment) a effectué sa scolarité en Isère depuis l'âge de 3 ans. 
Et dans ce département, plus spécialement à La-Tour-du-Pin, ville qui se trouve seulement à 19,3 Km de Pont-de-Beauvoisin par la D1006, cette route le long de laquelle se trouvent à la fois la fameuse station de lavage et les non moins connues caméras situées devant l'opticien-lunetier.

Il y a presque 35.500 communes en France. Constater de telles coïncidences géographiques entre les disparus de ces derniers mois apporte une dose supplémentaire de mystère.

(photo Pexels.com)

11 décembre 2017

Affaire Maëlys : Toujours des questions



Maëlys, la petite fille de 9 ans qui a disparu au cours d'une fête de mariage peu de temps avant la rentrée scolaire 2017 n'a pas été retrouvée. Regard sur deux détails.

La grande salle polyvalente de Pont-de-Beauvoisin est construite sur les hauteurs de la commune et dispose de trois parkings, un à l'extérieur du périmètre de la salle, un devant l'entrée principale, et un plus grand à l'arrière. D'après une photo de Paris-Match et un documentaire de TF1/LCI celui situé devant la salle a servi pour le vin d'honneur des invités dont on ignore le nombre en totalité. Plus de 200, sans doute. Compte tenu du nombre d'invités et du nombre de places de stationnement (le plus grand parking fait 60 places), tout laisse à penser que de nombreuses voitures devaient être garées un peu partout, aussi bien dans l'allée menant plus bas vers le Lycée que le long de la D82.

Dès lors que le repas est commencé, le parking situé devant la salle est probablement devenu libre et certains invités ont pu rapprocher leur voiture de l'entrée. Une personne effectuant plusieurs allers et retours au cours de la nuit a même pu changer de place de stationnement à chaque retour. D'un autre côté, garer sa voiture devant l'entrée n'est pas synonyme de discrétion. Le moindre mouvement autour d'une voiture est remarqué par ceux qui sont dehors à fumer ou prendre l'air. Il ne faut pas ouvrir une porte "tu pars ?", le coffre "tu as un souci ?" le capot n'en parlons pas "tu es en panne ?"

Un ballon présent dans les déclarations

Comme disait Friedrich Nietzsche "Le diable est dans les détails". Aussi quand des enfants sont conviés à une fête, il arrive souvent qu'ils jouent au ballon. Et ce ballon appartient forcément à l'un d'entre eux. Et pas question pour son (ou sa) propriétaire de repartir sans ! Jouer avec un ballon n'est plus l'apanage des garçons, sauf que jouer en robe ne doit pas pour une petite fille être si facile que cela.

"Elle est peut-être venue chercher un ballon, parce qu'ils ont joué au ballon" dit le gardien de la salle, à propos des traces olfactives de la fillette trouvées sur la petite pelouse par les chiens policiers. 
"Elle était accompagnée par un petit garçon blond avec un ballon" dira le suspect pour se justifier que Maëlys soit montée quelques instants dans son Audi. Et puis l'avocat du suspect a révélé que la fillette a "joué au football" dans la salle vers 2h45, avec sa grand-tante, si l'on a bien compris. Etait-ce avec son propre ballon ou un autre enfant lui a-t-il prêté ? Combien de temps a-t-elle joué et qu'est devenu le ballon ? Maëlys est-elle sortie de la salle ensuite avec le ballon ? Quels enfants étaient encore présents ?

(photo : Pixabay.com)

25 novembre 2017

Trois mois sans Maëlys


Trois mois se sont écoulés depuis la disparition de Maëlys, cette fillette de 8 ans et demi venue du Jura avec ses parents et sa grande soeur pour assister à un mariage au Pont-de-Beauvoisin, dans l'Isère.

En cette fin du mois d'août, à quelques jours de la rentrée scolaire, la météo est capricieuse, mais un mariage, ici en montagne comme partout ailleurs, c'est un grand jour de fête, un moment de réjouissance et les filles de Jennifer et de Joachim s'y sont préparées avec soin. Robes blanches, fleurs blanches dans les cheveux et sandales blanches étaient de mise. Le blanc, signe de pureté.

Le grand parking, situé devant l'église de Saint-Jean-d'Avelanne était rempli de voitures, lavées, bichonnées pour la circonstance. Le rutilant cabriolet des mariés où avaient pris place Anne-Laure et Eddy se trouvait non loin de l'entrée de l'édifice religieux. A la sortie de la cérémonie, les mariés s'étant attardés à l'intérieur, les cloches ont sonné deux fois, un fait rarissime.

En passant plus tard dans Pont-de-Beauvoisin, le convoi ne passe pas inaperçu auprès de la population qui fait ses courses durant ce samedi après-midi. En centre ville, le propriétaire d'une boutique de vapotage et son voisin cafetier se préparent de leur côté à recevoir des invités, le premier ayant lancé une invitation auprès de sa clientèle locale pour tester les nouveautés proposées par son fournisseur.

Un peu plus loin, sur le trajet vers la salle polyvalente, c'est aussi la fête à la salle paroissiale et, comme ici tout le monde se connait, les saluts de la main répondent en coeur au tintamarre créé par les avertisseurs des voitures de deux-cent invités traversant la rue de Belley.

Le rendez-vous donné par les mariés est un peu plus haut, au dessus du complexe éducatif à l'architecture novatrice. Le convoi passe devant le gymnase et le Collège Jeanne-d'Arc pour arriver enfin sur le parking de la salle polyvalente. L'endroit est bien connu des habitants et des élus locaux, qui tiennent là régulièrement, ensemble, des réunions ou des présentations de projets.

Le gardien, qui occupe le chalet situé à l'entrée sous les arbres, n'en est pas à son premier mariage, et il a ouvert depuis tôt le matin la barrière pour permettre à la famille, au traiteur et à l'animateur, de finir de préparer les festivités. Tout le monde s'affaire depuis la veille afin de rendre cet événement inoubliable. Et le soleil est lui aussi présent. Le vin d'honneur se prolonge en fin d'après-midi, et les voisins proches viennent saluer les invités. 

Les smartphones eux, sont de la fête depuis plusieurs heures déjà. La ruée avait débuté dès que furent aperçus les mariés arrivant dans la décapotable. Manu, le photographe de la cérémonie, travaillait comme il le pouvait au milieu de la foule des invités, lors de l'union par la maire de Saint-Martin-de-Vaulserre, puis dans l'Eglise, et à la sortie de l'office. 

Plus tard dans l'après-midi, vient l'occasion de nouvelles prises de vue. Les mariés sont assis sur les bottes de paille disposées sur le parking devant la salle. Moment privilégié pour les photos de groupe. Les enfants sont priés de quitter leurs jeux pour venir s'asseoir aux aussi aux côtés d'Anne-Laure et d'Eddy pour la photo souvenir. Maëlys s'assoit à son tour, son regard se porte ailleurs que vers l'objectif.

Maëlys disparait de la salle polyvalente au cours de la nuit suivante. L'impensable se produit. La fillette semble littéralement se volatiliser entre 3h et 4h le dimanche 27 août. La fête s'arrête sans que les invités encore présents, pris dans l'ambiance de l'amusement, ne comprennent réellement ce qui se passe. Il leur faut pourtant se rendre à l'évidence, le cauchemar vient de commencer.

(photo: pexels.com)

01 novembre 2017

Pont-de-Beauvoisin (Isère) : Cohésion public privé pour l'enseignement



Le territoire de la commune de Pont-de-Beauvoisin, dans l'Isère, est un lieu bénéficiant d'une harmonie entre école publique et privée.

Sur les hauteurs de la ville se trouve un complexe éducatif public à l'architecture audacieuse, le Lycée Charles-Gabriel Pravaz. Un peu plus bas vers le centre ville se situe le Collège Jeanne-d'Arc et plus bas encore, dans le bourg, le Lycée Privé du Guiers Val d'Ainan. La salle paroissiale Saint-Jacques-de-la-Marche, lieu festif, est entre les deux établissements scolaires privés.

Au dessus du complexe éducatif Pravaz et de la piscine municipale, on découvre la belle salle polyvalente de Pont-de-Beauvoisin, qui ne semble pas avoir encore de nom. Elle borde une zone boisée et est entourée d'un parking sur trois de ses côtés.

Un internat de soixante-dix lits

Un peu plus loin derrière le bâtiment se trouve un immeuble de couleur bleue. On l'aperçoit depuis le parking extérieur de la salle polyvalente. Il s'agit de l'internat du Lycée du Guiers Val d'Ainan. Opérationnel depuis la rentrée 2011, il a une capacité totale de 70 lits, ceci pour un coût de construction de 2,1 M€ financé, selon L'Essor 38, à hauteur de 50% par la région, 30% par le lycée et 20% par le conseil général de l'Isère.

Selon L'Essor 38, le choix de cet emplacement à été motivé par la proximité du Lycée Privé Guiers-Val-d'Ainan, situé "à une quinzaine de minutes à pied du bâtiment où se tiennent les cours". La décision d'utiliser ce terrain communal a aussi été déterminée par le souhait d'une certaine mixité entre public et privé « Nous voulions créer une unité des lieux d'enseignement » précisait à l'époque le maire de la commune.

En un même périmètre se trouvent en fait réunis l'école primaire, le collège Jeanne-d'Arc, le lycée Charles-Gabriel Pravaz, leurs divers équipements sportifs. Pour L'Essor38 "l'internat du Lycée Privé Guiers-Val-d'Ainan rejoint un grand pôle éducation implanté au fur et à mesure à l'entrée de la cité Pontoise."

Le Collège Jeanne d'Arc organise maintenant des représentations théâtrales à la salle polyvalente et les jeunes logeant à l'internat ainsi que les membres du personnel peuvent passer le long du parking pour se rendre vers cet immeuble. Un panneau routier indique comment rejoindre l'internat.

Un bel exemple d'une stratégie locale tournée vers la convivialité et le partage, inséré dans un cadre de vie privilégié.

(photo : Pixabay.com)

10 octobre 2017

De surprenants faits-divers se succèdent à Pont-de-Beauvoisin



Depuis plusieurs semaines, Le-Pont-de-Beauvoisin, au pied des Alpes, est sous le feu de l'actualité. Des faits-divers, plus surprenants les uns que les autres, se succèdent sur le territoire communal.

Voici une liste d'événements récents relatés par les sites ledauphine.com, france3-regions et le concours de fr.wikipedia.org. On peut constater que :

Le 22 juillet : Deux jeunes accrochent une tête de sanglier au dessus de la porte d'une salle de prière musulmane. Pour ces faits, le 5 octobre ils seront condamnés à des peines de prison avec sursis.

Le 27 août : Disparition de la petite Maëlys, âgée de 8 ans, dans ou devant la Salle polyvalente, lors d'une fête de mariage comprenant un grand nombre d'invités, près de 200.

Le 5 septembre : Un accident survenu sur le parking de l'Hypermarché U fait un mort et un blessé grave. Etant sortie en trombe d'une station-service proche, une voiture s'est retournée sur le parking.

Le 1er octobre, un feu de détritus et de souches se déclare dans l'entreprise de bois d'aménagement et de construction Sylvalpes, située Chemin du Champ de Tir.

Le 4 octobre, il est révélé qu'en l'espace de six semaines, à 70 reprises, une femme demeurant dans la commune jouait au Casino d'Aix-les-Bains avec la carte bancaire de son employeur.

Le 6 octobre, un camion-benne ayant sa flèche déployée arrache un caténaire à proximité de la gare SNCF, bilan : le traffic ferroviaire entre Chambery et Lyon est interrompu environ 24h.

Le 10 octobre, (je) découvre qu'il n'existe pas une commune de Pont-de-Beauvoisin mais deux. Celle où se trouve la salle polyvalente, Pont-de-Beauvoisin, se situe en Isère. L'autre, Le-Pont-de-Beauvoisin, est adjacente à la première et se trouve en Savoie, à côté de Domessin.

Ceci explique peut-être en partie la multiplication de faits-divers dont les Pontois ont à souffrir en 2017.

(Photo illustration Isère - Pixabay.com)

Entre 1971 et 2011, 5 drames familiaux dans lesquels le père a pris la fuite

  1971-2011. Dans ce passé récent qu'est la seconde moitié du XXe Siècle, durant ces quarante années entre les cas de John List et de Xa...