22 janvier 2023

Xavier Dupont de Ligonnès serait-il toujours vivant ?

L'Affaire Xavier Dupont de Ligonnès comporte un nombre important de similitudes avec une affaire plus ancienne qui s'est déroulée aux Etats-Unis en 1971, l'Affaire John List. Quarante ans et sept mois séparent les deux tueries de masse. Une autre affaire tristement célèbre s'étant déroulée en France en janvier 1993 attire aussi l'attention, celle de Jean-Claude Romand.

Une partie de la population pense que Xavier Dupont de Ligonnès s'est suicidé, une autre partie qu'il est toujours vivant. Cet article penche pour la seconde version et vous révèle même ce que pourrait être la vie de Xavier Dupont de Ligonnès actuellement. Avertissement : les similitudes relevées sont en gras.

Xavier Dupont de Ligonnès

La "tuerie de Nantes" ou Affaire Dupont de Ligonnès est une affaire criminelle dans laquelle cinq membres de la famille Dupont de Ligonnès ont été assassinés début avril 2011. Les corps d'Agnès Dupont de Ligonnès et de ses quatre enfants, Arthur, Thomas, Anne et Benoît, ont été retrouvés le 21 avril 2011 dans le jardin de leur maison située au 55 Boulevard Robert-Schuman à Nantes (Loire-Atlantique).

Le père de famille, Xavier Dupont de Ligonnès, âgé de 50 ans au moment des faits, est introuvable. Plus tard, on découvrira que l'homme, présumé innocent, a pris la fuite.

Le drame de Nantes en avril 2011 présente-t-il des similitudes avec les cas de John List aux Etats-Unis et de Jean-Claude Romand en France ?

John List

Âgé de 46 ans, John List a tué sa femme, sa mère et ses trois enfants à leur domicile dans le New Jersey, le 9 novembre 1971, puis il a disparu de la circulation. Il avait méticuleusement planifié les meurtres de ses proches et il s'est passé près d'un mois avant que quelqu'un ne soupçonne quoi que ce soit du drame.

Après avoir occupé un poste aux services financiers dans l'Armée, List est devenu en 1960 directeur des services comptables chez Xerox à Rochester dans l'Etat de New York. En 1965, il accepte un poste de vice-président et contrôleur dans une banque de Jersey City dans le New Jersey, et doit pour cela déménager avec sa famille. Famille qui s'installe dans un manoir victorien de 19 chambres à Westfield.

Malheureusement, quelques temps plus tard, la fermeture de la banque de Jersey City crée pour lui une crise financière qu'il cache à sa famille. Voulant assurer à ses proches le même train de vie, il continue comme si de rien n'était, donnant l'illusion qu'il part chaque matin au travail, alors qu'il passe ses journées à des entretiens d'embauche ou à la gare, lisant des journaux en attendant l'heure du retour au domicile. Cette situation a sans doute inspiré beaucoup de scénaristes depuis. Ensuite c'est pour John List la spirale, il détourne l'argent des comptes bancaires de sa mère afin d'éviter le défaut de paiement du manoir. Lorsque la situation devient plus critique, il encourage ses enfants à trouver un travail à temps partiel, sous un prétexte d'éducation alors que la réalité est toute autre. Et c'est quand il devient simple vendeur en assurances que le drame se prépare.

Le mardi 9 novembre 1971, il rentre dans son manoir de Westfield dans le New Jersey. Dans la cuisine, il tue sa femme en lui tirant dessus avec une arme à feu à l’arrière de la tête, et ensuite il tue sa mère qui se trouve à l'étage en lui tirant au dessus de l’œil gauche. Puis il attend que sa fille de 16 ans et son fils de 13 ans reviennent de l'école pour les abattre froidement. Cependant, John List a un autre fils, de 15 ans, absent parce que parti disputer un match de football. List se prépare donc un repas et se rend ensuite à sa banque pour fermer ses comptes bancaires ainsi que celui de sa mère, puis part assister au match de son fils. Il le ramène avec lui à la maison. Cette fois-ci il est obligé de tirer à plusieurs reprises sur l'adolescent, celui-ci ayant tenté de se défendre. List aura assassiné sa famille en utilisant sa propre arme de poing semi-automatique de 9 mm Steyr 1912 et le revolver Colt de calibre 22 de son père. Ensuite, il dîne et se couche.  

Le lendemain, avant de quitter la maison, il baisse le thermostat et met en route une station de radio religieuse. John List avait placé les corps de sa femme et de ses enfants sur des sacs de couchage dans la salle de bal du manoir. Celui de sa mère, il l'a laissé dans l'appartement qu'elle occupait dans le grenier. Sur le bureau de son étude, se trouvait une lettre de cinq pages destinée à son pasteur. Il avait aussi envoyé des courriers aux écoles des enfants et aux entreprises dans lesquelles les adolescents travaillaient à temps partiel, affirmant que les enfants seraient partis en Caroline du Nord durant quelques semaines pour visiter leur grand-mère maternelle souffrante. Grand-mère maternelle qui en l’occurrence était réellement malade et à propos de laquelle List a déclaré plus tard que si elle était venue elle aurait été sa sixième victime.

Jean-Claude Romand

L'affaire Jean-Claude Romand est un événement qui s'est déroulé en France au début de 1993. Cette affaire a eu un fort retentissement dans le pays et plusieurs ouvrages ont été ultérieurement écrits sur le sujet. 

Pour résumer, Jean-Claude Romand est un homme qui cache à son entourage la vérité sur ses études et ses activités professionnelles, ceci durant dix-huit ans. Il vit de sommes d'argent escroquées au fil des ans dans son cercle de relations, à ses parents et beaux-parents, aussi bien qu'à sa maîtresse, auprès de laquelle il emprunte une importante somme d'argent. Le samedi 9 janvier 1993, quelques semaines avant d'avoir 39 ans, alors qu'il est à court de ressources financières, il tue son épouse avec un rouleau à pâtisserie, puis il tue ses deux jeunes enfants dans leur chambre en tirant à l'arrière du crâne avec une carabine 22 Long Rifle équipée d'un silencieux.

Le jour même, il part déjeuner chez ses parents dans le Jura. Parvenu sur place il les tue, ainsi que leur chien labrador, toujours avec sa carabine et de dos. Ensuite il reprend sa voiture pour aller à Paris pour passer la soirée avec son ancienne maîtresse, qu'il tente aussi de tuer, en l'étranglant.

Regard sur la vie de Dupont de Ligonnès

John List s'était recréé une vie similaire à la précédente dans un autre État des USA. Sorte de nouveau départ ou moyen de se dissimuler dans la respectabilité ? Femme, enfants, travail, église, il avait une nouvelle vie en Virginie. S'il a été retrouvé, c'est surtout grâce à une nouvelle émission télévisée créée en 1988 : America’s Most Wanted. Son but ? Montrer certains des plus grands fugitifs américains sur les écrans de télévision à travers le pays. 

Environ un an après sa création, en 1989, l'émission AMW diffuse le cas de John List. Un buste actualisé de List est réalisé par un sculpteur pour l'occasion et montré durant l'émission. Plusieurs appels sont reçus au standard et parmi eux "celui d'une dame qui a appelé pour dire que le buste ressemblait beaucoup à l'un de ses voisins, Robert P. Clark."* La vie similaire à List de Clark a facilité la tâche des enquêteurs pour retrouver l'auteur des meurtres de Jersey City, 18 ans après le drame.

Le procès retentissant de John List a lieu au cours de 1990. Cette année-là, Xavier Dupont de Ligonnès fait un périple en voiture de plusieurs mois aux Etats-Unis avec un ami.

Xavier De Ligonnès, un regard souvent ailleurs

En avril 2011, Xavier de Ligonnès est financièrement depuis plusieurs mois aux abois. Il multiplie les échecs professionnels et se trouve dans une situation financière critique. Rattrapé par les dettes, il est notamment poursuivi par une ancienne maîtresse. Elle souhaite récupérer une importante somme d'argent qu'elle lui a prêté et pour cela, elle mandate un huissier, qui se présente d'ailleurs devant la maison des Ligonnès le 5 avril 2011 et trouve porte close.

Les corps des enfants Dupont de Ligonnès ont été découverts enterrés à l'extérieur de la maison en location qu'occupait la famille à Nantes. Arthur, l'ainé, avait 20 ans. Il a été tué de deux balles dans la tête. La fille du couple, Anne, avait 16 ans et Benoit le plus jeune fils 13 ans. Anne a reçu deux balles dans la tête tandis que Benoît a reçu trois balles dans la tête et deux dans le thorax. A-t-il tenté de se défendre ?

Xavier Dupont de Ligonnès a un autre fils, absent de Nantes, Thomas. Le 5 avril à 23h45, il le ramène avec lui à la maison. Il avait 18 ans. Il aurait été tué en dernier. Il a reçu deux balles dans la tête et une balle dans le thorax. Les victimes ont toutes été tuées à l'aide d'une carabine 22 Long Rifle équipée d'un silencieux. Les deux chiens du couple Dupont de Ligonnès, des labradors, ont également été tués par balles.

Agnès Dupont de Ligonnès, épouse de Xavier et mère des enfants, a 48 ans au moment du drame. Elle occupe un travail à temps partiel dans une école tandis que son aîné Arthur a un travail à temps partiel dans une pizzeria. Agnès a reçu deux balles dans la tête.

Il existe de nombreuses similitudes entre l'Affaire John List et la tuerie de Nantes, et plusieurs coïncidences, ce qui n'en est pas moins étrange. Autour de John List, il y a des références religieuses, la lettre au pasteur, le devenir de ses proches dans l'au-delà. Interrogé en 2002 sur ses motivations, List a notamment "souligné la croyance qu'il souhaitait que sa famille fasse un voyage paisible et rapide au paradis*". Quant à la tuerie de Nantes, les références religieuses y sont présentes à plusieurs occasions et des objets religieux accompagnaient chaque corps retrouvé enterré. Les courriers aux écoles des enfants font aussi partie du scénario.

Une nouvelle vie

Alors que John List a repris sa vie d'avant pendant 18 ans, Jean-Claude Romand, lui, s'était déjà inventé une autre vie. En tout état de cause, il a lui aussi été arrêté.

Si Xavier Dupont de Ligonnès, présumé innocent, est l'auteur des assassinats de Nantes en avril 2011, et qu'il s'est inspiré de ceux perpétrés en 1971 et 1993, pourquoi n'aurait-il pas copié jusqu'au bout la vie de John List ? List avait réussi à retarder la découverte des corps d'environ un mois. Dupont de Ligonnès de près de deux semaines.  

S'il est toujours vivant depuis sa fuite en 2011, et après toutes ces années de cavale, Xavier Dupont de Ligonnès, connu pour avoir une aisance verbale et un sourire commercial, pourrait fort bien vivre de nouveau en couple, avoir un enfant et travailler pour une entreprise de Télécom. Avec comme nouveau nom Robert ?

Sources

Wikipédia, Wikipedia EN, https://abcnews.go.com/2020/story?id=132646&page=1, compilation personnelle, *https://www.historic-newspapers.com/blog/the-list-murders/, https://www.leparisien.fr/faits-divers/xavier-de-ligonnes-a-contacte-au-moins-quatre-anciennes-amies-avant-les-meurtres-23-12-2011-1781331.php?ts=1634660891195, https://www.parismatch.com, Photos : recadrages d'images largement reprises.

14 janvier 2023

Disparition de Cécile Vallin : Une jeune fille désemparée ?

Cécile Vallin a disparu le dimanche 8 juin 1997 dans la vallée de la Maurienne, en Savoie. Née et ayant passé son enfance et sa pré-adolescence en Normandie, elle habitait à Saint-Jean-de-Maurienne depuis trois ans. Elle a disparu après avoir été aperçue marchant au bord d'une route et depuis ce jour, on a perdu toute trace de la jeune fille, âgée au moment de 17 ans et demi. ANALYSE.

Le samedi 7 juin 1997, la veille de sa disparition, Cécile Vallin avait organisé une petite fête dans l'appartement de fonction de son beau-père, proviseur du Lycée, et de sa mère, professeur, absents pour le weekend. Sans leur autorisation. Au cours de la soirée, avec la jeune fille mineure ne se trouvent, ni Jeremy, son petit ami depuis deux ans, ni Sandrine, sa meilleure amie, ni Kamel, son confident un peu plus âgé. C'est un autre entourage de camarades lycéens qui est présent dans l'appartement.

Les quatre garçons sont Sébastien, dont on sait qu'il a "flirté" avec Cécile au cours de la soirée, ainsi que Karim, Mathias et Benoît. A part leurs prénoms, on sait peu de choses des garçons. Ils auraient été invités à bénéficier du mur d'escalade situé dans l'enceinte du Lycée. Cécile faisant partie des grimpeurs de la section d'escalade, les membres de la section allaient faire de l'escalade le weekend, on était un weekend et, semble-t-il, il faisait beau. Alors ces jeunes gens étaient-ils étrangers à cette section ou bien Cécile ce weekend-là devait-elle rester au Lycée ?

Le départ

Le dimanche 8 juin dans l'après-midi, à une heure correspondant davantage à celle où l'on met fin à ses activités dominicales ou du weekend pour rentrer, c'est à ce moment-là que Cécile Vallin prend la décision de partir de chez elle. Elle ne laisse aucun mot. S'est-elle absentée pour quelques instants, le temps de trouver une cabine téléphonique afin de passer un appel intraçable sur la facture de ses parents ? Ou a-t-elle entrepris de se diriger vers l'endroit où elle pensait que se trouvait son petit ami Jérémy, faisant sur son chemin régulièrement des tentatives d'appels ?

Cécile Vallin serait partie du domicile familial sans son portefeuille. Dans les différents documentaires, il est précisé qu'elle n'aurait pas emporté d'argent liquide bien que l'on ignorât le montant contenu dans le portefeuille avant son départ. Il est dit aussi que la jeune fille serait partie avec sa carte nationale d'identité (CNI), son attestation de sortie du territoire étant mineure, une carte de retrait bancaire, une carte téléphonique (carte prépayée spéciale cabines des années 1990) et ses clés. En apparence sans sac elle aurait mis tous ces documents dans les poches de son pantalon (ou elle les aurait jetés quelque part ?).

Les recherches effectuées n'ont rien donné et ce cas de personne disparue est venu rejoindre la longue liste des affaires non résolues. Depuis que la disparition de Cécile Vallin bénéficie d'une large couverture médiatique, les reportages s'enchaînent sur le sujet. L'affaire a quelque chose d'étrange et de pesant que le paysage de montagne accentue. Les témoignages en Savoie sont minoritaires. Cécile doit passer son Bac de Philo la semaine suivante. Elle est en classe de Terminale littéraire, pourtant elle a envie d'être "prof de sport". A la rentrée, elle prévoit de s'installer avec sa meilleure amie à Grenoble en colocation. Projet qu'elle a hâte de réaliser pour "enfin" quitter le foyer familial.

Le dimanche 8 juin 1997

Le samedi 7 juin 1997, une soirée d'adolescents avec une jeune fille et quatre garçons s'est déroulée dans l'appartement où habitait Cécile. Le récit qui en a été rapporté peut être résumé en deux mots : avec modération. Quoiqu'il en ait été, quelque chose a justifié que Cécile, dès le lendemain matin, tente de joindre sa sœur au téléphone. Voici la chronologie connue ou estimée du dimanche 8 juin :

- Avant 10h44 emploi du temps de Cécile inconnu.

- 10h45 Elle tente sans succès de joindre sa demi-sœur au téléphone, celle-ci étant absente, c'est une cousine colocataire qui décroche, l'échange est bref.

- Début d'après-midi, heure inconnue, Sébastien retourne dans l'appartement où réside Cécile, jusqu'à 

- 16h45, heure à laquelle Cécile appelle sa meilleure amie Sandrine, après le départ de Sébastien. Elle lui demande de venir, ce que son amie ne peut faire. La conversation dure environ 30 mn. Ensuite, à

- 17h18 Cécile appelle son père en Normandie pour lui confier ses inquiétudes, la communication dure jusqu'à 17h24.

- Autour de 17h30-35, départ estimé de Cécile de son domicile. Elle ferme la porte à clé.

- Vers 17h35 [estimé] Une personne aurait aperçu Cécile près de la gare de Saint-Jean-de-Maurienne.

La distance entre le domicile de Cécile et l'école de Pontamafrey représente environ 5,5 km à l'échelle 200m de Google Maps. Pour une vitesse de marche estimée à 5-6 km/heure cela donne environ une heure de marche. Le site Mappy indique 1h13 par le centre-ville de Saint-Jean, ce qui confirme une heure de marche environ par la gare.

La cabine téléphonique de la Gare de Saint-Jean en septembre 2012 (Google Street View)

- Vers 17h40 [estimé] Un témoin aurait vu Cécile près d'une cabine téléphonique (laquelle ?)

- 17h45 Une camarade de Cécile, Myriam, la voit marcher le long de la D906 à la sortie de Saint-Jean-de-Maurienne, en direction de la D1006, sans sac apparent.

- Vers 18h00 [estimé] L'ancien curé de Saint-Jean aurait aperçu Cécile sur le pont enjambant l'Arc.

- Un témoin à 18h15 est persuadé d'avoir croisé Cécile une première fois (lieu ?) [lieu estimé : avant la zone d'activités - pour lui après la zone d'activités]

- Vers 18h45, Cécile est aperçue une seconde fois devant (ou auprès) de l’École élémentaire de Pontamafrey par le témoin de 18h15 [donc à son retour].

Cabine télecom située entre la gare et la D906, celle de Pontamafrey (avr. 2008), la station service (oct. 2009)

- Cécile aurait été vue par un témoin à une station service sur la D1006 à l'arrière d'une Peugeot 205 rouge immatriculée dans la région de Turin. On traverse Pontamafrey depuis l'école élémentaire par une rue débouchant sur la D1006, principal axe routier venant de Turin, peu après la cabine téléphonique, et la station service se trouve seulement quelques centaines de mètres plus loin. On peut imaginer une voiture prenant en stop une jeune fille à la station service, on peut difficilement imaginer un automobiliste enlever une jeune fille dans Pontamafrey et s'arrêter ensuite pour faire du carburant à la sortie du village. En tout état de cause l'heure du témoignage n'est pas révélée. Heure estimée 19h00.

Le choc des émotions

Une situation inédite dans la vie de jeune femme de Cécile Vallin s'est probablement créée au cours du weekend des 7 et 8 juin 1997. Un événement entraînant une cascade de questionnements relatifs à ses projets scolaires et sentimentaux ? Quelque chose de plus important ? Ne réussissant pas à exprimer ses inquiétudes, surtout par téléphone, aux personnes avec lesquelles elle était la plus proche, pour des raisons liées aux circonstances, une densité émotionnelle l'aurait-elle désemparée ? 

Certains témoignages parlent d'une Cécile triste, d'autres d'une Cécile énervée. Serait-elle sortie dans l'espoir de résoudre d'abord son problème de loyauté vis à vis de son petit ami Jérémy ? Quels étaient d'ailleurs ses projets avec lui, pour le moyen terme ou par exemple pour les prochaines vacances scolaires ? Pensait-elle rencontrer quelqu'un sur le parking situé au pied de la montagne et proche de l'Ecole élementaire ? Quelle a été sa dernière décision ?

A propos du témoignage de l'ancien curé de Saint-Jean

Si l'ancien curé de Saint-Jean a aperçu Cécile sur le pont enjambant l'Arc autour de 18h00 en allant vers Pontamafrey comme sa progression à pied peut le laisser supposer, il s'agit d'un élément s'inscrivant logiquement dans la chronologie. Si l'heure de l'observation se situe vers 19h00 ou plus, il s'agirait de Cécile retournant vers Saint-Jean-de-Maurienne.

A propos du platane sur la D906 marqué d'une croix rouge

Voici le platane marqué d'une croix rouge pour l'émission "Non Élucidé" du 4 février 2021 (Image Google Street View). S'agit-il d'un arbre pris au hasard pour la reconstitution ? Si cet arbre est celui où Cécile a été réellement vue par son amie, il est situé un peu plus loin que "la sortie" de la ville. Il faut plus de temps pour y arriver. Un décalage de quelques minutes dont on pourrait déduire que Cécile serait partie juste après avoir raccroché d'avec son père.

A propos de cet article

Un concours de circonstances a conduit à cette analyse de la disparition il y a 25 ans de Cécile Vallin (voir le commentaire sous l'article). Compte tenu du contexte entourant cette affaire, contrairement  à l'habitude rédactionnelle, une ou plusieurs modifications, précisions ou mises à jour pourraient avoir lieu ultérieurement.

Sources :

- Émission L'Heure du Crime "La disparition de Cécile Vallin", présentée par Jean-Alphonse Richard sur RTL.

- Émission Les Cicatrices de la Justice de Farrah Youbi "Cécile où es tu?", présentée par Paul Lefèvre sur Planète +.

- Émission Non Élucidé "L'Affaire Cécile Vallin", présentée par Arnaud Poivre d'Arvor sur RMC Story.

- Page Wikipédia Affaire Cécile Vallin

- Google Maps

Xavier Dupont de Ligonnès serait-il toujours vivant ?

L'Affaire Xavier Dupont de Ligonnès comporte un nombre important de similitudes avec une affaire plus ancienne qui s'est déroulée au...