Affichage des articles dont le libellé est décembre. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est décembre. Afficher tous les articles

19 décembre 2023

Le Noël pas comme les autres d'Agatha Christie


Agatha Christie a disparu durant 11 jours au début du mois de décembre 1926. Pour la romancière et sa fille Rosalind âgée de 7 ans, la fête de Nöel de cette année-là allait assurément être différente des autres.

Le mari d'Agatha Christie voulant divorcer et partir vivre avec sa maîtresse Nancy Neele, Agatha et lui s'étaient querellés le vendredi 3 décembre 1926 au matin. Le soir même la romancière avait disparu au volant de sa Morris Cowley. S'ensuivit l'un des mystères les plus rocambolesques du XXe Siècle.

Dès mars 1924, Agatha Christie publie au Royaume-Uni une nouvelle policière et fantastique où figurent pour la première fois les personnages intrigants de Monsieur Satterthwaite et d'Harley Quinn : L'Arrivée de Mr Quinn. Monsieur Satterthwaite, un homme dans la petite soixantaine, fait montre d'une apparente discrétion en société pendant qu'il observe ses congénères avec la plus grande attention. Confronté à des énigmes et des meurtres, il est aidé grâce à l'apparition soudaine et parfois irréelle d'un autre personnage, Harley Quinn. En éclairant les faits sous un jour nouveau, Quinn lui permet de résoudre les énigmes.

Le samedi 4 décembre 1926 est publié aux Etats-Unis La Voix dans les ténèbres, septième nouvelle policière et fantastique avec les deux personnages. Avant cela, tôt le matin, dans le sud de l'Angleterre, le jour va bientôt se lever sur les vallons du Surrey quand un vacher, se rendant sur son lieu de travail, repère près de Newlands Corner une voiture abandonnée dont les phares éclairent encore l'obscurité. Vers 8h du matin, en promenant son chien, un jeune gitan venu d'un camp situé à proximité aperçoit lui aussi les lumières de l'automobile. Il s'approche et remarque que l'avant est enfoncé dans un buisson.

Dans le même temps, à la manière de Monsieur Quinn, surgit un certain Frederick Dore, testeur de voitures dans la petite cinquantaine et travaillant pour une marque dont le hasard fait qu'elle porte les initiales d'Agatha Christie, AC. L'homme prend tout en mains. Il fait l'inventaire de ce que la voiture contient et, après avoir vu le véhicule, il est même probable qu'il passe une vitesse pour sécuriser l'automobile. Frederick Dore confie la responsabilité de la Morris Cowley au patron du kiosque à café situé en haut de la colline et se rend ensuite au Newlands Corner Hotel proche pour appeler la police.

En ce début décembre 1926, le Newlands Corner Hotel est ouvert depuis quelques mois seulement. A cet endroit se trouve la plus belle vue d'Angleterre. Toute cette campagne vallonnée partant de Newlands Corner, descendant vers Albury et allant jusqu'à Shere, au cœur de laquelle se trouve l'étang Silent Pool, est empreinte de mystère et de fantastique.

***

Le samedi 4 décembre après-midi, tandis qu'à Albury les recherches de la disparue s'organisent autour de la carrière de craie, la voiture d'Agatha Christie est amenée dans le garage de Guilford. Sa propriétaire se trouve alors dans le train de Londres vers Harrogate, une ville situé dans le nord du Yorkshire. Peu avant 19h, elle arrive en taxi dans un hôtel-SPA où elle demande, sous le nom de la maîtresse de son mari, une chambre en pension complète. Elle indique que ses bagages suivront et s'achètera plus tard quelques vêtements au village. Durant les quelques jours qu'elle passera sur place, Agatha Christie joue au billard (plutôt mal) chante (plutôt bien) et danse. Elle avait pris son dernier cours de danse en compagnie de sa secrétaire Charlotte Fisher (Carlo), le soir du 2 décembre. Elle lit aussi beaucoup.

La nouvelle de sa disparition s'étant répandue dans toute l'Angleterre, Agatha Christie finit par être progressivement reconnue et le mardi 14 décembre, onze jours après qu'elle ait quitté Styles, la police d'Harrogate est prévenue. Le lendemain, le colonel Christie se rend sur les lieux en train. Il arrive à l'hôtel et reconnaît sa femme. Il est suivi par la sœur ainée d'Agatha et son mari J. Watts et tous trois emmèneront peu après la romancière chez les Watts à Abney Hall, dans la ville de Manchester.

Après la mort de son père, Agatha Christie et sa mère avaient passé chaque année les fêtes de Noël à Abney Hall, et elle connaissait bien la grande demeure victorienne et son parc. En compagnie de la famille de son beau-frère elle avait vécu là de superbes Noëls. Abney Hall avait tout pour plaire et la féérie de l'endroit avec un jardin doté d'une cascade, un ruisseau et un tunnel sous l'allée permettaient tous les rêves d'enfant. Le repas de Noël et les présents placés dans un bas constituaient pour elle de précieux souvenirs. Plus âgée, elle s'y rendait d'ailleurs souvent. Cependant, en décembre 1926, la maman d'Agatha Christie est décédée depuis le 5 avril.

Le jeudi 16 décembre la romancière, toujours sous le coup d'une apparente perte de mémoire, est visitée par deux médecins locaux. Le mercredi suivant 22 décembre, trois jours avant Noël, Archibald Christie amène à Abney Hall leur fille Rosalind, âgée de 7 ans afin que la famille soit réunie et, incroyable, Agatha dit ne pas se souvenir des moments que mère et fille ont passé ensemble à Styles !

Il n'existe pas d'indication connue du public sur le déroulement du Nöel 1926 à Abney Hall, ni sur la durée exacte du séjour sur place d'Agatha Christie. Depuis le 16 décembre, il est probable que les Watts ont eu la possibilité d'organiser pour le 25 une belle fête de Nöel dans la tradition familiale. Ce que l'on sait est qu'à une date inconnue Agatha Christie a quitté Abney Hall pour Londres avec sa fille Rosalind et sa gouvernante et secrétaire Charlotte Fisher, afin de faire soigner son amnésie à Harley Street. Or, les dates du jeudi 23, vendredi 24 et surtout samedi 25 décembre 1926 rendent peu envisageable un déplacement sur Londres ces jours-là. D'autant que beaucoup doutent de la vraisemblance de son amnésie et que, près d'un Siècle plus tard elle est toujours discutée !

En tout état de cause, Agatha Christie publiera la suite de sa série dans laquelle apparaissent les personnages de Monsieur Satterthwaite et d'Harley Quinn au cours du premier semestre 1927. La Beauté d'Hélène en avril et Le Sentier d'Harlequin en mai.


Sources : sources internes à sofb.fr et nombreuses sources externes après enquête en ligne. Photo : Diana Parkhouse de pixabay.com

18 décembre 2022

L'énigme des disparus de Boutiers - Les interrogations

 
Cinquante ans que l'on cherche les Méchinaud, cette famille disparue dans la nuit de Noël 1972. S'est-elle évanouie à Cognac ou dans les environs immédiats de cette ville située en Charente ? Est-elle partie pour une nouvelle vie ou pour un sombre destin ? Cinquante ans de recherches régulières, de sondages de terrains et de plongées dans l'eau trouble pour tenter de retrouver ces habitants de Boutiers-Saint-Trojan ainsi que leur voiture, une Simca 1100. Cinquante ans de mystère et d'interrogations. Retour sur les personnages principaux adultes en lien avec l'Affaire des disparus de Boutiers :

Jacques Méchinaud

On pouvait logiquement le déduire à l'étude du déroulement de l'affaire, on en trouve confirmation, au moment des Fêtes de Noël 1972, Jacques Méchinaud, 31 ans, "bénéficie de quelque jours de vacances"(JB). Le père de famille travaille à l'usine Saint-Gobain Emballages proche de son domicile à l'entrée de Boutiers, qu'il habite depuis deux ans et demi (CL 01/73). Bien considéré par ses collègues, il s'occupe de l’entretien des machines "et, en mécanicien doué, enchaîne les « extras », notamment pour les agriculteurs des alentours."(JB)

Pierrette Méchinaud

La jeune femme de 29 ans est la femme de Jacques Méchinaud. Elle est femme au foyer et s'occupe de ses deux petits garçons de 7 et 4 ans, Eric et Bruno.

Maurice B. 

Au moment des faits, cela fait deux ans que Maurice B., ouvrier viticole âgé de 30 ans, fréquente sa voisine durant l'absence de son mari. L'homme indique « Mes parents avaient la maison voisine de celle des Méchinaud, les jardins étaient séparés d’un simple grillage. » (M)

Jean-Paul Méchinaud

Jean-Paul est proche de son frère Jacques parce qu'ils sont les deux derniers garçons au sein de la fratrie de 11 enfants. Jean-Paul et son épouse avaient compris les difficultés du couple quelques mois avant la disparition des parents et des deux enfants. C'était lors de la Foire-expo d'Angoulême : « On était assis à discuter. Jacques et Jean-Paul prenaient une bière. » (SO et L) 

Annie H

Avec son frère Jean-Paul, la sœur de Jacques Méchinaud avait exprimé en 2010 "son souhait que de nouvelles investigations puissent être menées." Elle vit en Vendée. (SO°)

Bernard H (autre nom)

Bernard H. est un collègue de Jacques Méchinaud et aussi un voisin. Il connait le disparu au moins depuis son mariage, puisqu'avant la disparition il l'"a fréquenté pendant huit ans". (L + autre)

Les F

Monsieur et Madame F. sont, selon la Presse de l'époque, les amis chez qui les Méchinaud sont allés passer le réveillon de Noël. Le moment où la décision de réveillonner chez les F. a été prise n'est pas indiquée. Ils seraient les dernières personnes à avoir vu la famille Méchinaud vivante.

Monsieur X

Monsieur X est le "copain de régiment" que, selon Maurice B., Jacques Méchinaud serait allé voir en Vendée peu avant la disparition de la famille. Aucune autre information à son sujet n'a été divulguée.

La maison des Méchinaud extraite du journal de l'ORTF diffusé après la disparition (source INA)
RAPPEL DES DATES CLÉS DE L'AFFAIRE DES DISPARUS DE BOUTIERS. FIN 1972 :

Samedi 16 décembre

- Par une voisine, Jacques Méchinaud aurait appris que sa femme le trompait. (différentes sources dont M)

Lundi 18 décembre

- Maurice B. l'amant, est prévenu par une amie que le mari "est au courant". (M)

Mercredi 20 décembre

- Maurice B. voit Pierrette Méchinaud alors qu'elle est à sa fenêtre et lui dehors. Elle lui confirme que quelqu’un l'avait dit a son mari. (M)
- Maurice B. constate qu' "Elle avait des marques de strangulation, un œil poché, (...)". (différentes sources dont M)
- "Elle avait reçu des coups de son mari quand il avait appris sa relation avec Maurice. C’était deux jours avant la disparition". (CL)
- Jacques Méchinaud s'absente dans la journée, un aller-retour. Il aurait rendu visite à « un copain de régiment en Vendée ». (M°)

Jeudi 21 décembre

- Jacques Méchinaud s'absente de nouveau dans la journée, un aller-retour pour la même raison. (M°)

Dimanche 24 décembre 

- "Mr F. se souvient : « Nous avons passé l'après midi ensemble. Nous nous sommes promenés en voiture avec nos enfants. » (CL 08/09/78)
- Maurice B. réveillonne en famille dans la maison voisine des Méchinaud. Il constate que la voiture du couple est absente. (M)
Monsieur F. indique ensuite « Puis nous avons réveillonné. L'ambiance était très détendue. » (CL 08/09/78) 

Lundi 25 décembre 

 - La voiture des Méchinaud étant toujours absente, Maurice B. est pris d'un doute, et comme il a une clé, entre dans la maison des Méchinaud. Constatant que le poêle est éteint, il décide de contacter le mari de la soeur de Pierrette, qu'il connait par un club de sport local. (M)
- Les deux hommes voient les cadeaux intacts pour les enfants sous le sapin, et un chéquier bien en évidence sur le frigo. (M)
- Le beau-frère de Pierrette signale l'absence de la famille à la Gendarmerie (M) qui ne donne pas suite, en raison du délai légal.
- "La famille (NdR Laquelle ?) elle, s’étonne en revanche de ne pas avoir de nouvelles car un repas est prévu le jour de Noël." (JB + autre source)

Mardi 26 décembre

- Des membres de la famille Méchinaud (11 enfants) ou de la famille de Pierrette, se rendent-ils à Boutiers pour prendre des nouvelles des Méchinaud ? L'histoire ne dit rien à ce sujet.

DÉBUT 1973

Jeudi 4 janvier

- "La famille l'a appris 10 jours après Noël, c'est-à-dire début janvier, par la presse, tout simplement", indique Jean-Paul Méchinaud. Il rappelle que son sentiment à l'époque était la disparition "(...) parce qu'il avait fait plusieurs voyages en Australie." (RTL)

Samedi 6 janvier

- Pierre E., le père de Pierrette, signale à la gendarmerie la disparition de sa fille, de son beau-fils et de ses deux petits-enfants.(SO 24/12/12)
- "Début janvier 1973, l’enquête débute." (FS) 

Au delà de la question "Où sont les Méchinaud", les interrogations sur cette mystérieuse disparition ne manquent pas. L'histoire ne dit pas, en effet, combien il est difficile de conduire dans le brouillard épais à une époque où l'éclairage des voitures était plutôt limité. L'installation de feux additionnels dits "de brouillard" était d'ailleurs un accessoire prisé (la Simca 1100 en était-elle équipée ?). Il n'est pas non plus dit que la couleur rouge grenat était au contraire une teinte parmi les rares permettant de distinguer un véhicule en de telles circonstances, et si la famille a été accompagnée par leurs hôtes jusqu'à la rue à leur départ (il s'agit généralement d'un usage), ni dans quelle direction sont partis les Méchinaud. 

Ils auraient effectué un parcours de 3800 mètres situé en partie en ville dans une nuit de fête durant laquelle d'autres voitures devaient probablement, lentement, circuler.

Dans ce brouillard, qui ne permet pas de distinguer "à plus de trois mètres", comment conduire, avec certitude, vers un point de non retour sans le risque, justement, de ne pas y arriver ? Et sans éveiller de protestation du conjoint ?

L'histoire est muette aussi, à propos des voyages en Australie qu'aurait effectué Jacques Méchinaud, et notamment des dates, pas plus qu'elle ne parle, comme pour du supposé argent en espèces, de l'existence ou non d'un ou de plusieurs passeports. On s'interroge aussi sur la nécessité d'effectuer un ou plusieurs déplacement sur une distance non négligeable, en Vendée, trois jours à peine avant la disparition. Pour obtenir une arme, une seconde voiture ? Et dans ce cas plus besoin de, si on peut dire, simplement précipiter sa voiture et les occupants dans un gouffre.

L'histoire ne dit pas non plus quand s'est décidé que les Méchinaud aillent passer le réveillon chez les F., alors que dinde et huitres attendent dans leur réfrigérateur. Après une promenade en voiture, le repas de Noël chez les F. n'était-il pas plutôt pour les enfants qui ne devaient pas faire attendre Monsieur F. "qui venait les chercher" comme l'indique à l'époque le journal télévisé ?

Sources :

(CL) La Charente Libre

(M) https://www.marianne.net/societe/police-et-justice/disparus-de-boutiers-50-ans-apres-la-justice-sur-les-traces-de-la-famille-mechinaud

(M°) D'autres sources indiquent "Il s'absente pour deux jours" "Il s'absente plusieurs jours"

(L)https://www.liberation.fr/histoires/2003/02/04/le-mystere-de-la-simca-1100-grenat_429794/

(JB) https://jeanberthelot.com/2017/06/01/disparus-de-boutiers-le-deuil-impossible/

(SO) Site du journal Sud-Ouest

(SO°) https://www.sudouest.fr/charente/angouleme/a-chaque-noel-on-y-pense-9759753.php

(FS)http://archive.francesoir.fr/actualite/faits-divers/recherche-d-une-famille-disparue%E2%80%A6-en-1972-159799.html

(RTL) https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/les-disparus-de-boutiers-7789076944 [33:57]

Image en-tête : Pexels.com/skitterphoto

13 décembre 2020

Agatha Christie à Newlands Corner : Les derniers éléments du puzzle

 

Un mystérieux bungalow, une autre femme écrivain tout aussi imaginative qu'Agatha Christie, une chronologie séduisante des événements, voici la 6e et dernière partie de la série sur la mystérieuse disparition durant 11 jours de la reine du roman policier. Les derniers éléments du puzzle.

Le mystérieux bungalow

Selon Laura Thompson* et Tina Jordan**, le 14 décembre 1926, le New York Times rapporte "que la police a trouvé des indices importants" dans un bungalow situé à proximité de Newlands Corner. Il s'agit d'objets découverts sur place "une bouteille étiquetée plomb empoisonné et opium, des fragments d'une carte postale déchirée, un manteau de fourrure de femme, une boîte de poudre pour le visage, une miche de pain, une boîte à cartes et deux livres pour enfants".
Dans cette coupure datant de mi-décembre 1926 il est ajouté une information utile à présent et résumant à l'époque la découverte : "la maison est utilisée en été pour l'écriture de romans par la fille de St. Loe Strachey."

Le nom indiqué est celui de John St Loe Strachey, un journaliste et propriétaire de journaux britannique ayant travaillé pour le magazine The Spectator, dont la fille Amabel Williams-Ellis, auteur prolifique, notamment de livres pour enfants, est née à Newlands Corner le 10 mai 1894.° Amabel Williams-Ellis, qui est quatre ans plus jeune qu'Agatha Christie, a 32 ans et demi à cette époque. Elle est mariée depuis 1915 à Clough Williams-Ellis, architecte connu dans le monde entier comme créateur de Portmeirion un hôtel au nord du Pays de Galles immortalisé dans la série TV avec Patrick McGoohan, Le Prisonnier.

A propos du bungalow, Laura Thompson précise que la police avait répandu de la poudre sur le sol pour savoir si quelqu'un y était entré. Que l'on avait bien trouvé une empreinte de pas, mais qu'il s'agissait du montage orchestré par un journaliste malhonnête avec le concours de la serveuse du bar de l'hôtel et que l'"opium" était en fait un traitement médical. Pour Laura Thompson "les quelques biens qui avaient été laissés" dans la maison isolée "étaient les possessions de ses propriétaires".

John St Loe Strachey a construit en 1892 à Newlands Corner une propriété, une maison de campagne victorienne. Son dernier enfant y est né en 1901. Si cette maison était devenue le Newlands Corner Hotel en 1926 (appelée aujourd'hui The Manor House Hotel), il se peut, soit que la famille ait conservé par la suite une dépendance, soit, ce qui est plus probable, que ce bungalow ait été, à Newlands Corner, vraiment abandonné depuis un certain temps. Si la pseudo "scène de crime" a été polluée on peut malgré tout se questionner, et sans préjuger du fait qu'Agatha Christie aurait pu s'y abriter ou non dans la nuit du 3 au 4 décembre, on peut considérer cette alternative au fait de rester dans la seconde voiture.

N'y aurait-il pas un petit côté magique dans cet endroit ? Le site Surrey News°° nous dit que, selon Derek Nightingale, l'auteur de Newlands Corner et ses environs, "tout Merrow Downs, terrain communal qui relie l'espace ouvert de Pewley Down jusqu'à Newlands Corner, était auparavant appelé "Fairyland", un nom qui a depuis été oublié par la plupart." Le nom de l'endroit, qui se situe un peu plus loin sur le versan sud ouest du célèbre point de vue touristique, se traduit litéralement par Terre des fées.

La chronologie de la disparition d'Agatha Christie en 1926

Mercredi 1er décembre
- Soir Dîner à Londres, nuit à son Club, le Forum Club
Jeudi 2 décembre
- Matinée probable à Londres (où ?)
- Dans l'après-midi visite aux agents littéraires Hugues Massie Ltd
- Soir  Leçon de danse hebdomadaire à Ascot avec Charlotte Fisher, sa secrétaire
Vendredi 3 décembre
- Le matin, querelle entre Agatha et Archie, ce dernier part
- Charlotte Fisher a pris sa journée, elle va à Londres chez sa soeur, elle rencontre un(e) ami(e) pour le dîner puis va danser
- Dans la matinée, départ de Styles en Morris Cowley pour une destination inconnue (Londres chez Nan ? Mécanicien ?)
- Midi, retour à Styles. Repas seule
- 17h-18h  Visite chez sa belle-mère à Dorking (et non chez des amis) avec sa fille
- Vers 18h30 Passage devant les carrières de nuit
- Vers 19h-19h30 Retour à Styles. Repas seule. Ecriture des lettres
- 21h45 ou 22h  Départ de Styles pour un lieu de rendez-vous, sa fille dort
- 23h40-Minuit  Arrivée des deux voitures à Newlands Corner. La seconde voiture est placée dans Trodds Lane
- Les deux personnes repartent vers Londres avec la Morris Cowley
Samedi 4 décembre
- Arrivée à Londres vers 1h30 du matin, temps de repos
- Vers 3h30-4h  Départ de Londres pour Newlands Corner et Albury dans Water Lane
- Vers 5h-5h30 du matin Agatha Christie jette sa voiture contre un talus herbeux.
- 6h20  Non loin de Newlands Corner, après plusieurs essais, McAllister démarre la voiture au moteur froid d'une femme sans manteau ni chapeau. 
- Vers 7h, La femme s'éloigne doucement.
- Peu avant le lever du jour, observation d'une voiture phares allumés par Harry Green
- 8h  Observations de la voiture par Best et Dore, ce dernier trouve le manteau, les affaires et prévient la Police
- 9h45  Oblitération d'une lettre à Londres SW1

* Agatha Christie de Laura Thompson, Google books.
** https://www.nytimes.com/2019/06/11/books/agatha-christie-vanished-11-days-1926.html  
°° https://www.getsurrey.co.uk/news/surrey-news/newlands-corner-archive-pictures-show-10791351
° Wikipedia 
NB. A noter que John St Loe Stachey habitait à Chelsea où il est décédé quelques mois plus tard, le 26 août 1927.°
Photo : pixabay.com

11 décembre 2020

Le voile levé sur la disparition d'Agatha Christie en 1926

 


La disparition d'Agatha Christie durant 11 jours et sa voiture retrouvée accidentée et abandonnée est un fait-divers qui a fait couler beaucoup d'encre. Les articles en ligne qui y sont consacrés s'ajoutent chaque année. Depuis Le secret de Newlands Corner, le voile s'est levé sur cette incroyable affaire.

(5e partie)

Le samedi 4 décembre 1926 vers 5h-5h30 du matin, Agatha Christie emprunte un chemin de terre longeant une carrière près d'Albury. Elle jette sa voiture contre un talus herbeux. Elle reste quelques instants dans sa voiture, une Morris Cowley, retire son manteau de fourrure et monte à pieds la colline jusqu'à Newlands Corner. Puis, elle bifurque à gauche dans Trodds Lane pour rejoindre la seconde voiture garée à 300 mètres après le carrefour.

A noter que lors de l'enquête policière, le Superintendent du Berkshire (Comté où habitait la disparue) a pris en compte la manière dont la romancière était habillée. Il lui est apparu comme une évidence qu' "elle pourrait avoir passé la nuit confortablement dans sa voiture en portant un manteau de fourrure, et puis quand elle a décidé de quitter la voiture, elle a jeté le manteau, qui était trop lourd pour marcher avec. Sous le manteau de fourrure, elle portait des vêtements chauds comme ceux que portent les femmes lors de leurs promenades à la campagne."*

Plus tard, après que le cycliste Edward McAllister ait, après plusieurs essais, démarré la seconde voiture restée de longues heures stationnée sur le côté dans Trodds Lane, Agatha Christie partit doucement aux environs de 7 heures vers le Nord-Est de Guilford, puis dans la direction de Leatherhead et du Sud-Ouest de Londres. En 2000, le Guardian* a publié "une interview de la fille de Nan Watts, amie proche et parente par alliance de Christie." Dans cette interview, la fille de Nan suggère qu'Agatha a été aidée dans sa disparition par sa mère.

Selon la fille de Nan il aurait été convenu que la romancière pourrait passer la nuit du vendredi 3 au samedi 4 décembre avec Nan, qui avait déménagé à Londres à Chelsea Park Gardens. Et cette nuit-là son second mari George Kon était justement absent. Cette suggestion est faite en lien avec l'idée que la romancière a passé la nuit à Chelsea après être revenue de Newlands Corner en train.

De retour à Londres

Avec l'hypothèse de la seconde voiture, Agatha Christie arrive à Londres vers 9h, stationne la voiture empruntée, et poste la lettre pour son beau-frère Campbell Christie. Le mardi 7 décembre, le beau-frère de la romancière a reçu une lettre d'Agatha et, selon le cachet de la poste, cette lettre a été oblitérée le 4 décembre à 9h45 dans le district postal Londres SW1. Il s'agit donc d'un quartier par lequel Agatha serait passée, avant l'oblitération. Sauf à ce qu'une autre personne ait postée la lettre il y a peu de doute sur ce point. La résidence de Nan Kon se situe d'ailleurs dans la zone postale immédiatement adjacente au SW1, Londres SW3.

Une fois à Londres, Agatha Christie est allée acheter des vêtements dont un nouveau manteau. Tout le monde s'accorde sur le fait qu'elle a ensuite pris le train. Elle prend un train à la gare de King's Cross pour se rendre précisément dans la région où quelques jours plus tôt elle avait décidé de passer le Weekend (Beverley dans le Yorkshire de l'Est) et choisit Harrogate, la ville d'eau dans le Yorkshire du Nord dans laquelle on l'a retrouvée 11 jours après son départ de Styles. Au Swan Hydropathic Hotel, on l'accueille sur sa mine et ses déclarations par lesquelles elle se nomme Teresa Neele et qu'elle vient du Cap, en Afrique du Sud.
 
A Harrogate Agatha Christie a emprunté le nom de Neele, celui de la partenaire de golf de son mari, Nancy Neele, dont Archibald Christie était tombé amoureux quelques temps auparavant. Son mari voulant divorcer et partir avec sa maîtresse, le couple s'était querellé le vendredi 3 au matin. Le 14 décembre 1926, soit onze jours après qu'elle ait quitté Styles, un joueur de banjo de l'hôtel d'Harrogate, Bob Tappin, a reconnu la romancière et a alerté la police. Le colonel Christie est ensuite venu chercher sa femme à l'hôtel. Fin de l'escapade.
 
Documents et indices

De façon étonnante, la romancière avait fait paraître une curieuse petite annonce dans le Times, demandant que des amis et des parents prennent contact avec cette Teresa Neele. 
 
 
Extrait d'un document relatif à une émission de timbres poste au Royaume-Uni. Copie ou fac-similé ? °
 
De l'autre côté de l'Atlantique, et plus loin, Teresa Neele, certainement par une erreur de transcription, deviendra Mrs Trazenell.
 
Daily Pentagraph - Bloomington - Illinois - Mercredi 15 décembre 1926


The Sun - Sydney - 15 décembre 1926

Divers éléments sont disséminés. Dans la vie d'Agatha Christie, comme la présence à ses côtés de sa secrétaire et confidente Charlotte Fisher (dite Carlo), à qui elle dédicacera d'ailleurs Le Mystère du Train Bleu, roman sur lequel elle travaillait avec difficulté au moment de son aventure. Ensuite dans ses ouvrages. A été citée L'Affaire de la femme disparue, nouvelle publiée en octobre 1924 dans laquelle se trouvent deux villages du même nom, et puis La Métamorphose d'Edward Robinson, une autre nouvelle publiée par Agatha Christie deux ans plus tôt en décembre, dans laquelle il est question deux deux voitures identiques. Peut-on ajouter Le Vallon, roman dans lequel une artiste faisant de la sculpture et du modelage de la glaise, Henrietta Savernake, possède à la fois des qualités de conductrice et un enthousiasme pour les raccourcis.



D'autre part l'aide fournie par son amie de toujours Nan, semble indéniable. La découverte d'une pièce de théâtre, The Lie (Le Mensonge) créée par Agatha Christie, apparemment écrite au milieu des années 20 et jamais jouée, a montré Nan comme le prénom du personnage principal. La pièce, qui historiquement précède ses célèbres thrillers de scène, est restée dans les archives de l'auteur pendant plusieurs décennies jusqu'à ce qu'elle soit finalement retrouvée. Le thème est celui d'une femme piégée dans un mariage malheureux et provoquée par l'obsession de son mari pour sa jeune soeur. 
L'épouse, Nan Gregg, disparaît pour une nuit de la maison familiale "ce qui a des conséquences dévastatrices." La pièce se déroule sur "Une série de révélations dramatiques (qui) conduira soit au divorce, soit à la réconciliation, mais l'issue dépendra de la volonté de la soeur de Nan de mentir pour la protéger."°°

Aucune réconciliation n'a été possible entre Agatha et Archibald Christie dans les mois qui ont suivi cette aventure et ils ont finalement divorcé.
 
 
* Andrew Norman. Agatha Christie: The Disappearing Novelist https://books.google.fr
** http://news.bbc.co.uk/local/surrey/hi/people_and_places/history/newsid_9005000/9005502.stm
°° https://www.iacf-uk.org/activities/lie-agatha-christie/
Photo : pixabay.com

24 avril 2019

La Morris Cowley d'Agatha Christie : Une si fidèle complice



Au début du mois de décembre 1926, le lieu pittoresque de Newlands Corner dans le Surrey est le théâtre d'un événement dont la presse anglaise et internationale se fait largement l'écho, la disparition d'Agatha Christie. (3e partie)

A quelques centaines de mètres du point de vue réputé, on découvre de très bonne heure une automobile abandonnée légèrement accidentée. A l'intérieur se trouvent différents objets personnels appartenant à Agatha Christie, dont une Licence de conduite à son nom. La propriétaire semble pourtant s'être évaporée. La voiture va-t-elle livrer ses secrets ?

Tôt le matin du 4 décembre 1926, Edward McAllister, présenté comme "un ouvrier de la mine", se rend à son travail à vélo. Il signale que vers 6h20, non loin de Newlands Corner, une femme sans chapeau et avec du givre dans les cheveux lui a demandé de l'aide pour démarrer sa voiture. McAllister raconte* : "Vers 6 h 20, samedi matin, j'ai vu une voiture avec une femme à l'arrière. Elle m'a dit : "Pourriez-vous démarrer ma voiture, s'il vous plaît ? J'ai dit : "Je vais essayer. Je suis descendu de mon vélo et j'ai démarré la voiture après quelques petits problèmes. Le radiateur était froid et les lumières de la voiture étaient allumées."
McAllister parle d'une automobile qu'il n'a pas vue à priori accidentée, dont la conductrice a simplement un problème de démarrage en raison du froid et avec une batterie qui n'est pas totalement déchargée, puisque les lumières "étaient allumées". Il est question ici des feux de position du véhicule, obligatoires en cette saison.

La voiture retrouvée peu après se trouve à faible distance de là, sur un chemin bordant une carrière, et quelques jours plus tard une pseudo reconstitution de l'accident est faite par la Police. Mais le véhicule utilisé est un modèle de la marque Dennis. "Ce qu'il y a d'intéressant à propos de cette voiture, c'est que Dennis avait une usine à Guildford, juste en bas de la route où Agatha Christie a disparu." nous dit le blog de David Fryer*. C'est ici tout ce qu'il peut y avoir d'intéressant puisque personne ne sait ce qu'il s'est réellement passé et le véhicule, qui est un impressionnant, et haut, landaulet, date d'avant 1915. David Fryer pense d'ailleurs qu'il pourrait avoir été fourni par l'usine.

A quoi ressemblait la voiture ?

Le modèle de Morris Cowley acheté par Agatha Christie reste une énigme. David Fryer indique "Il n'y a pas de photos publiées, pas de documents, pas de numéro d'enregistrement, et très peu de détails autres qu'une mention occasionnelle dans son autobiographie et ses interviews."
Même le Daily Mail, qui consacra en décembre 1926 plusieurs pages à l'incident, avec de nombreuses photos à l'appui, n'en publiera aucune de la Morris Cowley.

Pour David Fryer, il semblerait que l'automobile ait été rapidement enlevée par la police et envoyée au Sanford Garage à Guildford, "vraisemblablement avant que la presse ne soit alertée."
Selon une source citée par Andrew Norman**, la Morris Cowley serait arrivée au garage de Guilford le samedi 4 décembre après-midi. L'employé y jette un coup d'oeil. Outre la batterie déchargée, les dommages qu'il constate sont le capot légèrement endommagé, le câble du compteur de vitesse cassé, et une aile avant un peu pliée.

On ne possède donc aucune image de la voiture accidentée. Aucune photo n'aurait été prise, ni sur le lieu de l'accident, où elle serait restée jusqu'aux alentours de midi, ni dans le garage de Guilford, d'où elle en serait repartie dès le dimanche 5 décembre pour Sunningdale.

Le matin de l'événement les esprits s'étaient focalisés sur la disparition de la romancière et non sur sa pauvre voiture endommagée. En décembre 1926, le Daily Mail décrit le véhicule comme une voiture biplace (détail qui a été repris dans les journaux français de l'époque). A l'opposé, la description trouvée sur une affiche de recherche de la police du Berkshire, publiée le 9 décembre 1926 présente la Morris Cowley comme une "4 places".

Il n'existe pas de dates précises mentionnées dans les écrits ou les entretiens d'Agatha Christie sur l'année d'achat de sa voiture, acquise sur la suggestion de son mari, mais d'après David Fryer "son autobiographie offre quelques indices utiles"*.

On ne peut cependant pas prendre tous les éléments indiqués dans l'autobiographie d'Agatha Christie au pied de la lettre. Dans ses souvenirs elle associe parfois des faits qui ne se situent pas à la même époque. La mémoire de la romancière quand elle a écrit son autobiographie n'est plus si précise. Par exemple elle dit : "Anna l'aventurière était maintenant parue dans le Evening News et j'avais acheté ma Morris Cowley". Elle apprend à la conduire et ajoute "presque immédiatement la grève générale était sur nous, avant que j'aie eu plus de trois leçons avec Archie".

Anne l'aventurière est une adaptation sous forme de série de son quatrième roman, L'homme au complet marron, publié par son éditeur en août 1924. Après la sortie du livre en librairie, le journal londonien Evening News en achète les droits de publication sous forme d'un feuilleton quotidien, pour une somme de 500£. Quant à la grève générale en Angleterre, elle eut lieu en mai 1926.

Agatha Christie a-t-elle acheté la voiture en 1924 ?

La romancière possédait une Morris Cowley Bullnose. Et le plus surprenant dans toute cette affaire de disparition durant 11 jours, est que l'élément central de l'affaire, la voiture, reste un mystère. Les informations la concernant sont presque inexistantes. On ne sait rien de précis à son sujet.

En 1924, les Christie déménagent de Londres vers Sunningdale. Ils louent d'abord l'un des deux appartements des étages supérieurs d'une grande maison Victorienne du nom de Scotswood. Agatha Christie achète sa Morris Cowley peu après l'arrivée de la famille Christie à Sunningdale grâce aux 500 Livres Sterling gagnées. C'est seulement au début de 1926 que les Christie achètent leur propre maison, nommée ensuite Styles en référence au premier roman d'Agatha publié, La Mystérieuse affaire de Styles.

Agatha Christie débute la conduite de son automobile avec appréhension. La prise en mains est difficile et, probablement pour qu'elle se familiarise avec, son mari lui demande rapidement de le conduire à Londres.

Elle s'habitue ensuite peu à peu à rentrer dans son garage et de se mêler aux autres conducteurs "J'ai gagné un peu de confiance en moi et après trois ou quatre jours, j'ai pu pénétrer plus loin dans Londres et braver les dangers de la circulation. Oh la joie que cette voiture a été pour moi ! (...) L'un des plus grands plaisirs que j'ai eu en sortant avec la voiture a été d'aller à Ashfield et d'emmener maman faire un tour en voiture. Elle l'aimait passionnément, tout comme moi. (...) Je ne pense pas que rien ne m'ait donné plus de plaisir, plus de joie de réussir que ma chère Morris Cowley au nez de bouteille."

Quels autres indices peut-on trouver  ?



Pourquoi la presse de l'époque indique-t-elle que la Morris Cowley d'Agatha Christie est une deux places ?
Au travers des années, on a pu chercher dans les écrits de la romancière des éléments d'explication concernant les raisons de sa fugue durant 11 jours. Peut-on, parmi ce qu'a publié la reine du roman policier à énigme, trouver aussi des indices sur la voiture ?

En décembre 1924, soit précisément deux ans avant sa disparition temporaire, est publié au Royaume-Uni une nouvelle dans une revue. Dans cette nouvelle, La Métamorphose d'Edward Robinson***, on apprend que la romancière connaissait précisément un modèle de cabriolet dont le prix avoisinait les 500£. Le héros de l'histoire, Edward Robinson, "réfléchit aux moyens de dépenser les cinq cents livres qu'il vient de gagner dans un concours. Il sait ce qu'il veut en faire, du moins pour 465 de ceux-ci, acheter une voiture élégante, rapide, à deux places."

Agatha Christie a récupéré et conservé au moins jusqu'en 1930 sa voiture bien aimée et pourtant abimée en 1926. Durant les premiers mois où elle fréquente l'archéologue Max Mallowan, qu'elle a rencontré au Moyen-Orient, elle organise un pique-nique près de Torquay sur proposition de sa fille.
Elle raconte "(...) il était presque certain qu'il (ndr. le temps) allait être humide. Rosalind nous a proposé d'aller pique-niquer sur la lande. J'étais enthousiaste à ce sujet, et Max était d'accord, avec une apparence de plaisir.(...) J'avais l'habitude de conduire ma fidèle Morris Cowley, qui était bien sûr une voiture de tourisme ouverte, et qui avait une vielle capote avec plusieurs trous dans sa structure, de sorte que, assis à l'arrière, l'eau coulait régulièrement à l'arrière de votre cou. (...) Nous avons donc commencé et la pluie est arrivée. J'ai persisté, cependant, et j'ai parlé à Max des nombreuses beautés de la lande, qu'il ne pouvait pas tout à fait voir à travers la brume et la pluie battantes."
Il n'est pas précisé si Rosalind avait proposé à sa mère et son ami Max d'aller faire un pique-nique romantique ou si elle était présente. En tout état de cause, la Morris Cowley dont il est question est à quatre places.

-
*   https://maximalist01.com/agatha-christie-and-the-mystery-of-the-missing-morris/
**  Agatha Christie: The Disappearing Novelist - Andrew Norman - Google Livres
*** Initialement publié au Royaume-Uni sous le titre The Day of His Dreams
Photos : Timbre: Amazon - Surrey Advertiser d'après SurreyLive (getsurrey.co.uk) - Modèle de voiture identique, d'après copie d'écran de https://www.museumoftechnology.com/news/aug2016/mmoc

02 avril 2019

Agatha Christie : Des idées noires dans une nuit glaciale


Depuis 1926, la surprenante disparition d'Agatha Christie durant 11 jours est restée inexpliquée. Aujourd'hui, le voile se lève un peu plus sur cette incroyable affaire qui n'a cessé d'interroger ses fans et la presse. (2e partie)

Disparitions en décembre

Commençons par la référence que fait le site SurreyLive* à un entretien donné par Agatha Christie au Daily Mail en février 1928, entretien dans lequel la romancière raconte comment, le 3 décembre 1926, sur le chemin du retour d'une visite chez un proche à Dorking, proche qui se révélera plus tard être la mère de son mari, elle passa devant une carrière de craie qui allait devenir la plus célèbre d'Angleterre.

L'interview du Daily Mail relate la version de la reine du roman policier à énigme au travers de présumés souvenirs, vingt-six mois après l'événement.
"L'idée m'est venue à l'esprit de rentrer dedans", dit Agatha Christie au journal. Elle déclare donc son souhait, au retour de Dorking, de jeter sa voiture contre le flanc d'une falaise du site géologique bien connu de Shere. Mais elle déclare aussitôt "Cependant, comme ma fille était avec moi dans la voiture, j'ai immédiatement rejeté l'idée." Elle ajoute "Cette nuit-là, je me sentais terriblement malheureuse."

On peut sans trop faire d'erreur, imaginer qu'elle était venue parler à sa belle-mère de son problème de couple et qu'elle en sera ressortie insatisfaite. Selon la majorité des sources, peu après son retour à Styles ce vendredi 3 décembre, celle qui avait publié quelques mois auparavant Le Meurtre de Roger Ackroyd repart un peu plus tard pour refaire le trajet de l'après-midi.

Au Daily Mail, Agatha Christie déclare "J'ai quitté la maison cette nuit-là dans un état de grande tension nerveuse avec l'intention de faire quelque chose de désespéré." Elle poursuit : "Quand j'ai atteint un point sur la route que je pensais être proche de la carrière, j'ai tourné la voiture hors de la route en descendant la colline vers celle-ci. J'ai laissé le volant et la voiture tourner. La voiture a heurté quelque chose avec une secousse et s'est arrêtée soudainement. J'ai été projeté contre le volant, et ma tête a heurté quelque chose. Jusque-là, j'étais Mme Christie."
Selon elle, la femme de 36 ans qu'était Agatha Christie aurait pris fin cette nuit de décembre 1926.

Retour en arrière

Le mercredi 1er décembre, Agatha Christie s'était rendue à Londres pour un dîner et avait passé la nuit dans son club. Il est plus que probable qu'elle soit restée à Londres le jeudi 2 décembre car elle devait voir ses agents littéraires l'après-midi. Le soir elle se rend à Ascot, village voisin de Sunningdale, avec sa secrétaire Charlotte Fisher, pour y prendre une leçon de danse hebdomadaire.

On sait que le matin du 3 décembre 1926, Agatha et son mari Archibald Christie se sont querellés. En août, "Archie" avait admis entretenir une liaison avec Nancy Neele depuis 18 mois et ce matin du 3 décembre le Colonel Christie décide de partir vivre chez sa maîtresse. Dans la journée, Agatha Christie se rend chez sa belle-mère à Dorking. On sait qu'elle s'y rend avec sa voiture et non en train, selon ses déclarations de 1928 au Daily Mail. Si elle part de Styles à ce moment-là, son probable itinéraire est Sunningdale, Chobham, Woking, West Clandon, Wotton, Dorking. Par estimation son trajet effectué de jour serait d'une heure à une heure et trente minutes.

Parvenue à Dorking, Agatha Christie ne reste chez sa belle-mère qu'une seule heure, entre 17h et 18h, malgré le trajet effectué. Puis, elle repart pour rentrer chez elle. La carrière dont elle parle dans son entretien, elle dit l'avoir vue au retour de Dorking vers Sunningdale. Dans ce sens, elle se trouve à environ un tiers du trajet. Agatha Christie n'arrive sans doute pas à proximité du site géologique avant 18h30. Or, en décembre à cette heure, il fait déjà nuit. Il est donc plus probable qu'elle ait remarqué la carrière à l'aller ou bien qu'elle connaissait auparavant l'existence de l'endroit. Il existe en tout état de cause, une possibilité qu'elle ait remarqué le site à un autre moment, un moment où elle se trouvait dans un état d'esprit différent que celui du désespoir qu'elle évoque dans l'interview au Daily Mail.

Agatha Christie serait de retour à Styles vers 19h - 19h30. Selon les sources, elle en serait repartie à 21h45 ou 22h00. Elle affirme que sa fille Rosalind l'accompagnait lors du déplacement l'après-midi et l'histoire précise que la fillette était déjà couchée avant son second départ. Le temps de se restaurer, de se changer et d'écrire les lettres et la reine du roman policier pour qui les différents poisons n'ont déjà plus de secret "file vers 22h pour une virée nocturne dans la campagne anglaise au volant de sa Morris Cowley."**.

Dans le seul but d'aller fracasser son automobile et elle avec contre une falaise de craie ?

Agatha Christie en Weekend

Partie de Sunningdale un vendredi soir vers 22h, n'ayant pas nécessité de rouler à tombeau ouvert, enfin pas avant le lieu qu'elle avait, selon elle, choisi, la romancière a pu conduire prudemment. Elle n'a pas décidé de se jeter quelque part dans le Canal de Basingstoke, qui passe à Woking et, en tout état de cause, elle n'est sans doute pas arrivée à Newlands Corner avant 23h.

Il y a néanmoins une interrogation de plus. Selon la majorité des sources elle repart de Styles pour refaire, au moins en partie, le trajet de l'après-midi. Pourtant, dans un article du Mail Online datant du 6 mai 2017, le biographe Andrew Wilson déclare qu'elle serait d'abord partie dans une direction opposée (vers le Nord-Ouest) "Après avoir roulé sans but, elle s'est arrêtée près de la rivière à Maidenhead mais s'est rendu compte que même si elle se jetait à l'eau, elle était trop bonne nageuse pour se noyer. Finalement, elle est retournée à Newlands Corner." ***
Dans ce cas cela expliquerait le non-choix d'Agatha Christie pour le Canal de Basingstoke mais plus encore cela pourrait se révéler important en termes d'horaire, faisant repousser à plus tard dans la nuit son arrivée à Newlands Corner.

La disparition temporaire de la reine du crime demeure à ce jour une énigme parce qu'aucun élément de la vie d'Agatha Christie durant la nuit du vendredi 3 au samedi 4 décembre 1926 n'est précisément connu. On sait seulement que cette nuit a été hivernale. A quelle heure est-elle arrivée à Newlands Corner ? Mystère. A quelle heure en est-elle repartie ? Mystère.

Le samedi 4 décembre, peu avant le lever du jour°, un vacher du nom de Harry Green habitant au Sud-Ouest de Newlands Corner, repère une voiture abandonnée dont les phares éclairent l'obscurité du petit matin. Etant sur le chemin vers son lieu de travail, Green décide de ne rien faire de particulier. Un peu plus tard, vers 8h, un jeune gitan appelé Jack (ou George selon les versions) Best, aperçoit lui aussi les lumières de l'automobile en promenant son chien. Il s'approche, et découvre une Morris Cowley avec l'avant enfoncé dans un buisson.
Dans le même temps, survient un certain Frederick Dore, testeur de voitures. Après avoir vu le véhicule, il appelle la police depuis le Newlands Corner Hotel. La presse retiendra surtout le nom de Best, même si son prénom reste incertain.

La Morris Cowley se trouve sur un talus herbeux, les roues arrière en l'air, la porte du conducteur est ouverte. Elle est en fait peu accidentée. A l'intérieur se trouvent différents objets personnels appartenant à la romancière, dont un permis de conduire, au sujet duquel il est souvent précisé qu'il était périmé.

Agatha Christie, elle, est déjà loin.

 -
Base prise pour les déplacements Sunningdale-Dorking : 26 Miles/42Km/h, vitesse 30-40 Km/h. Sources :
*   https://www.getsurrey.co.uk/news/surrey-news/writer-comes-up-new-agatha-13026592
**  L'étrange fugue d'Agatha Christie (sofb.fr)
***https://www.dailymail.co.uk/home/event/article-4476568/The-disappearance-crime-novelist-Agatha-Christie.html (par Andrew Wilson)
https://www.surreylife.co.uk/out-about/agatha-christie-and-a-real-life-shere-murder-mystery-1-1632599 le 15/09/2010 (texte par Alec Kingham) republication d'un article du magazine Surrey Life d'octobre 2008. Recherches dans les pages de "Agatha Christie: The Disappearing Novelist", d'Andrew Norman. Recherche dans une page de "A Talent For Murder : A Novel" d'Andrew Wilson.
° Pour info les levers du jour des 4 décembre 2019 et 1999 ont lieu à 7:47 (timeanddate.com)

20 mars 2019

L'énigme Barbara Newhall Follett, enfant prodige disparue mystérieusement à 25 ans

Disparitions en décembre

Il est un cas de disparition inquiétante méconnu en France, celui de la jeune romancière américaine Barbara Newhall Follett. Elle s'évanouit le 7 décembre 1939 à 25 ans de son appartement de Brookline, près de Boston dans le Massachusetts.

En ce début décembre 1939, cette disparition passe malheureusement sous silence aux Etats-Unis. Barbara Newhall Follett était pourtant connue comme une enfant prodige et avait auparavant reçu les critiques élogieuses de la presse new-yorkaise pour ses deux premiers romans. On ne la cherchera pas avant l'année suivante, la faute, en l'espèce, à un signalement à la police tardif et à une annonce de personne disparue encore plus tardive et surtout biaisée.

Une enfant prodige

Barbara Newhall Follett est née le 4 mars 1914 à Hanovre dans le New Hampshire. Fille d'un critique littéraire éditeur et d'une auteure de livres pour enfants, également ancienne institutrice, Barbara Newhall Follett bénéficie de l'école à domicile. Dès l'âge de 4 ans, elle écrit de la poésie. 

A 8 ans elle joue du piano et du violon et passe son temps à explorer les étendues sauvages autour du chalet que louent ses parents lorsqu'ils sont en vacances dans le New Hampshire. La petite fille à l'imagination poétique débordante crée aussi son monde Farksolia avec sa propre histoire, sa faune et son propre langage, le Farksoo. "Farksolia, s'enthousiasmait-elle, était une terre des plus belles, mais "très particulière et étrange à presque tous les égards". Pendant plusieurs années, son imagination s’est focalisée sur cette planète lointaine de son imagination. Elle a parlé de son désir de se rendre à Farksolia et a écrit des poèmes en "Farksoo"."***

Barbara Newhall Follett débute, dans les premiers mois de 1923, l'écriture de son roman La Maison sans fenêtres, utilisant pour cela une petite machine à écrire portable dont elle se servait depuis ses premiers poèmes.
Avec les précieux conseils apportés par son père La Maison sans fenêtres est publié en 1927. "(...) l’histoire concernait (selon la propre description de Barbara) «un enfant qui a fui la solitude pour trouver des compagnons dans les bois, des amis des animaux»."* Le Pr Paul Collins, de l'Université d'Etat de Portland, précise à ce sujet "En fait, c'était une histoire très obsédante. (...) Et il y a une qualité vraiment envoûtante, presque féerique, dans ce travail."**

Son second livre, publié en 1928, s'intitule le Le Voyage du Norman D.[1]. Il est basé sur son expérience durant un voyage en Nouvelle-Ecosse lorsqu'elle a 13 ans, comme membre d'équipage à bord d'une goélette côtière, le Frederick H.


Peu avant la publication de ce second roman, un événement vient troubler à tout jamais la vie de Barbara Newhall Follett. A 41 ans son père laisse le foyer familial pour une jeune femme de 20 ans. L'adolescente de 14 ans est dévastée. Sa mère essaye malgré tout de lui remonter le moral et l'emmène faire un périple à travers les Antilles, afin qu'elles puissent écrire des articles de voyages pour des magazines, mais rien ne se passe comme prévu. Mère et fille se querellent, Barbara fait une dépression nerveuse.
En mai 1929, Barbara Follett et sa mère explorent les îles des mers du Sud et fin août 1929, les deux femmes visitent Honolulu. Puis, lors de leur retour vers le continent à bord d'une goélette, Le Vigilant, la jeune femme, qui a 15 ans, s'entiche du second lieutenant, Ed Anderson. Elle lui trouve toutes sortes de qualités et entretiendra avec lui une correspondance romantique durant un certain temps. Revenues aux États-Unis en septembre 1929, Barbara Newhall Follett et sa mère se posent à Pasadena, en Californie du Sud. Mais leurs relations continuant de se détériorer, mère et fille se séparent pour incompatibilité d'humeur.

Les réalités de l'existence

La maman de Barbara Newhall Follett retourne seule à Honolulu et la jeune romancière reste chez un ami de la famille à Pasadena, lieu qu'elle n'affectionne pas. Elle se retrouve contrainte d'aller à l'école, qu'elle déteste aussi. Elle s'enfuit quelques jours plus tard à San Francisco, finit par être retrouvée et arrêtée par la police, puis placée en cellule, ce qu'elle aime encore moins, mais ici surtout par rapport à l'esthétisme de l'événement. "Tout ce que je demande, c'est d'être laissée seule pour faire ce qui me semble le mieux."*** dira-t-elle, notamment.

Vers la fin de l'année 1929, la Grande Dépression arrive. Le père de Barbara ayant perdu son travail - l'employeur avait peu apprécié le scandale familial - femme et enfants restèrent dès lors financièrement démunis. A 16 ans, l'ambition de Barbara Follett de continuer à écrire doit laisser place à "un travail de rédactrice de synopsis auprès de la Fox Film Corporation"*** qu'elle obtient après avoir suivi des cours accélérés en sténographie et dactylographie d'entreprise.

Quelques temps plus tard, durant l'été 1931, la mère de Barbara loue un chalet pour sa famille à Norwich, dans le Vermont, ville se trouvant pratiquement face à Hanovre où Barbara Follett est née, mais dans l'Etat voisin. A cette occasion elle rencontre Nickerson Rogers, un jeune amateur de plein air et de nature, auprès duquel elle trouve une nouvelle dynamique de vie et de partage "Bien qu'elle ait écrit à une amie qu'elle avait toujours Ed Anderson "au fond de mon esprit--en réserve, pour ainsi dire.""***
Barbara voyage beaucoup avec Nickerson Rogers, notamment en Europe, puis l'épouse à 19 ans, fin 1933. En 1934, elle écrit deux autres livres L'Île perdue et Voyages sans âne, ainsi que de nombreuses lettres.
Tout semble bien se passer dans le couple, mais, au retour d’un voyage effectué seule en novembre 1939, Barbara découvre que son mari lui a été infidèle et devient de nouveau déprimée. Le jeudi 7 décembre, après une dispute avec Nickerson Rogers, Barbara Newhall Follett quitte l'appartement de Brookline, dans la banlieue de Boston, avec seulement quelques dollars en poche et un carnet.

Personne ne l'a jamais revue.

-
[1] Prononcer Normandy.
Sources, notamment :
*   Barbara Newhall Follett, Disappearing Child Genius, NPR.org
**  https://the-line-up.com/barbara-newhall-follett
*** http://strangeco.blogspot.com/2018/04/the-girl-from-farksolia-review-of.html
     https://en.wikipedia.org/wiki/Barbara_Newhall_Follett,
     https://www.atlasobscura.com/places/last-known-whereabouts-of-barbara-newhall-follett
     https://www.laphamsquarterly.org/celebrity/vanishing-act
     https://crimereads.com/what-happened-to-barbara-newhall-follett/


14 mars 2019

L'étrange fugue d'Agatha Christie


Les disparitions en décembre



Voici tous les détails de l'étrange disparition de celle qui demeure la reine incontestable du roman policier anglais. (Partie I)

Un départ de Styles bien mystérieux

Au soir du 3 décembre 1926, Agatha Christie monte les escaliers de sa maison de Styles pour embrasser sa fille Rosalind, âgée de sept ans. L'enfant est déjà endormie et ne s'aperçoit pas du départ de sa mère, qui file vers 22h pour une virée nocturne dans la campagne anglaise au volant de sa Morris Cowley.

De Sunningdale où elle réside dans les environs d'Ascot, Agatha Christie descend vers Guilford (Surrey), vers le Sud de l'Angleterre. C'est un jeune gitan qui le lendemain découvre la Morris Cowley enfoncée dans un buisson à Newlands Corner, près de Silent Pool, un étang légendaire d'une étrange immobilité. L'automobile retrouvée n'est pas accidentée à proprement parler, les phares sont encore allumés et à l'intérieur se trouvent des vêtements, une valisette, son sac à mains et ses papiers, dont un permis de conduire.

Selon un article du Surrey Advertiser intitulé Guildford Mystery et publié le 10 décembre 1926, on apprend que le vendredi 3 décembre, Agatha Christie est d'abord allée rendre visite à des amis à Dorking (situé à l'Est de Guilford) à 17h, amis qu'elle a quitté à 18h.
Pour Le Siècle du 9 décembre 1926 le frère du mari de la romancière reçut d'elle une lettre au contenu qu'il jugea sans importance, et dit l'avoir jetée. Il avait néanmoins conservé l'enveloppe, oblitérée le 4 décembre à 9h45 depuis le Sud-Ouest de Londres.


Deux autres lettres ont été laissées par Agatha Christie. Dans Le Journal du 13 décembre 1926 il est écrit "elle laissait en évidence sur une table une note adressée à sa secrétaire, disant qu'elle téléphonerait quand elle serait arrivée à destination." Et plus loin dans le même article "En quittant la maison, la romancière avait laissé à l'adresse de son mari une lettre à ouvrir au moment où son corps serait retrouvé". Les deux premières semblent contradictoires et la troisième, envoyée post accident, a un contenu rapporté par son beau-frère comme banal, mais correctement adressée à son destinataire.

Il est cependant curieux de conserver l'enveloppe d'un courrier présumé sans importance tout en se débarrassant de la lettre !
Il est question également d'une quatrième lettre, envoyée par Agatha Christie aussi le 4 décembre à son autre beau-frère James Watts, le mari de sa soeur, pour l'informer de son intention de visiter un spa dans le Yorkshire. Harrogate étant le plus célèbre spa du comté, elle pensait sans doute que son autre beau-frère comprendrait l'affaire où le dirait aux autorités, ce qu'il n'a pas fait.

Les mystères dans le mystère

Le journal Le Siècle mentionne que la lettre avait été postée "deux heures après le moment où l'auto abandonnée avait été découverte". Le Surrey Advertiser précise pour sa part que la Morris Cowley a été découverte à 8h du matin le samedi "trouvée coincée dans une haie au bord d'un pic de craie couvert de givre".

Plus loin dans l'article du Surrey Advertiser figure le curieux témoignage d'un certain Monsieur Calister : "À la suite de la diffusion de la description de Mme Christie, plusieurs personnes ont rapporté l’avoir vue. M.M.Calister a déclaré qu'une heure avant l'aube le samedi matin, une femme sans chapeau et aux cheveux recouverts de givre était venue vers lui à Newlands Corner et lui avait demandé de mettre sa voiture en marche."

L'homme, en réalité dénommé Mc Allister, s'exécuta et précisa que la femme partit en direction de Clandon. Sur la carte, West Clandon est situé au Nord-Est de Guilford, dans la direction de Kingston-Upon-Thames et du Sud-Ouest de Londres.

Surrey Advertiser

On ignore précisément de quel endroit et par quel moyen Agatha Christie a pu regagner Londres où elle a vraisemblablement pris un train pour rejoindre la ville d'eau dans laquelle on l'a retrouvée 11 jours après son départ : Harrogate, dans le Yorkshire du nord.

Au début des recherches, on s'était demandé si l'auteure du Meurtre de Roger Ackroyd, son dernier roman publié quelques mois plus tôt, était venue poster ou non elle-même la lettre pour son beau-frère à Londres. Il avait été découvert qu'Agatha Christie, après un dîner, avait passé la nuit de mercredi 1er décembre dans son club du sud-ouest de Londres, le Forum Club. "Elle pouvait avoir confié la lettre à quelqu'un" peut-on lire dans Le Siècle du 9 décembre.

On finit au moins par avoir la solution du mystère de la lettre détruite. Selon le site Surrey Live "Au cours de l'enquête il est apparu qu'elle avait en fait écrit au frère de son mari pour lui dire qu'elle se sentait mal et se dirigeait vers un spa à York, mais qu'elle est arrivée à l'hôtel sous le pseudonyme de Theresa Neele, du même nom que la maîtresse de son mari."

Si Agatha Christie se trouvait au petit matin du samedi 4 décembre au volant d'une voiture, de quelle voiture s'agissait-il ? En tout état de cause, Mc Allister dit ultérieurement que l'automobile avait quatre places et non deux comme on avait pu le penser au début. De son côté, après avoir vu une photo de la disparue dans un journal, une habitante d'Albury Heath, un village situé au sud de East Clandon, Mme Kitching, déclara, sans que l'on sache si Agatha Christie était au volant ou à pied, avoir reconnu la célèbre romancière en la femme qui, à la mi-journée, lui ayant souri, s'apprêtait à lui parler et finalement passa son chemin.

Connaîtra-t-on la vérité ?

Il existe une abondante littérature sur la disparition momentanée d'Agatha Christie, sur les importantes recherches qui s'ensuivirent, pour lesquelles Arthur Conan Doyle et Dorothy L.Sayers furent de la partie, sur son apparente amnésie, sur les retrouvailles entre elle et son mari le Colonel Archibald Christie, et surtout sur ses motivations, qui resteront dans le mystère entretenu.

Seul Hercule Poirot, s'il réunissait les personnages, pourrait tenter de découvrir la vérité.

Personne décédée quelques mois plus tôt, en avril 1926 :
- Clarisse Margaret Miller (Boehmer), maman d'Agatha Christie
Personnes vivantes au moment de la disparition :
- La secrétaire, Charlotte Fisher, partie à Londres
- La cuisinière, présumée présente
- Achibald Christie, le mari, présumé absent
- Rosalind, la fillette, présente, présumée informée
- Les amis de Dorking
- Le frère d'Archibal Christie, partiellement informé
- Le directeur de l'Hôtel à Harrogate
- M. McAllister, témoin
- Mme Kitching, présumée témoin
- M. et Mme Watts, beau-frère et soeur d'Agatha Christie
- M ou Mme X. au Club de Londres


Mise à jour le 28/03/19 23:23 Sources : Notamment getsurrey.co.uk, https://www.letemps.ch/culture/decembre-1926-lellipse-dagatha-christie, http://news.bbc.co.uk/local/surrey/hi/people_and_places/history/newsid_9005000/9005502.stm, Wikipédia. Photo : Min An, pexels.com

Les circonstances de la disparition de Mirella Gregori

  Nous allons nous intéresser au mystérieux cas de Mirella Gregori. La jeune fille est âgée de 15 ans quand elle disparaît au cours d'un...