12 avril 2022

Le Trio de Fort Worth est toujours porté disparu

En décembre 1974, trois jeunes filles, Rachel Trlica, Renée Wilson et Julie Ann Moseley, ont disparu d'un centre commercial la veille du réveillon de Noël. Une étrange affaire de disparition jusqu'à présent non résolue. 

Dans cette affaire, depuis plus de 47 ans, personne n'a jamais été arrêté, aucun nom de témoins n'a été révélé et le grand public ne dispose que de très peu d'informations officielles. On ne sait pas exactement à quelle heure les filles ont été vues pour la dernière fois et il n'est même pas facile de savoir précisément où la voiture retrouvée était garée sur le parking du centre commercial.

Ce que nous savons

Nous sommes le lundi 23 décembre 1974. À Fort Worth, près de Dallas, dans l'État du Texas. Dans quelques instants, il sera midi. L'action se déroule sur Gordon Avenue, devant la maison de la grand-mère de Renée Wilson. Renée a 14 ans et sa mère travaille pour une entreprise de nettoyage à sec. Ce matin-là, comme elle le fait habituellement, la mère dépose Renée chez sa grand-mère*. La jeune fille est joyeuse et excitée car elle a reçu tôt ce matin une bague de fiançailles de son petit ami, Terry, 15 ans, qui habite en face.

Ensuite, les deux jeunes gens attendent devant la maison. Ils attendent l'arrivée d'une amie de Renée, Rachel. Les deux jeunes filles ont rendez-vous pour aller faire du shopping dans le centre commercial voisin, le Seminary South. Elles se connaissent depuis longtemps car leurs parents avaient l'habitude d'aller camper ensemble quand ils en avaient l'occasion. Le 23 décembre, il est temps pour elles d'aller faire du shopping. Ce n'était pas possible auparavant pour Renée. À 14 ans, elle n'a pas de voiture, et puis elle doit aller chercher des vêtements que le magasin Army and Navy a mis de côté pour elle, deux paires de jeans. Pour Renée Wilson, il n'est pas question que le shopping dure trop longtemps. Le soir même, elle doit se rendre à une fête de Noël avec son petit ami Terry et elle veut avoir le temps de se préparer. Les filles ont donc décidé de rentrer chez elles à 16 heures.

Rachel Arnold arrive quelques minutes plus tard, au volant d'une Oldsmobile marron doré, une Cutlass quatre portes de 1972. C'est une grosse voiture américaine de l'époque avec un énorme coffre à l'arrière. La jeune conductrice, Rachel, a 17 ans et est mariée depuis 6 mois à Thomas (Tommy) Trlica, un homme de 21 ans déjà divorcé et père d'un fils de 2 ans. La vie était différente à l'époque et après avoir divorcé, Tommy s'est fiancé à Debra, la sœur aînée de Rachel. Debra a deux ans de plus que Rachel. Quelque temps plus tard, le couple se sépare, Tommy se rapproche de Rachel et ils se marient. Debra, de son côté, est tombée amoureuse d'un autre garçon, puis ils se sont séparés. Rachel a invité sa sœur à venir habiter avec elle, Tommy et le petit garçon de Tommy, Shawn.

À 17 ans, Rachel Trlica est étudiante au lycée Southwest de Fort Worth et, en même temps, elle cherche un emploi dans un magasin. Il est possible que cette recherche l'ait conduite auparavant vers les magasins du centre commercial Seminary South, qui n'est pas si loin de chez elle. Ce lundi 23 décembre au matin, avant de partir rejoindre Renée Wilson et de se rendre au centre commercial, Rachel a proposé à sa sœur de l'accompagner, mais Debra a préféré rester au lit. On ignore comment Rachel était habillée ce lundi 23 décembre 1974. On sait seulement que la jeune femme a les cheveux bruns, les yeux verts, une dent antérieure supérieure ébréchée et une petite cicatrice au menton. Elle porte une alliance. Elle mesure 1,68 m et pèse 49 kg.

De son côté, Renée a des cheveux roux ondulés, une peau claire et des yeux marron. Elle mesure 1,57 m et pèse 50 kg. Elle a 14 ans et était habillée d'un pantalon bleu violet qui lui serrait les hanches, d'un t-shirt jaune pâle Avon, avec les mots "Sweet Honesty" écrits en lettres vertes. Elle portait des chaussures Oxford rouges et blanches et une bague de fiançailles.

Vivant dans la maison en face de la grand-mère de Renée, la maison dans laquelle Renée se trouve la plupart du temps, Julie Ann Moseley a 9 ans, des cheveux sable, des yeux bleus. La petite fille mesure 1,30 m et pèse 39 kg. Elle a une petite cicatrice sous l'œil gauche et une autre au milieu du front. Les vêtements qu'elle portait le matin du 23 décembre sont un chemisier rouge, un pantalon en jean foncé et des chaussures de tennis rouges. La jeune fille est également la sœur de Terry, le fiancé de Renée. Sachant pour la bague de fiançailles de Renée et voyant arriver la voiture de Rachel, elle en profite pour traverser la rue et se joindre à la conversation.

En ce lundi 23 décembre 1974, en fin de matinée, devant la maison de la grand-mère de Renée à Fort Worth, sur Gordon Avenue, il y a aussi Janet, 11 ans, l'aînée des sœurs de Terry. Dans ce quartier, en pleine période de vacances, le moindre événement est immédiatement connu de tous. Avant de partir pour le centre commercial Seminary South, Rachel et Renee demandent à Janet si elle veut les accompagner mais la jeune fille décline l'invitation.

Julie Ann en profite pour demander si elle peut venir à la place de Janet. Les deux jeunes filles sont un peu prises de court à l'idée de surveiller une fillette de 9 ans qu'elles ne connaissent pas très bien, et l'idée ne les enchante guère. Elles tentent d'esquiver en répondant "Oh oui, mais seulement si ta mère accepte", certaines que la mère refusera.

Julie Ann n'a qu'à traverser la rue pour appeler sa mère. Elle rentre chez elle, et parvient à la joindre sur son lieu de travail. Après plusieurs refus, la mère ne connaissant pas mieux Rachel et Renée, sa mère lui dit "vous n'avez pas d'argent". Elle finit par se rendre à l'argument "je vais rester seule à la maison sans personne avec qui jouer". Une décision qu'elle regrettera pour le reste de sa vie. Les deux filles ont également invité Terry, mais le garçon, qui avait promis de passer l'après-midi avec un ami qui se faisait opérer d'une hernie le lendemain, veille de Noël, a également décliné l'invitation.

C'est donc en trio que Rachel, Renée et Julie Ann ont quitté avant midi ce quartier tranquille de Fort Worth.

C'est ici que se trouvait le magasin de surplus et de vêtements (Google)

Nous sommes à Fort Worth, au Texas. Il convient de préciser que la ville est immédiatement à l'ouest de l'agglomération de Dallas, que la maison du couple Trlica est un peu au sud-ouest du centre commercial, et que la maison de la grand-mère de Renée et celle des parents de Julie Ann ne sont pas très éloignées. En partant de cette rue et avant de se rendre au centre commercial Seminary South, le trio s'est d'abord dirigé vers le magasin Army and Navy pour récupérer des cadeaux qui avaient été mis de côté.

Les magasins de surplus se trouvent davantage en ville qu'en périphérie. Selon certaines sources, le magasin Army and Navy où les filles se sont rendues était situé au 601 West Berry. Renée aurait échangé le jean qu'elle portait pour ressortir vêtue de l'un des deux nouveaux. Selon l'histoire officielle, les filles se sont ensuite rendues au centre commercial et ont garé l'Oldsmobile au niveau supérieur, près du magasin Sears. À Fort Worth, les gens se souviennent de ce centre commercial à ciel ouvert dont la conception architecturale, l'aménagement paysager, les magasins bordés de larges allées avec des zones ombragées et des fontaines se sont combinés pour faire de ce lieu l'une des attractions populaires du grand Sud-Ouest américain.

À la fin des années 60 et au début des années 70, pour les habitants de Fort Worth, et surtout pour les résidents locaux, Seminary South était LE et surtout le seul centre commercial de la ville. Un lac avait été asséché pour sa construction et en fait, la plupart des parkings environnants étaient situés plus en hauteur.

En cette période de fêtes de fin d'année, Sears arborait le thème de Noël en lumières sur ses façades, mais les clients ne s'attardaient pas dehors à cause du froid, préférant se précipiter dans les magasins proposant des articles à bas prix.

Rachel connaît bien le centre commercial, elle habite à quelques rues de là et cherche un emploi dans un magasin. Renée et Julie Ann le connaissent probablement aussi. Des familles de Fort Worth viennent régulièrement à Seminary South et l'exposition de jouets de Noël chez Sears attire chaque année les enfants. Et puis ce magasin, tout comme son concurrent Murphys, possède un rayon de disques très apprécié des adolescents. C'est d'ailleurs au rayon disques de l'un de ces magasins que les trois jeunes filles auraient été vues pour la dernière fois, juste avant leur disparition, par un jeune employé prétendant être une connaissance de Rachel.

Disparues

Ce qui leur est arrivé par la suite est un mystère. Peu après que la disparition ait été rendue publique, plusieurs témoins ont signalé à la police de Fort Worth qu'ils avaient vu les trois filles à l'intérieur du centre commercial, mais la plupart des autres n'ont rien vu d'autre que la routine. Quelques personnes ont tout de même remarqué le t-shirt Sweet Honesty de Renee, sans donner plus de détails. Plus tard, beaucoup plus tard, ce seront finalement une vingtaine de témoins qui se souviendront, cet après-midi-là, avoir vu les trois filles disparues. Mais était-ce vraiment elles ?

Le lundi 23 décembre 1974, à 16 heures, pas de Rachel, pas de Renée, pas de Julie Ann. À 17 h, ni l'une ni l'autre. 18 heures sont arrivées, puis 19, 20 et 20h30. Peu à peu, la colère avait fait place à l'inquiétude.

De la fin de la journée et de la nuit qui a suivi, peu de souvenirs sont restés aux membres des familles. Ils ont trouvé la voiture garée et correctement verrouillée à l'est du parking de Seminary South, mais sans autre explication. Certains sont restés au centre commercial toute la nuit, surveillant l'Oldsmobile abandonnée avec un fusil de chasse et attendant le retour des filles. Est-ce Rachel ou quelqu'un d'autre qui a garé la voiture ? Un cadeau emballé pour Shawn, le beau-fils de Rachel, se trouvait à l'arrière de l'Oldsmobile, mais il était là depuis le départ de Gordon Road. Les jeans de Renée, une paire de jeans usés et une autre paire de jeans neufs, ont été retrouvés plus tard dans l'Oldsmobile. Selon la source, ils se trouvaient soit dans le coffre, soit dans un sac militaire sur le siège arrière de la voiture. Rien dans le contenu de la Cutlass n'indique que les filles soient retournées à la voiture, même pour ranger les achats qu'elles auraient faits au centre commercial.

"Je sais que je vais l'attraper" (la dispute)

Le lendemain matin, une lettre est arrivée au domicile de Rachel. Une lettre signée Rachel pour son mari Tommy. L'enveloppe est adressée à Thomas A. Trlica, sous forme administrative, et non au familier "Tommy" comme Rachel appelait toujours son mari. "Rachel" est griffonné dans le coin supérieur gauche de l'enveloppe, et le cachet de la poste sur un timbre de 10 cents est daté de ce matin-là, le mardi 24 décembre 1974.

De nombreuses interrogations concernant l'enveloppe et la feuille de papier manuscrite remontent à ce jour. La plupart des articles de journaux et des billets de blogs ont repris cette étrange lettre et on la retrouve reproduite partout sur le net (exemple ici). Rien ne prouve que cette "lettre" n'a pas été écrite pour une autre raison et même bien avant la disparition des filles. En tout cas, le sujet est discuté depuis août 2004 sur un forum bien connu.
Si elle est liée à la disparition, la question n'est pas tant de savoir qui a écrit la lettre que de savoir à quoi elle est destinée. Il était probable que cette note manuscrite soit une invraisemblance. Et puisque après une semaine les filles ne sont pas revenues, il était dès lors évident qu'il s'agissait d'un leurre. Mais dans quel but ? Pour adoucir l'événement pour les familles ? Qui sont les criminels qui s'occupent des proches des personnes disparues ? Les proches sont généralement considérés comme des suspects.
Cette lettre présumée de Rachel est particulièrement curieuse en raison de sa rapidité d'acheminement.

Bien que cette circonstance puisse exister, il est inhabituel qu'un ravisseur multiple écrive ou envoie aux familles des lettres se présentant comme venant des victimes. D'autre part, nous décelons la volonté de quelqu'un d'attribuer la décision de fuir à l'aînée. Parce qu'elle est la plus âgée ? Pas parce qu'elle conduit une voiture, dans ce cas la voiture est restée sur le parking. Le but était soit d'épargner effectivement les familles car le ou les ravisseurs avaient une raison de le faire, soit d'entretenir la confusion en fournissant une fausse piste aux enquêteurs. Ou les deux.

Après la disparition, la police a dit aux parents que les filles avaient fugué, ce qu'ils ont fermement nié. Ce n'est qu'au début de 1975 qu'un jeune homme prétendant être une connaissance de Rachel a finalement appelé le père de celle-ci pour lui dire qu'il avait vu les filles cet après-midi-là au rayon des disques d'un magasin du centre commercial. Selon ce jeune homme, Rachel et lui auraient parlé brièvement. Plus étrange encore, il a également affirmé qu'une autre personne semblait être avec les filles.
Frustrées par l'enquête de la police, les familles des filles disparues ont engagé un détective privé flamboyant au printemps 1975. Il organise des conférences de presse, oblige la police à le laisser examiner les dossiers et fait la une des journaux. L'homme est mort en 1979 de ce qu'on a dit être une overdose, sans aucun résultat sur l'affaire. Sa mort a été classée comme un suicide et tous ses dossiers, y compris ceux relatifs à ce Trio disparu, ont été détruits, comme il l'avait demandé. Les familles ont suivi toutes les pistes possibles, des centaines de routes secondaires ont été explorées par des bénévoles. La plupart des broussailles du Texas ont été ratissées, toujours sans résultat.

Vingt ans et bien plus tard

Rusty Arnold avait 11 ans lorsque sa sœur Rachel a quitté la maison en décembre 1974. Vingt ans plus tard, au milieu des années 1990, il a rencontré un nouveau détective privé en faisant une recherche aléatoire dans les pages jaunes. À sa grande surprise, le frère de Rachel a découvert que ce détective privé en savait déjà beaucoup sur l'affaire des personnes disparues et semblait vouloir résoudre le mystère. Jamais engagé par les familles, et bien qu'il ait annoncé à l'époque une récompense de 25 000 dollars provenant de ses fonds personnels, il a jusqu'à présent surtout recueilli des menaces l'invitant à rester à l'écart de l'affaire du trio disparu. Lorsqu'elle a été rouverte en janvier 2001, l'affaire a été confiée à un nouvel inspecteur de la criminelle dont l'opinion était que les filles avaient quitté le centre commercial avec quelqu'un en qui elles avaient confiance, et que plus d'une personne était impliquée dans l'histoire.

Au cours des dernières années, Rusty Arnold et une équipe de plongeurs professionnels ont fouillé à plusieurs reprises le lac Benbrook, situé à environ 12 km de l'endroit où sa sœur a été vue pour la dernière fois, dans l'espoir de trouver des preuves qui pourraient faire la lumière sur ce qui est arrivé aux trois filles disparues. Non seulement le lac est proche de l'endroit où se trouve le centre commercial, mais il est également proche du domicile d'un suspect. En utilisant un sonar, Arnold a localisé trois voitures au fond du lac Benbrook.

En 2018, une équipe de quatre plongeurs l'a aidé à récupérer les trois voitures situées au fond du lac. Le 22 septembre 2018, l'équipe de plongeurs a sorti la première voiture. Le 13 octobre, la deuxième voiture a été sortie de la boue, après deux jours d'efforts. Malheureusement, une équipe médico-légale a déterminé qu'aucune des voitures n'était liée au trio disparu. En septembre 2019, des plongeurs ont tenté de remonter la troisième voiture, mais la carcasse, après de nombreuses années sous l'eau, s'est avérée trop fragile pour être retirée du lac Benbrook. Il a été décidé de reporter son exploration, et une nouvelle tentative a été faite le 17 juillet 2020, malgré l'opacité de l'eau. La carcasse de la voiture a finalement été fouillée, mais rien n'a été trouvé.

Cette déception n'a pas entamé les espoirs de Rusty Arnold et des plongeurs. Ils espèrent explorer un autre lac voisin et trouver un indice dans une autre voiture qui pourrait être liée au trio disparu.

De multiples théories mais pas de corps

Les dizaines de théories sur cette affaire pourraient écrire une douzaine de romans sur les raisons de la disparition des filles. Et encore, elles tournent principalement autour de Rachel. Si on prenait Renée ou Julie Ann comme cible principale, on pourrait probablement multiplier les scénarios par deux. C'était un voyage planifié pour Rachel et Renée et elles ont pu en parler autour d'elles bien avant ce lundi 23 décembre. Rachel et Renée avaient un rendez-vous pour aller chercher des jeans mis de côté et Renée a pu en parler à l'école, avec des amis, avec la famille. On ne sait pas exactement pourquoi Rachel devait sortir, si ce n'est pour être le chauffeur de Renée. On ne sait pas ce que Rachel était censée faire au centre commercial.

Était-elle là pour acheter un disque de chansons de Noël pour son premier réveillon avec son mari et son beau-fils ? Une famille déjà composée. À moins que les filles n'aient été attirées par l'achat du dernier tube musical. Replaçons-nous en 1974. Les magasins de disques étaient des endroits où l'on pouvait acheter des disques, les écouter, ou même simplement regarder les pochettes dans les rayonnages. Quel est le lien entre les filles et les disques ? En ont-elles acheté un, en ont-elles écouté un ? L'une d'entre elles a-t-elle eu un rendez-vous à cet endroit ? Ou bien n'y sont-elles jamais allées ? 

Une partie du parking Est du Centre Commercial (Illustration Google Street View)

Renée et Julie Ann ont été vues pour la dernière fois sur Gordon Avenue le 23 à 12h00 (il a été dit midi pour Renée). La sœur de Rachel a signalé sa disparition par téléphone le 24 décembre 1974 à 1h30 du matin. Elle a alors indiqué qu'elle l'avait vue pour la dernière fois le 23 à 12h30 et a déclaré que la voiture, dont elle a indiqué la plaque d'immatriculation, avait été retrouvée garée sur le parking du centre commercial à 22h00. Il est possible qu'elle ait trouvé la voiture à cette heure-là, car les proches de Renée ont déclaré l'avoir trouvée sur le parking Est à 20h30. La voiture était-elle garée sur un terrain assez éloigné appelé le "terrain supérieur" du centre commercial ou était-elle garée sur la partie supérieure du parking de Sears ? En cette période de Noël, personne n'a remarqué qui avait garé la voiture à cet endroit.

Dans la deuxième partie de la série de podcasts Gone Cold, il est fait mention d'un témoin qui a vu les trois filles au domicile de Rachel vers 12h30. Il est entendu que ce témoin était la mère de Shawn qui est venue déposer (ou reprendre, selon une source contradictoire) le petit garçon pour Noël. Si cette information est vraie, elle corroborerait la déclaration de la sœur de Rachel selon laquelle elle a vu Rachel pour la dernière fois à 12h30. Cela soulève cependant la question de la proposition de Rachel rapportée par la sœur de Rachel d'aller faire les courses avec elle. Qui gardait l'enfant le matin du 23 décembre ? Où était-il l'après-midi ? Qui l'aurait gardé si la sœur était partie avec les filles ?

Sur un groupe de discussion, une femme dit qu'elle et une autre fille étaient censées retrouver Rachel et Renée au Murphy pour le déjeuner. Elle ajoute que le trio ne s'est jamais présenté, mais admet également qu'elle et son amie n'ont pas attendu très longtemps et sont allées faire des courses par elles-mêmes. La femme affirme même qu'elles n'ont jamais vu le trio ce jour-là au centre commercial. Si tout cela est vrai, certains pensent qu'elles ont probablement disparu du centre commercial peu après leur arrivée.

Les filles ont-elles disparu parce qu'elles présentaient un réel intérêt ou une menace potentielle ? Ont-elles vu quelque chose qu'elles n'auraient pas dû voir ? Ou était-ce parce que toutes les trois représentaient une "attraction" pour une personne ou un groupe ? Des questions qui demeurent après toutes ces années. Il y a peu d'informations et beaucoup d'opinions. Pas de restes, pas de preuves, pas d'indices, pas de suspect officiel. Pourtant, tous ceux qui ont étudié cette affaire de disparition ont leur propre théorie (parfois plusieurs), tout comme l'auteur ici présent.


*Terry Moseley a déclaré à NBCNews en déc, 2018, que Renee "avait passé la nuit chez sa grand-mère" - Sources : Ce texte est la traduction adaptée de The Fort Worth Trio still Missing suivi de Unsolved Fort Worth Missing Trio Case : Sorting Out. Une partie du texte est basée sur le podcast (maintenant obsolète) de l'auteur en français (novembre 2020-avril 2021) - En ce qui concerne le premier article en français (avril 2019) et le podcast en français, les sources de base sont très documentées. A ces sources il faut ajouter https://www.fwweekly.com/2020/12/16/portrait-of-a-true-crime-character/, http://www.websleuths.com. Mise à jour le 14/04/2022

17 janvier 2022

Investigation sur l'affaire des Trois disparues de Springfield



Deux nouvelles diplômées d'une école de Springfield, Missouri, Suzanne « Suzie » Streeter, Stacy McCall, ainsi que la mère de Suzanne, Sherrill Levitt, n'ont plus donné de nouvelles depuis une nuit de Juin 1992. Il est convenu qu'elles ont disparu ensemble de la maison dans laquelle Suzanne et sa mère habitaient depuis moins de deux mois. Voici la suite d'une étude approfondie sur ce cas exceptionnel de disparition, une affaire non résolue depuis 1992.

Il semble que l'affaire des trois femmes disparues de Springfield mette en avant l'idée que Suzie, Stacy, et d'autres, avaient prévu de partir en même temps, et ensemble (depuis où précisément on l'ignore) pour passer la seconde partie de la nuit du samedi au dimanche dans un hôtel près au parc aquatique de Branson où elle auraient ensuite passé la journée. Il s'agit d'un déplacement qui pose des questions. A ceci on peut ajouter le mystère des sacs.

Les sacs des trois disparues, entre autres affaires leur appartenant, se trouvaient alignés au pied des marches permettant d'accéder à la chambre de Suzie, celle-ci étant située sur le côté de la maison derrière l'abri pour voitures. Les sacs de la propriétaire et de sa fille sont des fourre-tout. Celui de l'invitée d'un soir est un simple sac à soufflet, un objet idéal pour une soirée. Ce sac a été photographié posé sur le sac de voyage de Suzie. Il n'est question d'aucun sac de voyage pour Stacy, ni de vêtements de rechange. Par ailleurs, rien ne prouve que Suzie n'avait pas préparé d'avance son sac de voyage pour qu'elle l'emporte le dimanche matin. L'histoire est construite sur les témoignages ultérieurs.

Samedi 6 juin, Suzie Streeter et Stacy McCall sont arrivées au domicile des Kirby à Battlefield, au sud de Springfield, depuis leur précédent lieu respectif, avec leurs voitures respectives. Elles partent à pied en groupe chez Brian, il habite à moins d'un kilomètre. Le véhicule dans lequel elles ont ensuite rejoint le domicile de Michelle E. est inconnu du grand public. Chez Michelle, elles restent un moment, puis décident de retourner à Battlefield. Shane, un ami qui a une voiture leur permet de quitter la fête peu avant 2h00 du matin. Elles sont de retour chez Brian quelques minutes plus tard. Rapidement, autour de 2h15, accompagnées de Janelle Kirby, l'ami les ramène finalement chez les Kirby.

Comme à 2h20 toutes les chambres de la maison des parents de Janelle sont occupées par de la famille, y compris celle de Janelle, une solution de secours est prévue dans le salon. Le lieu où se trouve le petit ami de Janelle à ce moment est inconnu du grand public. La solution de camping dans le salon ne convient pas à Suzie, qui vient d'avoir un grand lit à eau pour son diplôme et elle décide d'aller dormir chez elle, ce n'est pas si loin. Elle a de plus mal à l'estomac. Suzie demande à Stacy si elle veut venir avec elle, Stacy repond Ok. Elles repartent à priori chacune avec sa voiture, bien qu'elles sont censées d'après l'histoire revenir chez les Kirby le lendemain, Suzie promet de téléphoner le dimanche matin pour se mettre d'accord sur l'heure de départ.

Nigel H. était chez elle, attendant tôt dimanche matin un appel pour savoir à quelle heure elle partirait pour le parc aquatique. N'ayant pas de nouvelles de sa meilleure amie Suzie, elle a appelé le 1717 Delmar Est et, sans réponse, a fini plus tard par s'y rendre. De son côté, une autre fille du groupe, Adina R. "s'est alarmée lorsque Janelle Kirby l'a appelée et a dit qu'elle n'avait pas de réponse" au domicile de Suzie. Elle était inquiète de la disparition des filles. Elle dit "Je sais qu'elles ne seraient pas parties sans nous dire qu'elles n'allaient pas à White Waters". Quand Adina devait-elle partir pour Branson ?

Stacy a-t-elle parlé pour elle-même lorsqu'elle a appelé sa mère pour l'informer que le départ pour Branson était différé ou, implicitement, pour le groupe ?

Concernant Suzie, le fait qu'il y avait une forte somme d'argent dans le sac de Sherryll renforce la possibilité du départ de Suzie le dimanche depuis la maison du 1717 Delmar, l'argent étant nécessaire pour les attractions du parc aquatique.

De mystérieux trajets nocturnes

Si, par un moyen ou un autre, Sherryll Levitt est informée au milieu de la nuit que sa fille traîne en ville, ou qu'elle voit qu'elle n'est pas encore rentrée à la maison, en quelle compagnie pensera-t-elle que Suzie se trouve ? Et pourquoi sortirait-elle énervée à 2h15 du matin, et peut-être inquiète, à la recherche de sa fille durant une nuit de fêtes de fin d'études ? Une nuit qui compte beaucoup dans la vie des jeunes de Springfield. S'est-elle inquiétée à son tour, comme la maman de Stacy, du risque d'accident en roulant de nuit sur la route de Branson ? A moins que pour elle il n'avait jamais été question que Suzie parte cette nuit-là ? Ou parce qu'elle pensait que sa fille y était partie plus tôt ? Ou encore parce qu'elle n'imaginait pas jusqu'à cette heure que sa fille puisse circuler dans la ville ?

Sherryl Levitt, Suzy Streeter et Stacy MacCall ont toutes les trois été vues pour la dernière fois dans une même fourchette horaire, dans un périmètre défini, le sud de Springfield, mais pas au même endroit. Elles ont été vues au même endroit, mais pas à la même heure. En étudiant le plan de Springfield on constate que les deux supérettes ouvertes jour et nuit se trouvent le long d'un trajet permettant de rejoindre les différentes adresses citées dans cette énigme des trois femmes disparues. Le lieu où travaille le témoin principal est situé à un angle pour lequel on pourrait dire sans se tromper que les filles, à un moment où un autre y sont nécessairement passées. Et sans doute plusieurs fois.

C'est entre 22 heures et 22 heures 30 que Suzanne Streeter serait venue à cet endroit, et bien au même endroit, pas à 2h15 du matin. Et pourtant Suzie, et Stacy, passeraient de nouveau au même carrefour, celui de la première supérette, cette fois-ci dans l'autre sens, en gros un quart d'heure ou vingt minutes après le passage de la mère de Suzie. Selon le News-Leader du 18 juin 1992 "Sherryll Levitt a vécu dans ce quartier avant d'acheter sa maison du 1717 E. Delmar St. où les voitures des trois femmes ont été retrouvées. Et même après y avoir déménagé il y a environ deux mois, elle est restée une cliente assez régulière, selon la police." De façon surprenante, il est ajouté "De même que Streeter et McCall." 

En aucun cas l'employé de la supérette ne peut savoir que Suzie et Stacy vont revenir vers le 1717 Delmar Est dans la demi-heure suivante, elles ne le savent pas elles-mêmes. La coïncidence de la plage horaire est troublante. Où Sherryll s'est-elle rendue ensuite ? Aurait-elle prolongé son déplacement vers Battlefield, pour finalement s'apercevoir que la voiture de sa fille n'y était pas ? Et pour cause, celle-ci étant repartie. Ou bien aurait-elle rebroussé chemin jusqu'à son domicile, arrivant sans doute après les deux filles ? Et trouvant sa place de stationnement libre.

Plus de trois semaines après la disparition, le journal évoque la possibilité d'une "autre femme ressemblant à Sherryll Levitt (qui) pourrait avoir été à la supérette 4140 S. Fremont Avenue à la recherche de sa fille et d'une autre jeune femme", et la police cherchait de nouveaux éléments pour confirmer ou infirmer. Ceci étant, il semblait simple de savoir si la nouvelle personne était une cliente régulière du magasin et si elle était revenue acheter depuis, ce que n'a pas pu faire Sherryll.

Dans cette affaire, l'hypothèse, la principale, est celle de l'enlèvement des trois femmes au 1717 Delmar Est. Suzie et Stacy sont arrivées, la mère de Suzie était présente ou bien elle est arrivée ensuite. Et comme il n'est pas toujours facile de se rendormir après une balade nocturne, en se mettant au lit Sherryll a mis ses lunettes et pris un livre pour lire quelques pages. C'est quand elle a entendu du bruit au dehors, vers l'abri à voitures, qu'elle a de nouveau passé sa robe fleurie pour aller voir ce qu'il se passait. Peut-être a-t-elle reconnu un rôdeur, elle qui connaissait beaucoup de monde à Springfield avec son métier de coiffeuse. Le globe de lumière du porche a été retrouvé cassé par Janelle et Mike H. lorsqu'ils sont venus à la maison dans la journée du dimanche, après avoir vainement essayé de téléphoner. Un globe cassé qui a focalisé l'attention de nombreuses personnes alors qu'il est absent sur la photo représentant la maison avec Sherryll, son chien et Suzie. Un cliché pris peu après l'achat et en tout état de cause avant la disparition.

A suivre...

CHRONOLOGIE

Samedi 6 juin 1992

18h00 Fin de la remise des diplômes

18h15 Sherryll Levitt retourne chez elle

18h30 Suzie Streeter retourne chez elle - Stacy sort pour un repas avec ses parents*

19h30 Un gâteau livré par Nigel chez Suzie

20h00 Suzie repart de chez elle

20h15 Suzie arrive chez Janelle 

20h30 Stacy arrive chez Janelle

20h40 Les filles arrivent chez Brian

21h30 Un ami appelle Sherryll au téléphone pour raison de rénovation

21h30 22h30 Stacy appelle sa mère

22h00 22h30 Départ des filles pour Springfield **

22h00 22h30 Suzy et Stacy dans une épicerie, chacune dans une voiture différente

23h30-01h00 Départ indiqué des filles pour Springfield **

Dimanche 7 juin 1992

01h30 Suzie et Stacy sont présentes chez Michelle - Un voisin tel à la police

01h40 Un policier arrive Hanover Street

01h50 Départ de la fête à Springfield

02h00 Retour chez Brian de Suzie et Stacy avec Shane

02h05 Retour chez Brian de Janelle avec d'autres

02h15 Retour chez Janelle de Suzie Stacy Janelle, avec Shane - Sherryll Levitt au magasin

02h20 Mme Kirby se réveille - Départ de Suzie et de Stacy pour le domicile de Suzie

02h30 35 40 45 Arrivée rue Delmar Est

07h30 Janelle est prête pour partir à Branson - Elle commence à appeler chez Suzie

07h30 Nigel appelle chez Suzie

09h00 12h30 Janelle et Mike vont chez Shane puis chez Sherryll/Suzie

12h30 Janelle et Mike de nouveau au domicile de Suzie

12h45 Janelle répond à deux appels téléphoniques

(Note couleurs Gris : incertain, Rose : auteur du post)

* Si l'on additionne les sources, Stacy est très occupée après la remise des diplômes. Elle irait à un Steakhouse, reviendrait chez elle (proposition de manger le gâteau de graduation), puis irait à une fête d'anniversaire (inconnue), avant finalement d'aller chez Janelle, où elle arrive 15 minutes après Suzie. ** Possible séparément.

Sources : KY3News, Investigation Discovery, True Crime Daily, News-Leader Juin 1992, Google Maps, https://thesuitcasedetective.com/2020/06/18/true-crime-the-springfield-three, https://www.websleuths.com.

5 janvier 2022

Disparues de Springfield : Des déplacements qui posent question

 


 

Près de 30 ans de mystère, personne ne sait ce qui est arrivé aux trois femmes disparues de Springfield, le 7 juin 1992. Une affaire exceptionnelle de disparition, dans laquelle les véhicules sont au cœur du mystère.

En début de soirée du samedi 6 juin, Suzie Streeter et Stacy McCall sont arrivées avec leurs voitures respectives chez les Kirby à Battlefield au sud de Springfield, Missouri. Ce n'est que vers 2h20 du matin qu'elles les ont reprises à cette endroit.

De 23h30 à 1h50, les deux filles se trouvent  East Hanover Street, chez Michelle E. L'adresse se situe dans le centre de Springfield. Suzie et Stacy auraient eu leur voiture à proximité, elles auraient probablement pu facilement rentrer chez l'une ou chez l'autre, ou chacune chez soi. Mais l'idée du départ pour Branson après une fête chez les Kirby, a fait que la Ford Escort de Suzanne Streeter et la Toyota Corolla de Stacy McCall étaient restées stationnées à Battlefield.

A 1h50 du matin, était-il encore question d'aller à Branson dans la nuit ? Le projet n'avait-il pas été annulé dès lors que Stacy avait téléphoné à sa mère à 22h30 ? Si l'on suppose que cet appel a été passé depuis la maison de Brian, ne peut-on pas en déduire que l'idée d'aller à Branson dans la nuit a été abandonnée à cet endroit et autour de 22h15 ? C'est-à-dire assez tôt dans la soirée. Le départ pour Branson a été reporté au lendemain matin puisque Janelle déclare plus tard que les filles l'appelleraient le matin pour qu'elles puissent aller à White Water.

Vers 2h20 du matin, Suzie et Stacy s'en vont de Battelfield pour rejoindre en milieu de nuit le 1717 Delmar Est. Pourquoi repartent-elles séparément alors qu'elles sont censées revenir chez les Kirby pour partir à Branson le lendemain matin ?

Depuis près de 30 ans, il semble que l'affaire des trois disparues de Springfield prend comme base que Suzie Streeter et Stacy McCall avaient prévu de partir au même moment au parc aquatique de Branson. Pourtant, est-ce parce qu'elles ont disparu ensemble qu'elles avaient décidé de partir ensemble ? 

On sait que Nigel H. attendait tôt le dimanche matin l'appel de sa meilleure amie Suzie, pour savoir quand elles allaient partir pour le parc aquatique. Nigel se trouve à son domicile, elle attend des nouvelles de Suzie. N'en ayant pas, elle téléphone de son côté au 1717 Delmar Est et finit par rejoindre le domicile de son amie. En réalité, n'était-il pas plutôt prévu que Stacy parte dans la nuit pour Branson en compagnie de Janelle, sa meilleure amie, et que Suzie ne s'en aille que le lendemain en compagnie de sa meilleure amie Nigel ? D'autant que la chambre de Janelle est occupée par la famille des Kirby. Stacy ne parle t'elle pas pour elle-même lorsqu'elle téléphone à sa mère ? En route, leurs conversations auraient pu tourner, pour les premières, autour de leur entrée à l'Université, de la future sororité et pour les secondes autour de leur avenir professionnel.

Reste que l'on ne connaît pas précisément les équipages qui se seraient formés pour rejoindre Branson, pas plus que le nombre de chambre d'hôtels ni d'autres détails d'intendance relatifs à cette journée de divertissement. Les jeunes gens avaient-ils eux-mêmes une idée précise de leur projet ?

Image recadrée
Quelques jours après la disparition des trois femmes, le vendeur d'une épicerie ouverte 24h/24, Steve T., donnera quelques informations à un policier qui s'était arrêté au magasin. Il appellera les enquêteurs après.

Selon Steve T., Stacy McCall est arrivée dans un modèle de voiture plus ancien pour l'époque, comme une Cutlass ou Grand Prix de couleur marron clair ou or foncé. Il dira que Suzie, Stacy, et une autre amie, sont entrées (à priori ensemble) dans son magasin dans la nuit du samedi 6 juin. D'après lui, il n'y avait eu qu'une dizaine de clients cette nuit-là. Il croît se souvenir que Suzie est venue avec Stacy, qui était la passagère du modèle Cutlass ou Grand Prix. Le conducteur, un homme âgé d'environ 30 ans, aurait dit par la portière de ne pas oublier des cigarettes. Après avoir acheté quelques articles, les jeunes femmes sont reparties séparément. Suzie et la troisième fille sont parties vers le sud de Fremont Avenue et Stacy et son compagnon sont partis vers le nord dans la voiture marron.

Stacy n'avait pas de petit ami attitré, sa maman elle-même a dit qu'elle avait des rendez-vous occasionnels. Il n'est pas invraisemblable qu'elle puisse s'être rendue chez son amie Michelle depuis la maison de Brian avec un jeune homme rencontré chez Brian, ou qu'après avoir téléphoné à sa mère, elle aurait appelé ce jeune homme pour la conduire chez Michelle. Il n'est pas invraisemblable que Suzie et Stacy aient souhaité acheter quelques chips ou boissons pour ne pas arriver les mains vides chez Michelle. Pas plus qu'il n'est invraisemblable que la fille avec qui elle était ait décidé d'aller faire un tour quelque part avant de se rendre chez Michelle. Cette dernière n'était, semble-t-il, pas une amie proche de Suzie.

De son côté Sherryll Levitt serait sortie pour rechercher sa fille dans la nuit. Elle est arrivée à la même épicerie avec sa voiture. L'employé indiquera qu'il lui a parlé à 2h15. Son échange avec la mère de Suzanne Streeter a été très très rapide. Steve T. dit que la femme paraissait nerveuse et a parlé de sa fille par son nom. Elle a décrit deux autres filles avec qui Suzie aurait pu se trouver, comme étant une brunette et une blonde, sans les nommer. Elle a demandé à Steve T. si elles étaient venus ici durant les heures précédentes et est repartie aussi vite qu'elle était venue.

La police considère Steve T. comme un témoin crédible. Le jeune homme de 24 ans ayant précisé être certain que Suzie est entrée dans le magasin entre 22h00 et 22h30, le 6 juin. Il se souvenait de Suzie parce qu'il avait eu avec elle un échange de regards. Les enquêteurs l'ont interrogé ensuite à plusieurs reprises. Steve T. confirmera plus tard que la femme conduisait une Mitsubishi Eclipse de 1990. 

Un client se trouvait dans l'épicerie lorsque la femme ressemblant à Sherryll est entrée. Il dira après à l'employé qu'il avait vu la Mitsubishi 15 à 20 minutes plus tard, garée devant une borne de téléphone d'une autre épicerie située plus loin sur East Republic Road. La police aurait aussi eu un autre témoignage disant que la Mitsubishi bleue se trouvait à l'autre épicerie avant que la femme ne vienne à celle de Steve T.

La Mitsubishi Eclipse bleue de Sherryll Levitt sous son abri
Un banal vol de voiture qui a mal tourné ?

L'affaire de la disparition inexpliquée de Springfield montre que chacune des trois disparues avait sa propre voiture. Fait curieux, pour la majorité des personnes écrivant des articles relatifs à l'histoire ou rédigeant des commentaires sur les forums, la voiture bleue de Sherryll Levitt est appelée Chevrolet Corsica. Or, en fait, il s'agissait d'une Mitsubishi Eclipse d'année modèle 1990.

La Mitsubishi Eclipse était à l'époque le fruit d'un partenariat entre Mitubishi Motors et Chrysler Corporation. Il s'agissait d'une voiture de catégorie Sport Compacte partageant la plate-forme et les pièces automobiles avec d'autres modèles presque identiques, les Eagle Talon et Plymouth Laser.

La plupart des maisons ont un garage, mais le 1717 Delmar Est n'en a pas. En mars 2016°, le véhicule du propriétaire peut être garé sous le même abri, dont on peut voir d'ailleurs qu'il est un ajout à la maison, tout comme l'est la pièce à l'arrière. Si l'on additionne que cette maison ne se trouve qu'à quelques mètres de l'intersection avec une grande avenue de Springfield et qu'aucun voisin n'a son entrée en vis à vis avec cet abri, cela fait de ce lieu un endroit à risque pour un vol de voiture. Peut-être que ça va avec l'équipement des voitures d'aujourd'hui, mais en 1990, les choses auraient pu être différentes. Depuis quelques semaines qu'elle et Sherryll avaient emménagé à cette maison, on le sait par Nigel, Suzy se stationnait toujours derrière sa mère dans l’abri à voitures.

Dans l'affaire des trois disparues de Springfield, on ignore dans quel véhicule sont montées Suzie et Stacy pour rejoindre le domicile de Michelle E. en arrivant de chez Brian. On peut imaginer que Stacy est partie dans une Cutlass ou Grand Prix, il n'en reste pas moins que l'on ignore avec qui se trouvait Suzie. Etait-elle avec Shane, le camarade qui les reconduira toutes deux au retour chez Brian et qui conduisait une Jeep ? Les véhicules non précisés dans lesquels devaient aller l'une ou l'autre des participantes au déplacement à Branson, celui éventuel de Nigel ou certain mais inconnu de Mike H., les voitures abandonnées qui sont la Ford Escort de Suzanne, la Toyota Corolla de Stacy et la Mitsubishi Eclipse de Sherryll, ainsi que les véhicules aperçus par tel ou tel témoin avant ou après la disparition des trois femmes. Par leur présence ou leur absence ces voitures sont au cœur du mystère.

La fameuse nuit, une Chevrolet Cavalier rouge de 1991 a été volée chez un voisin de l'une des femmes disparues. Par ailleurs, une Toyota Supra 1987 bourgogne, un modèle sport compact, a été volée sur le parking du Centre Commercial Battlefield entre 16 heures le samedi 6 juin et le dimanche 7 juin à 14 heures. 

Sherryll n'aurait-elle pas été repérée par des voleurs de voitures alors qu'elle se rendait de nuit vers le sud de Springfield ? Puisqu'elle est revenue garer sa voiture à sa place habituelle, les filles ont pu arriver rue Delmar Est pendant qu'elle était à leur recherche, et Suzie a pu, en même temps que pour guider Stacy dans la nuit, décider de se stationner sur l'allée circulaire devant la maison. Avec comme résultat une belle voiture sport compact qui se retrouve sans une autre stationnée derrière cette nuit-là et qui a pu paraître bien tentante pour des personnes en recherche d'opportunité à un moment où la police est beaucoup occupée.

La police, précisément, pensera qu'un événement important a dû se produire pour que Sherryll Levitt quitte sa maison dans la nuit. Pourquoi une mère sortirait-elle à 2h15 du matin pour chercher sa fille ? 

Où Sherryll pense t-elle que sa fille Suzie se touve à 2h du matin ? Si Stacy devait partir avec Janelle dans la nuit pour le parc aquatique de Branson et que Suzie et Nigel s'y rendent le lendemain, Sherryll aura pu s'inquiéter de ne pas revoir sa fille si tard et tenter de contacter quelqu'un. D'autre part, une personne, amie ou connaissance de Sherryl, aurait pu s'étonner d'apercevoir Suzie au cours de la nuit dans une autre voiture que sa Ford Escort et vouloir prévenir Sherryll. A moins qu'il ne s'agisse d'un appel malveillant.
Si on l'informe au milieu de la nuit que sa fille traîne dans la ville, avec qui pensera t'elle que Suzie se trouve ?

Si quelqu'un a prévenu Sherryll Levitt chez elle il s'agit nécessairement d'une personne ayant son nouveau numéro de téléphone. L'autre probabilité pour que Sherryll ait quitté d'elle-même son domicile à cette heure est qu'elle attendait Suzie plus tôt.

Le dimanche 7 juin matin, les trois véhicules se trouvent dans l'allée circulaire devant la maison ou bien sous l'abri auto du 1717 Delmar Est. C'est un fait. Un faisceau d'indices fait penser que les trois disparues étaient présentes ici après 2h30 du matin. Que Sherryll ne soit pas sortie dans la nuit ou qu'elle soit revenue avant les filles ne change pas que :

a) sa chambre se situe en façade de la maison b) elle a laissé la fenêtre ouverte en raison des odeurs de peinture et vernis c) elle a probablement entendu le bruit des moteurs et des portières de voitures venues se garer sous sa fenêtre.

Dans le cas d'un retour de Sherryll après Suzie et Stacy, a) et b) restent valables.

Après une nécessaire explication familiale, Stacy aura fait connaissance avec le chien Cinnamon et toutes les trois se sont préparées pour aller se mettre au lit. Une ou deux personnes sont-elles arrivées plus tard au 1717 Delmar Est pour voler la Mitsubishi Eclipse ? On sait qu'il n'est pas forcément aisé, tard dans la nuit, de se rendormir. Sherryll aura pris ses lunettes et un livre pour lire quelques pages. Puis elle aura entendu de nouveau du bruit au dehors, vers l'abri à voitures. Sur le pignon de la maison, une porte latérale, à laquelle on accède par trois marches, lui permet, après avoir de nouveau passé sa robe fleurie, de voir et peut-être de reconnaître le voleur, qui en la voyant se sauve. Elle le rattrape par la porte principale tout en appelant Suzie, et la suite nous est inconnue.


Sources et photos par : KY3News, Investigation Discovery, True Crime Daily, http://i526.photobucket.com/albums/cc343/Jade09_06/levitthouse1.jpg, https://www.websleuths.com, News-Leader June 19 & June 21 1992 clippings from newspapers.com, °Google Street View, Google Maps, en.wikipedia.org, eu.news-leader.com, pixabay.com

25 décembre 2021

Où sont les trois disparues de Springfield ?

Les Trois disparues de Springfield. Une enquête en ligne inédite. Seconde partie.

La lumière est allumée dehors. Les voitures sont devant la maison, dont la porte n'est pas fermée. A l'intérieur tout parait normal. Les sacs à main sont là, ainsi que les vêtements. Plusieurs centaines de dollars aussi. Dans la maison, les deux familles et les amis attendent le retour des trois disparues en prenant le café et en nettoyant les tasses, en rangeant, en réparant un store de fenêtre, en vidant les cendriers. Tous attendent le retour des trois absentes et ne veulent pas que la maîtresse de maison puisse être fâchée. Dans un premier temps, seul le chien est perturbé. Laissé plusieurs heures tout seul, il a vu débarquer une douzaine de personnes. Et surtout, il est le seul à savoir.

Le dimanche 7 juin 1992 au matin, un groupe de jeunes habitant à et autour de Springfield dans le Missouri devait partir vers le parc aquatique de Branson, à une heure de route au sud. La traditionnelle soirée de festivités après l'obtention des diplômes de fin d'études s'est prolongée trop tard dans la nuit. Les plans ont été changés. Suzanne Streeter (19 ans) et Stacy McCall (18 ans), deux amies qui s'étaient retrouvées après quelles années, sont finalement rentrées dormir chez la mère de l'une des deux avant de repartir dans la matinée pour le parc aquatique. Au lieu de passer la nuit chez une troisième amie, Janelle Kirby, elles sont revenues chez la mère de Suzy, Sherryl Levitt, dans la maison achetée récemment par cette coiffeuse réputée de Springfield, âgée de 47 ans. Tard dans la nuit elles ont stationné leurs voitures devant la maison, et personne n'a plus jamais entendu parler d'elles, ni de la propriétaire.

Sherrill Levitt, née le 1er novembre 1944, était âgée de 47 ans au moment de sa disparition. Elle mesurait 1,52 m, pesait 50 kg, avait des cheveux blonds clairs et courts et des yeux bruns. Elle était cosmétologue/coiffeuse dans un salon local et mère célibataire. Elle était décrite comme étant très proche de sa fille, Suzanne. Suzanne Elizabeth "Suzie" Streeter est née le 9 mars 1973 (elle a 19 ans en 1992), mesurait 1,65 m, pesait 46 kg, avait les cheveux blonds aux épaules et les yeux bruns. Son amie Stacy McCall est née le 23 avril 1974 (elle a 18 ans en 1992), mesurait 1,60 m et pesait 54 kg, avait de longs cheveux blonds foncés et des yeux clairs.

Une soirée de fin d'études mouvementée

Suzanne Streeter et Stacy Mc Call avaient prévu de fêter la remise des diplômes au sud de Springfield, dans la zone moins urbanisée de Battlefield, chez leur amie Janelle avant de partir un peu plus tard en groupe vers un hôtel de Branson. Cela paraît incompatible avec une soirée pyjama mais c'est l'histoire qui nous est racontée. Lorsque Suzanne et Stacy arrivent chez Janelle, la fête ne semble pas avoir débuté. Et pour cause, les parents de Janelle recoivent des membres de leur famille. Janelle emmène Suzanne et Stacy à pied pour une marche d'environ 700 m dans la campagne. Elles vont chez un voisin, qui a été diplômé l'année précédente et où est bien organisée une fête de fin d'études, ses parents étant absents. Suzanne et Stacy laissent leurs voitures, avec probablement leurs affaires de voyage à l'intérieur, chez Janelle. Cette dernière se trouvait-elle à la soirée de Brian, le voisin, puisqu'elle était censée organiser une fête chez elle ? En cours de soirée, Stacy appelle sa mère Janis McCall et lui dit qu'elle a prévu finalement de passer la nuit chez Janelle Kirby, à Battlefield, ce qui rassure sa mère, inquiète que sa fille parte sur la route tard dans la nuit.

Au fil des heures, ni Suzanne Streeter, ni Stacy McCall, ni personne ne va à Branson. Au lieu de cela, à une certaine heure les filles quittent la soirée du garçon. Elles partent, probablement avec d'autres jeunes, et peut être séparément, pour revenir vers le centre de Springfield. En début de soirée la maman de Michelle E. une proche amie de Stacy, a autorisé sa fille à recevoir ses camarades et l'information est parvenue jusqu'à Battlefield. Sur le trajet, avant d'arriver chez Michelle, l'une ou l'autre, ou les deux, pourraient s'être arrêtées pour effectuer quelques achats un mile plus au sud, dans un magasin ouvert 24h/24. Suzanne et Stacy restent ensuite un moment à la fête de Michelle, puis celle-ci est interrompue par la police suite à un appel des voisins. Les policiers demandent alors que les rues soient nettoyées des canettes de bière. L'ambiance étant cassée, Shane A., un autre camarade, ramène Suzanne et Stacy à Battlefied avec sa voiture, une Jeep. Étrangement, à la même heure, Sherryl Levitt, la maman de Suzie, serait passée au magasin ouvert 24h/24 en disant qu'elle cherchait sa fille.

Quelques minutes plus tard, Shane A. dépose les filles, non pas directement chez Janelle Kirby mais chez le garçon du voisinage. Il est question à un moment que les filles dorment chez le garçon. Dans l’entrefaite, deux à trois voitures pleines de jeunes, y compris Janelle, débarquent chez lui. Il s'inquiètera finalement de cette situation au cas où sa mère rentrerait et annulera ensuite sa proposition d'hébergement auprès des deux filles. Suzie s'étant plaint de maux d'estomac en cours de soirée, elle souhaite rentrer. Au cœur de la nuit Shane reconduit donc Suzanne, Stacy et Janelle chez les Kirby dans sa voiture. Autour de la maison tout semble calme et l'arrivée de Janelle, et le fait qu'elle entre dans la maison a pour effet de réveiller sa maman. Etant réveillée, Mme Kirby entend une conversation devant sa maison. Pour héberger Suzie et Stacy elle avait placé une palette sur le sol de son salon. Les membres de la famille venus de l'extérieur de la ville dormant dans la chambre de Janelle, sa fille prendrait le canapé.

Suzie disposant dans sa chambre d'un nouveau lit à eau King Size, la distance pour rentrer chez elle n'étant que d'environ 12 miles, compte tenu de son indigestion et de la présence d'invités elle préfère sans doute revenir au 1717 rue Delmar Est. Elle propose à Stacy de venir avec elle et, quitte à dormir dans le même lit, cette dernière doit penser qu'elle sera mieux là-bas que dans le salon des Kirby. En tout état de cause elle dit d'accord. Selon les déclarations ultérieures, Suzie et Stacy conviennent avec Janelle d'appeler dans la matinée pour se réunir à nouveau. Puis elles rejoignent leurs voitures garées près de la maison. Shane A., qui était resté à proximité les regarde s'éloigner. Il est la dernière personne a les avoir vues. L'histoire est muette à propos du petit ami de Janelle, censé partir avec Janelle et la meilleure amie de Suzie, Nigel, à Branson. Janelle ne semble pas avoir de voiture, Mike, son petit ami, la conduit.

Le lendemain de fêtes

Nigel appelle Suzie de bonne heure le dimanche matin pour savoir l'heure de départ pour le parc aquatique. Appelle-t-elle d'abord chez Janelle Kirby ? Est-ce ce qui décide Janelle à téléphoner à son tour ? Pour sa part, Janelle dit avoir appelé à plusieurs reprises le 1717 Delmar Est. De son côté Nigel ajoute qu'elle est tombée sur le répondeur, qu'elle a laissé un message, et qu'elle s'est recouchée après avoir raccroché en attendant que Suzie la rappelle.

Perplexes, Janelle et son petit ami Mike H. se rendent d'abord chez Shane, l'ami qui avait déposé dans la nuit les trois filles devant la maison. Mais Shane n'a vu personne et se trouvait d'ailleurs encore au lit. Janelle et Mike décident finalement de se rendre à l'adresse de Sherryll. Ils arrivent sur place quelques minutes plus tard. Dehors, la lumière est restée allumée. Le couple entre dans la maison et ne remarque rien d'anormal. Sauf que la porte n'est pas fermée et que personne ne répond. Dans la chambre de Suzie, la télévision et le magnétoscope sont découverts allumés*, le son coupé, sur un canal qui n'émettait pas de programme à cette heure. Les chaussures, le short de Stacy et sa trousse de maquillage ont été laissés près du lit, tandis que son soutien-gorge et son maillot de bain se trouvent plus loin. Stacy aurait donc quitté la résidence sans chaussures, vêtue seulement de son t-shirt et de sa culotte. Plusieurs centaines de dollars se trouvaient dans le sac de Sherryll. Il n'y a pas eu de vol. Les voisins n'ont pas entendu d'activité suspecte près de la maison de Sherrill cette nuit-là.

Pendant que Janelle et Mike sont présents, le téléphone sonne. Un appel étrange, sexuellement explicite, provenant d'une voix masculine, puis arrive un autre appel identique. Janelle ayant décroché le combiné, ces appels bizarres ne sont pas enregistrés.

N'ayant pas de nouvelles de sa fille Stacy en milieu de matinée, Janis McCall appelle chez Janelle Kirby. C'est la soeur de Janelle qui répond au téléphone. Elle lui explique que Janelle n'est pas là, qu'elle est partie avec Mike H., sans autre précision, puisque ensuite la mère de Stacy demande à parler à sa fille. La sœur lui répond qu'elle n'est pas restée chez eux. Incrédule, Janis précise à la sœur de Janelle que Stacy était forcément ici, expliquant que Stacy l'avait appelée vers 22h30 pour lui annoncer qu'elle restait chez les Kirby. Sachant bien que Stacy est allée chez Suzie, la sœur lui explique que leur maison était bondée de parents et que Stacy et Suzie avaient décidé d'aller chez Suzie pour pouvoir dormir dans son nouveau lit à eau King-Size. Janis McCall appelle ensuite chez Sherrill et personne ne décroche le téléphone, pas même Janelle, probablement repartie à ce moment-là. La maman de Stacy appellera de nouveau par deux fois.

Comme Janelle et Mike, Janis était inquiète mais pas alarmée. Pour autant, la mère de Janis McCall étant venue de l'Oklahoma, les McCall n'ont pas modifié leur dimanche après-midi et la famille est restée ensemble pour profiter de l'agréable journée ensoleillée en se rendant au lac Springfield pour assister à une course de bateaux miniatures. De son côté, Janelle et Mike, ne pouvant se rendre au White Water Parc de Branson se sont amusés à l'Hydra-Slide, le toboggan aquatique de Springfield. Tous viendront ou reviendront au 1717 Delmar Est en fin d'après-midi pour attendre le retour des trois disparues.

Aucun coupable jugé

Dans cette affaire exceptionnelle, la police n'a jamais été en manque de suspects, bien au contraire. Il a été recherché et trouvé des Personnes d'Intérêt (des suspects potentiels) pour chacune des trois disparues, selon celle qui aurait pu être visée. A Springfield, toutes sortes d'hypothèses circulent à propos de l'un ou de l'autre de ces suspects, qui ne sont pas moins de sept à l'époque. Cela va du tueur et violeur en série au voleur de dents sur les cadavres en passant par les trafiquants de drogues et d'amphétamines, auxquels on ajoute des individus divers et variés, voir même l'implication d'ouvriers de travaux publics en itinérance. Que des hommes. Aucune histoire de jalousie en apparence. Après presque trente ans, aucun de ces suspect n'a été jugé et en tout état de cause ils ne peuvent tous avoir été impliqués dans la disparition des trois femmes ! Et bien que Sherryll Levitt, Suzanne Streeter et Stacy McCall aient été déclarées légalement décédées en 1997, pour les divers enquêteurs, l'affaire des Trois de Springfield est toujours ouverte.

A suivre...

 * Il a été dit que Suzie ne pouvait pas dormir sans la télévision allumée. + mis à jour le 10.01.22

Sources :

https://truecrimedaily.com/2017/10/17/crime-watch-daily-investigates-the-mysterious-disappearance-of-the-springfield-three/ - https://thesuitcasedetective.com/2020/06/18/true-crime-the-springfield-three/ - https://eu.news-leader.com/story/news/local/ozarks/2002/06/07/three-missing-women-ten-years-later-part-3-of-5/77200924/ - + anciens articles du News Leader sur https://www.newspapers.com/ + Wikipédia

19 décembre 2021

Le mystère des Trois de Springfield

De g. à d. Stacy McCall, Sherryl Levitt, Suzanne Streeter

Presque dix-huit ans après l'affaire du Trio manquant de Fort Worth, 760 km au Nord-Est de cette ville du Texas, trois autres femmes ont à leur tour disparu. Elles se sont évaporées ensemble une nuit depuis une maison d'habitation de Springfield dans le Missouri. Cette nouvelle énigme, toute aussi mystérieuse que le Cold-Case du 23 décembre 1974, reste l'une des plus célèbres des Etats-Unis.

Les similitudes entre les deux affaires sont limitées mais elles existent. Une disparition de trois personnes, deux jeunes filles et une fillette dans un cas, deux jeunes filles et une femme dans l'autre. Le lieu est situé à proximité immédiate d'un croisement avec une importante voie de circulation Sud-Nord, un contexte d'appels téléphoniques à connotation sexuelle et aucun corps n'a été retrouvé ni dans l'une ni dans l'autre de ces deux affaires.

Le samedi 6 juin 1992 après-midi, deux amies de toujours, Suzanne "Suzie" Streeter et Stacy McCall, viennent d'obtenir leur diplôme du lycée Kickapoo de Springfield, dans le Missouri. Suzie Streeter a 19 ans, et Stacy McCall, 18 ans. 

La remise des diplômes prend fin vers 18h00. Plus tard, les filles ont prévu de marquer l'événement avec leurs camarades de classe en allant de fête en fête à travers la ville. La maman de Suzie, Sherrill Levitt, décide dès 18h15 de retourner à son domicile, une maison située rue Delmar Est dans laquelle elle et sa fille habitent depuis peu. Sherrill Levitt est en train de remettre la maison en état en dehors de ses heures de travail. Elle a 47 ans, est coiffeuse, une coiffeuse très appréciée et a économisé suffisamment pour acheter cette petite mais agréable maison et ce jour-là, après les cérémonies de remise des diplômes elle est tout simplement rentrée chez elle pour poser du papier peint.

Les cérémonies de remise des diplômes étant terminées, Suzie et Stacy rentrent aussi chacune chez elle avec sa voiture pour se changer et faire ses bagages. Entre 18h30 et 20h00 les familles ont chacune leur propre dîner. Après le repas Suzie repart avec sa voiture. La maman de Suzie sait que sa fille ne va pas rentrer de la nuit, ni le lendemain matin*. Ce qui est prévu, probablement sans une réelle mesure du temps, c'est qu'après les fêtes dans la ville de Springfield sa fille aille avec d'autres jeunes dans un lieu comportant de nombreuses attractions situé plus au sud dans l'Etat du Missouri, à Branson, qu'ils séjournent sur place dans un hôtel et se rendent le lendemain matin dans le parc aquatique de Branson, le White Water Park. Suzie et Stacy, mais aussi Janelle Kirby, Adina R. et une proche amie de Suzy, Nigel Holderby, formeront le groupe.

L'Avant

Suzie Streeter doit d'abord rejoindre avec sa voiture Stacy McCall chez leur amie commune Janelle Kirby, qui habite dans une zone rurale au sud-ouest de Springfield, à Battlefield. Elle arrive chez Janelle Kirby à 20h15. Elle est rejointe par Stacy à 20h30. Peu après, Suzie, Stacy et Janelle partent à pied pour se rendre à une fête chez un camarade, Brian, dont la maison se situe à quelques centaines de mètres. Il est question dans un premier temps que Suzie et Stacy restent chez Brian pour la nuit mais il finit par revenir sur son offre. Aussi à 22h30** Stacy appelle sa mère Janis McCall et lui dit qu'elle a prévu finalement de rester à Battlefied et de passer la nuit chez Janelle Kirby. De là les filles partiraient dans la matinée pour se rendre au White Water Park de Branson. Elle promet de lui téléphoner le lendemain matin avant leur départ.

Curieusement, un peu plus tard dans la nuit, dans une fourchette horaire située entre le samedi 6 juin à 23h30 et le dimanche 7 juin à 1h00 du matin, Suzanne Streeter et Stacy McCall quittent la soirée chez Brian et se rendent à une autre fête vers le centre de Springfield. L'adresse se trouve d'ailleurs non loin de leur école. Elles restent un moment sur place puis décident de revenir à Battlefied. Leur moyen de déplacement est inconnu. Probablement une personne logeant chez Brian ou Brian lui-même parce qu'il est établi qu'elles repartent de cette fête à 1h50 et sont de retour chez Brian autour de 2h00 du matin. Rapidement, vers 2h10-2h15, elles retournent à la maison des Kirby avec Janelle dans la voiture d'un ami.

Cependant, chez Janelle, il s'avère que l'habitation est pleine à craquer de la famille Kirby et de proches. En conséquence Stacy et Suzie changent de nouveau leur plan et décident vers 2h20 d'aller dormir au domicile de Suzie et de sa mère Sherryll Levitt°. Elles conviennent avec Janelle d'appeler dans la matinée pour se réunir à nouveau, puis partent chacune dans leur voiture, Suzanne Streeter la première pour montrer le chemin vers le cœur de Springfield.

Sherryll Levitt et sa fille devant leur nouvelle maison

L'Après  

On ignore le temps de trajet jusqu'à la maison de Sherryll Levitt, proche du centre de Springfield. Il est estimé entre 10 et 20 minutes. Suzanne et Stacy ont-elles conduit elles-mêmes leurs voitures tout le trajet ? Le retour des filles fait peu de doute. Les deux véhicules rouges ont été retrouvés devant l'habitation, arrêtés sur l'allée circulaire. Suzy Streeter se stationnait habituellement dans l'allée perpendiculaire, derrière sa maman qui garait sa voiture bleue à l'allure sportive sous un appentis construit à la droite de la maison. Sherryll et Suzanne avaient emménagé avec leur chien Yorkshire Cinnamon au 1717 de la rue Delmar Est en avril 1992, deux mois avant leurs disparitions et Stacy n'était semble-t'il encore jamais venue. L'automobile de Stacy étant bien derrière celle de Suzy et comme il leur fallait reprendre leurs voitures pour rejoindre Janelle à Battlefield le dimanche matin, il est à supposer que cet emplacement facilitait leur départ.

Outre la présence des deux voitures rouges devant la maison, les filles sont bien arrivées au 1717 cette nuit-là parce qu'il a été trouvé une évidence qu'elles se sont démaquillées. Leur heure d'arrivée se situe probablement autour de 2h45. Si Sherryll Levitt ne s'est pas réveillée lorsque Suzy est rentrée, elle avait sa clé, on peut imaginer que les filles vont se coucher vers 3h00. Néanmoins, comme la chambre de Sherryll se situe en façade de la maison et qu'elle a laissé la fenêtre ouverte en raison des odeurs de peinture et vernis, on peut imaginer qu'elle a entendu le bruit des moteurs et des portières de véhicules venus se garer sous sa fenêtre. D'autant qu'elle n'attendait pas sa fille. Une discussion a pu s'ensuivre, Stacy aura fait connaissance avec Cinnamon et les filles se seraient dans ce cas mises au lit bien plus tard. Par exemple vers 3h15.

Dimanche matin, un groupe de jeunes de Springfield et des alentours doit partir pour Branson. Parmi eux Suzanne Streeter et Stacy McCall. Elles ont dormi chez la mère de Suzy, Sherryll Levitt, dans la maison achetée récemment par la coiffeuse de 47 ans. Leurs voitures sont garées devant la façade, prêtes à partir chez leur amie habitant au sud de la ville. Les plans ont été changés. En cause, trop de festivités pour l'obtention des diplômes de fin d'études, et pas assez d'heures sur le cadran. Vers 7h30, l'amie de Stacy, Janelle Kirby, téléphone chez Sherryll. Une autre amie, de Suzy cette fois, Nigel Holderby, téléphone de son côté également. Elles appellent pour savoir si Stacy et Suzie sont prêtes à partir pour Branson. Elles appellent jusqu'à 9H00 et n'obtiennent pas de réponse.

L'affiche diffusée peu après la disparition

Après 9h00,°° Janelle Kirby et son petit ami Mike H. décident finalement de venir au domicile de Suzy pour vérifier si les filles sont bien là. Sur place le couple voit les voitures et cette vue les rassure un peu. En progressant vers la maison ils découvrent qu'il y a du verre sous l'éclairage extérieur et pas de globe autour de l'ampoule, qui est intacte. Ils entrent par la porte non verrouillée et découvrent le chien Cinnamon à l'intérieur. Il semble très perturbé. A part le chien, la maison est vide. Dans les chambres les lits sont défaits et semblent avoir été occupés. Dans la chambre de Sherryll, un livre ouvert retourné se trouve sur le lit et des lunettes de lecture sont posées sur une table de nuit. 

La chambre de Suzie, elle, se situe à droite à l'arrière de la maison, dans un abri pour voiture reconverti en pièce d'habitation. Deux marches sont à descendre pour pénétrer dans la chambre. Au pied des marches les jeunes peuvent voir les trois sacs à main des disparues, placés côte à côte, ainsi que le sac de voyage de Stacy et plusieurs effets personnels. Par exemple, les clés et les cigarettes de Sherryll et de Suzie ainsi que les clés et les médicaments contre la migraine de Stacy se trouvent dans ou près des sacs à main.

A 10h30 le dimanche 7 juin, la maman de Stacy s'inquiète de ne pas avoir reçu l'appel de sa fille et téléphone à la résidence des Kirby. Elle apprend que les filles ont passé la nuit chez Sherryll Levitt. Vers la fin de l'après-midi, n'ayant toujours pas de nouvelles de sa fille, Janis McCall arrive au 1717 rue Delmar Est. Les femmes sont toujours absentes. Plusieurs personnes des deux familles sont venues sur place au cours des heures précédentes et les faits ne seront signalés à la police que beaucoup plus tard.

A suivre...


*Ceci n'est pas prouvé. **ou 22h00. °Mme Kirby, la maman de Janelle, a regardé son réveil à 2h20 et a entendu sa fille, Suzy et Stacy parler devant chez elle. °°Ou bien 12h30. Modifié le 21/01/22.

Les images ont été choisies parmi toutes celles qui circulent sur la toile depuis des années. Les sources, exclusivement USA, plus une au Royaume-Uni, sont trop nombreuses et variées pour être citées ici.

30 août 2021

Manifestants et journalisme : Le problème de la fiabilité de la source


Au début de la seconde moitié du XXe Siècle, dans les années 1950, 60, 70, lorsqu'une personne en rencontrait une autre sur la place du village ou sur son chemin vers l'épicerie, il arrivait que la connexion entre les deux personnes aille au delà du simple échange de politesses et qu'une conversation ait lieu. De cet échange pouvait émerger de l'information et chaque interlocuteur ou interlocutrice savait faire la différence entre un sujet grave et un sujet plus léger, pour lequel il pouvait s'agir d'un commérage. Libre à chacun de répéter ou non cette information ou ce bruit, il s'agissait du réseau social de l'époque.

Bien entendu, il était comme convenu que si l'information avait un sérieux particulier, drame, accident, voire naissance ou exposition de peinture, elle était une vérité. On ne se posait pas la question de la fiabilité de la source.

Au delà de la radio, la télévision est ensuite devenue le quotidien des gens, et avec elle son journal d'informations télévisées. Sur la place du village ou sur le chemin de l'épicerie, se répétait en plus des sujets locaux, parfois trouvés dans le quotidien régional, les informations entendues à la télévision. J'écris "entendues" parce que souvent, et surtout si l'actualité se passait à l'étranger, on ne voyait rien de particulier sur l'écran en dehors du ou de la journaliste présent(e) sur place.

Ici encore, on ne se posait pas le problème de la fiabilité de la source et l'on pensait que tout ce qui était dit était vrai, nonobstant que l'on ne voyait rien. Et plus le pays était lointain moins on voyait d'images (à dire vrai, plus l'explication était courte). D'ailleurs, dans les années qui s’éloignent, de la Guerre à Bagdad il n'était montré que les tirs de nuit à l'arrière plan du cadre fixe. Ceci dit, à ce moment non plus la question de la fiabilité de la source ne se posait pas.

Sur un autre plan, les circonstances de la disparition sur le terrain de sport de l'école élémentaire de la ville de Victoria au Canada du petit Michael D. âgé de 4 ans est un véritable point d'interrogation. Courant mars 1991 les parents du petit garçon seraient arrivés en sa compagnie vers 12h30. Michael D se serait évaporé sur place, et il n'y aurait personne témoin de sa disparition.(*) Ici la fiabilité de la source c'est les parents.

Le nombre de manifestants

Lorsqu'il est question de démonstrations d'opposition au gouvernement dans un pays démocratique, l'information principale est le nombre de manifestants. De part l'histoire, les défilés dans les rues ne datant pas d'aujourd'hui, on savait que lorsque ceux-ci étaient organisés par des syndicats, le calcul du nombre de manifestants était un petit jeu entre les autorités d'une part et les organisateurs d'autre part, et qu'il suffisait bien souvent de faire la moyenne des deux informations pour s'approcher de la vérité. La fiabilité de la source était dès lors relative à un calcul, ou à une fourchette, notamment parce que la technologie ne permettait pas la diffusion d'images privées en temps réel.

D'un point de vue objectif on peut considérer qu'il s'agit de politique et que chacun était dans son rôle, ceci parce qu'on avait malgré tout confiance, d'une part dans le gouvernement et d'autre part en les syndicats.

Depuis 2017, un certain nombre de polémiques sont nées en France, un certain nombre d'affaires, auxquelles se sont ajoutés le Grand Débat National et la Convention Citoyenne pour le Climat qui ont surtout créés des déceptions. Petit à petit, et encore récemment, la confiance en la parole publique disparait. Elle s'estompe.

Dans ces conditions, alors que la France vit de nouvelles heures de son histoire entre Science expérimentale et Technologie de l'information, que devient le calcul du nombre de manifestants défilant dans les rues des villes sans mot d'ordre émanant de syndicats alors que la parole publique est remise en cause ? Est-il judicieux pour la presse de prendre comme vérité le nombre délivré par le gouvernement dès lors que les images diffusées, qui ne sont plus fixes avec le journaliste au premier plan, montrent ce que l'on peut à minima appeler un déphasage ? La fiabilité de la source ici, n'est-ce pas les vidéos réalisées sur place ?

Au delà du nombre précis de personnes, qui est la forme, le rôle de la presse est-il sur le fond de mépriser les manifestants, de dénigrer leur action ? Il s'agit en très grande majorité de familles, grands-parents, enfants, petit-enfants, dont beaucoup défilent pour la première fois. La politique éditoriale doit-elle avoir un jugement de valeur sur l'événement ? Si oui, la fiabilité de la source pour l'ensemble des autres informations ne serait-elle pas remise en cause ?

 

Image : Pixabay / (*) Plusieurs contacts tentés sur place sans résultat


 

Le Trio de Fort Worth est toujours porté disparu

En décembre 1974, trois jeunes filles, Rachel Trlica, Renée Wilson et Julie Ann Moseley, ont disparu d'un centre commercial la veille du...