Affichage des articles dont le libellé est fillette disparue. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est fillette disparue. Afficher tous les articles

02 avril 2023

Leigh Occhi, disparue dans sa maison en août 1992 ?

 

Nous connaissons tous le personnage de Miss Marple, créé par Agatha Christie. La plupart de son temps, Miss Marple réside à la campagne, à St-Mary-Mead. En faisant le rapprochement avec les agissements des personnes vivant ou ayant vécu dans son petit village, qu'elle observe finement, elle parvient à trouver des similitudes dans les comportements des individus. Basée sur des histoires ou des faits-divers locaux, son analyse de la nature humaine la met sur la piste des criminels.

Les choix de vie en fonction d'éléments semblables, de critères proches, comme le caractère, le milieu social, les études effectuées ou le signe astrologique, pourquoi pas. Des choix criminels concrétisés par connaissance, par reproduction, par copie, on en rencontre dans les reportages spécialisés, ce n'est pas nouveau. Que des individus puissent dans certains cas reproduire des crimes passés pour les mêmes raisons, c'est souvent le cas des familicides. Si c'était sans que l'auteur en ait eu connaissance, cela relèverait probablement de la coïncidence. Dans le premier mystère qui suit, bien des années plus tard, personne n'a encore été inculpé.

Dans le Mississippi, une jeune fille de 13 ans disparait chez elle sur fond de l'ouragan Andrew   

Nous sommes le jeudi 27 août 1992, l'avant dernier jour des effets de l'ouragan dévastateur Andrew, qui, cette année-là, a ravagé les Bahamas et la Floride en août. Au moment, le phénomène météorologique remontait à l'intérieur des terres dans l’État du Mississippi, se rétrogradant progressivement en tempête, avec des fortes pluies. Leigh Occhi, une jeune fille de 13 ans, serait restée seule ce jeudi en début de matinée, dans la maison située au fond d'une voie sans issue de Tupelo, au 105 Honey Locust Drive, où elle habite avec sa mère Vickie Felton. C'était la première fois qu'elle restait seule à la maison.

La mère vivait seule avec sa fille

Les parents de Leigh s'étaient rencontrés alors qu'ils étaient tous deux membres de l'armée américaine et servaient en Californie. Mariés en 1977, divorcés en 1981. Au gré des mutations, le père de Leigh avait toujours gardé un contact avec sa fille. La mère avait de son côté un nouveau compagnon, Barney Y., cependant le couple s'était séparé quelques semaines avant la disparition de Leigh. L'homme avait déménagé dans un autre appartement à Tupelo.

Leigh était connue pour être une gentille jeune fille douce, intelligente, et un peu extravertie. Elle adorait les animaux, particulièrement les chevaux, et s'intéressait à l'équitation. Bonne élève, notamment en mathématiques, elle avait une tendance à ne pas rester en place, faisant que certains enfants se tenaient éloignés d'elle.

Il s'agissait de l'un des derniers jours des vacances d'été de l'adolescente. La veille, le 26 août, après avoir passé du temps avec des camarades, la jeune fille était rentrée chez elle autour de 20h00. A ce moment-là, sa mère n'était pas encore arrivée, Leigh s'est donc aventurée dans le quartier, demandant aux voisins s'ils étaient d'accord pour qu'elle attende chez eux que sa mère rentre. Chez l'un d'eux, elle est restée jusqu'à l'arrivée de Vickie, à 20h45. Selon la voisine, rien ne semblait anormal, Leigh paraissait heureuse et bavarde.

Vickie Felton serait partie ce matin-là entre 7h35 et 7h50* pour rejoindre son lieu de travail, l'entreprise manufacturière voisine, Leggett and Platt, située à environ 2,5 km de chez elle. À son arrivée sur place, elle emprunte la radio météorologique de son patron, afin de rester informée de la situation météo. Elle apprend que les conditions devaient empirer, des masses de pluie liées à l'ouragan Andrew s'étant déplacées vers Tupelo. Entre 8h00 et 8h30*, elle tente d’appeler sa fille au téléphone pour l'en informer. Les deux avaient un code. Vickie devait laisser le téléphone sonner deux fois, avant de raccrocher et de rappeler immédiatement après. Cependant, Leigh n'a jamais décroché le téléphone.

N’obtenant aucune réponse, la maman de Leigh Occhi, malgré le risque météo potentiel, se précipite à son domicile. Souvenons-nous, la maison se trouve à moins de 10 minutes de son travail. Elle revient chez elle à 8h45. Selon ses déclarations ultérieures, à son retour à la maison, elle trouve la porte de garage ouverte et la lumière allumée. Cela lui paraît curieux parce que selon elle, la lumière ne s'allume que si quelqu'un déclenche la porte**. En entrant à l'intérieur, elle remarque dans le couloir du sang éclaboussé sur le mur et une flaque de sang sur le sol.

"J'ai commencé à appeler Leigh et à traverser toutes les pièces", a déclaré ensuite Vickie Felton. "Puis je suis entrée dans sa chambre. Sa couverture préférée était froissée par terre et j'avais très peur." Elle dit avoir couru dans le jardin à l'arrière de la maison, vérifié l'abri. Il n'y a aucun signe de Leigh alors Vickie Felton appelle le 911 à 9h00 pour signaler la disparition de sa fille.

Qu'est-il arrivé à Leigh Occhi ?

Aux Etats-Unis, le canal radio de la police est public, et le risque météo aggravé faisait que beaucoup d'habitants des environs l'écoutaient. Barney Y., la grand-mère de Leigh et un journaliste local qui avaient entendu l'appel sur la radio de la police sont arrivés au 105 Honey Locust Drive peu après, en même temps que les patrouilleurs de la police.

La maison ne présentait aucun signe d'effraction. A l'intérieur, les forces de l'ordre ont trouvé d'autres flaques de sang, qui n'étaient pas encore sèches. Du sang et des cheveux étaient collés au cadre d'une porte située face à la cuisine et une petite trace de sang menait du couloir au salon et à la porte arrière. Du sang, il y en avait dans la chambre de la jeune fille, le couloir et la salle de bain. La porte de sa chambre était maculée de sang. Les traces roses sur un meuble dans la chambre° ont été interprétées comme si quelqu'un avait tenté de nettoyer le sang sur le dessus du meuble. 

Dans la chambre de la jeune fille, les policiers ont découvert une chemise de nuit ensanglantée appartenant à Leigh placée, comme cachée, à l'intérieur d'un panier à linge. A ce sujet, le chef de la police de Tupelo déclarera: "Parce qu'il semblait que le sang avait coulé sur sa chemise de nuit, on pourrait penser que la blessure devait être au-dessus du cou."

C'est sous une tempête menaçante que les recherches ont été menées alentours immédiatement après la disparition de Leigh Occhi. Les policiers ont cherché autour de la maison avec des chiens et dans la zone constituée de bois et de broussailles située à proximité. Avec la pluie battante les recherches n'ont rien donné.

Comme souvent dans les affaires de disparition d'adolescents, un certain nombre de rumeurs circulent, des pistes se révèlent être fausses. Celle de Leigh Occhi n'y fait pas exception. Certains bruits sont parvenus aux oreilles des enquêteurs au sujet du beau-père de Leigh, Barney Y., notamment parce que la jeune fille s'était déjà présentée à l'école portant des ecchymoses, qu'elle attribuait devant ses camarades de classe à l'équitation. L'ex beau-père a cependant été écarté des suspects par les forces de l'ordre, après avoir fourni un solide alibi et avoir été soumis avec succès au détecteur de mensonges.

Donald Occhi, le père de Leigh, était à l'époque en poste à Alexandrie en Virginie. Son ex-femme lui a téléphoné le lendemain de la disparition, le 28 août, pour simplement lui dire que Leigh avait disparu. Ce n'est que quelques jours plus tard qu'elle l'a rappelé "pour donner des détails sur le sang et tout le reste". Donald Occhi a ensuite obtenu une permission, et s'est rapidement joint aux efforts de recherche. Alors qu'il cherchait sa fille à Tupelo au début du mois de septembre 1992, plusieurs habitants lui ont suggéré de "regarder sa mère". Il répond qu'il le faisait déjà. Parce qu'il avait des doutes sur Vickie.

Vickie Felton raconte que le matin de la disparition, elle et sa fille avaient pris le petit déjeuner ensemble et Leigh était toujours en pyjama lorsqu'elle a quitté la maison. La jeune fille devait ensuite se préparer pour partir, sa grand-mère devant venir la chercher pour la conduire à une journée portes ouvertes dans sa nouvelle école.

Malgré la disparition de sa fille, la présence de sang un peu partout dans la maison et sur la chemise de nuit de Leigh, le tout vécu dans un contexte météorologique exceptionnel, la mère n'est pas avare de détails sur les heures précédant son départ au travail. Vickie Felton raconte que le matin de la disparition, elle et sa fille avaient pris le petit-déjeuner ensemble et Leigh était toujours en pyjama lorsqu'elle a quitté la maison. 

Elle dit s'être réveillée à 6h45, et qu'à ce moment-là sa fille était encore profondément endormie. Elle précisera que, la veille au soir, Leigh, inquiète à propos des orages, lui avait demandé pour dormir avec elle dans sa chambre. La mère de Leigh ajoute encore qu'après avoir pris une douche, en sortant de la salle de bains elle a vu sa fille réveillée mais toujours au lit. Elle se souvient être allée au dehors vers 7h00 pour prendre le journal du matin. Que durant le petit-déjeuner elles ont discuté de leurs projets pour la soirée. Elles avaient prévu de dîner au Taco Bell après que Leigh ait assisté à la journée portes ouvertes avec sa grand-mère.

A suivre...


* L'heure précise n'est pas connue, on peut déduire que la mère de Leigh est restée au minimum une demi-heure à son travail. Une autre source indique que Vickie Felton est partie travailler à 7h40, une autre à 7h35, une autre qu'elle est partie entre 7h35 et 7h45 et arrivée au travail à 7h50, version qui semble la plus vraisemblable. Il est dit aussi qu'elle a appelé chez elle juste avant 8h30, qu'elle a appelé le 911 vers 8h30. Bien entendu, plus le laps de temps entre son départ du domicile et l'appel à son domicile est court moins cela laissait de temps à une personne extérieure pour agir et plus cet appel téléphonique parait curieux.

** On ignore de quelle porte il s'agit, supposément la porte entre le couloir et le garage. La phrase exacte est "C'était très étrange, car la lumière ne s'allume pas à moins que quelqu'un ne déclenche la porte". °Parfois dans la chambre, parfois dans la salle de bains, selon les sources.

Sources : https://en.wikipedia.org/wiki/Disappearance_of_Leigh_Occhi, http://edition.cnn.com/2009/CRIME/11/13/grace.coldcase.occhi/index.html, https://allthatsinteresting.com/leigh-occhi, https://storiesoftheunsolved.com/2020/07/11/the-disappearance-of-leigh-occhi/, https://www.huffpost.com/entry/leigh-occhi-disappearance-podcast_n_5a67a9e6e4b0dc592a0d8f0b

Photo diffusée de Leigh Occhi

12 avril 2022

Le Trio de Fort Worth est toujours porté disparu

En décembre 1974, trois jeunes filles, Rachel Trlica, Renée Wilson et Julie Ann Moseley, ont disparu d'un centre commercial la veille du réveillon de Noël. Une étrange affaire de disparition jusqu'à présent non résolue. 

Dans cette affaire, depuis plus de 47 ans, personne n'a jamais été arrêté, aucun nom de témoins n'a été révélé et le grand public ne dispose que de très peu d'informations officielles. On ne sait pas exactement à quelle heure les filles ont été vues pour la dernière fois et il n'est même pas facile de savoir précisément où la voiture retrouvée était garée sur le parking du centre commercial.

Ce que nous savons

Nous sommes le lundi 23 décembre 1974. À Fort Worth, près de Dallas, dans l'État du Texas. Dans quelques instants, il sera midi. L'action se déroule sur Gordon Avenue, devant la maison de la grand-mère de Renée Wilson. Renée a 14 ans et sa mère travaille pour une entreprise de nettoyage à sec. Ce matin-là, comme elle le fait habituellement, la mère dépose Renée chez sa grand-mère*. La jeune fille est joyeuse et excitée car elle a reçu tôt ce matin une bague de fiançailles de son petit ami, Terry, 15 ans, qui habite en face.

Ensuite, les deux jeunes gens attendent devant la maison. Ils attendent l'arrivée d'une amie de Renée, Rachel. Les deux jeunes filles ont rendez-vous pour aller faire du shopping dans le centre commercial voisin, le Seminary South. Elles se connaissent depuis longtemps car leurs parents avaient l'habitude d'aller camper ensemble quand ils en avaient l'occasion. Le 23 décembre, il est temps pour elles d'aller faire du shopping. Ce n'était pas possible auparavant pour Renée. À 14 ans, elle n'a pas de voiture, et puis elle doit aller chercher des vêtements que le magasin Army and Navy a mis de côté pour elle, deux paires de jeans. Pour Renée Wilson, il n'est pas question que le shopping dure trop longtemps. Le soir même, elle doit se rendre à une fête de Noël avec son petit ami Terry et elle veut avoir le temps de se préparer. Les filles ont donc décidé de rentrer chez elles à 16 heures.

Rachel Arnold arrive quelques minutes plus tard, au volant d'une Oldsmobile marron doré, une Cutlass quatre portes de 1972. C'est une grosse voiture américaine de l'époque avec un énorme coffre à l'arrière. La jeune conductrice, Rachel, a 17 ans et est mariée depuis 6 mois à Thomas (Tommy) Trlica, un homme de 21 ans déjà divorcé et père d'un fils de 2 ans. La vie était différente à l'époque et après avoir divorcé, Tommy s'est fiancé à Debra, la sœur aînée de Rachel. Debra a deux ans de plus que Rachel. Quelque temps plus tard, le couple se sépare, Tommy se rapproche de Rachel et ils se marient. Debra, de son côté, est tombée amoureuse d'un autre garçon, puis ils se sont séparés. Rachel a invité sa sœur à venir habiter avec elle, Tommy et le petit garçon de Tommy, Shawn.

À 17 ans, Rachel Trlica est étudiante au lycée Southwest de Fort Worth et, en même temps, elle cherche un emploi dans un magasin. Il est possible que cette recherche l'ait conduite auparavant vers les magasins du centre commercial Seminary South, qui n'est pas si loin de chez elle. Ce lundi 23 décembre au matin, avant de partir rejoindre Renée Wilson et de se rendre au centre commercial, Rachel a proposé à sa sœur de l'accompagner, mais Debra a préféré rester au lit. On ignore comment Rachel était habillée ce lundi 23 décembre 1974. On sait seulement que la jeune femme a les cheveux bruns, les yeux verts, une dent antérieure supérieure ébréchée et une petite cicatrice au menton. Elle porte une alliance. Elle mesure 1,68 m et pèse 49 kg.

De son côté, Renée a des cheveux roux ondulés, une peau claire et des yeux marron. Elle mesure 1,57 m et pèse 50 kg. Elle a 14 ans et était habillée d'un pantalon bleu violet qui lui serrait les hanches, d'un t-shirt jaune pâle Avon, avec les mots "Sweet Honesty" écrits en lettres vertes. Elle portait des chaussures Oxford rouges et blanches et une bague de fiançailles.

Vivant dans la maison en face de la grand-mère de Renée, la maison dans laquelle Renée se trouve la plupart du temps, Julie Ann Moseley a 9 ans, des cheveux sable, des yeux bleus. La petite fille mesure 1,30 m et pèse 39 kg. Elle a une petite cicatrice sous l'œil gauche et une autre au milieu du front. Les vêtements qu'elle portait le matin du 23 décembre sont un chemisier rouge, un pantalon en jean foncé et des chaussures de tennis rouges. La jeune fille est également la sœur de Terry, le fiancé de Renée. Sachant pour la bague de fiançailles de Renée et voyant arriver la voiture de Rachel, elle en profite pour traverser la rue et se joindre à la conversation.

En ce lundi 23 décembre 1974, en fin de matinée, devant la maison de la grand-mère de Renée à Fort Worth, sur Gordon Avenue, il y a aussi Janet, 11 ans, l'aînée des sœurs de Terry. Dans ce quartier, en pleine période de vacances, le moindre événement est immédiatement connu de tous. Avant de partir pour le centre commercial Seminary South, Rachel et Renee demandent à Janet si elle veut les accompagner mais la jeune fille décline l'invitation.

Julie Ann en profite pour demander si elle peut venir à la place de Janet. Les deux jeunes filles sont un peu prises de court à l'idée de surveiller une fillette de 9 ans qu'elles ne connaissent pas très bien, et l'idée ne les enchante guère. Elles tentent d'esquiver en répondant "Oh oui, mais seulement si ta mère accepte", certaines que la mère refusera.

Julie Ann n'a qu'à traverser la rue pour appeler sa mère. Elle rentre chez elle, et parvient à la joindre sur son lieu de travail. Après plusieurs refus, la mère ne connaissant pas mieux Rachel et Renée, sa mère lui dit "vous n'avez pas d'argent". Elle finit par se rendre à l'argument "je vais rester seule à la maison sans personne avec qui jouer". Une décision qu'elle regrettera pour le reste de sa vie. Les deux filles ont également invité Terry, mais le garçon, qui avait promis de passer l'après-midi avec un ami qui se faisait opérer d'une hernie le lendemain, veille de Noël, a également décliné l'invitation.

C'est donc en trio que Rachel, Renée et Julie Ann ont quitté avant midi ce quartier tranquille de Fort Worth.

C'est ici que se trouvait le magasin de surplus et de vêtements (Google)

Nous sommes à Fort Worth, au Texas. Il convient de préciser que la ville est immédiatement à l'ouest de l'agglomération de Dallas, que la maison du couple Trlica est un peu au sud-ouest du centre commercial, et que la maison de la grand-mère de Renée et celle des parents de Julie Ann ne sont pas très éloignées. En partant de cette rue et avant de se rendre au centre commercial Seminary South, le trio s'est d'abord dirigé vers le magasin Army and Navy pour récupérer des cadeaux qui avaient été mis de côté.

Les magasins de surplus se trouvent davantage en ville qu'en périphérie. Selon certaines sources, le magasin Army and Navy où les filles se sont rendues était situé au 601 West Berry. Renée aurait échangé le jean qu'elle portait pour ressortir vêtue de l'un des deux nouveaux. Selon l'histoire officielle, les filles se sont ensuite rendues au centre commercial et ont garé l'Oldsmobile au niveau supérieur, près du magasin Sears. À Fort Worth, les gens se souviennent de ce centre commercial à ciel ouvert dont la conception architecturale, l'aménagement paysager, les magasins bordés de larges allées avec des zones ombragées et des fontaines se sont combinés pour faire de ce lieu l'une des attractions populaires du grand Sud-Ouest américain.

À la fin des années 60 et au début des années 70, pour les habitants de Fort Worth, et surtout pour les résidents locaux, Seminary South était LE et surtout le seul centre commercial de la ville. Un lac avait été asséché pour sa construction et en fait, la plupart des parkings environnants étaient situés plus en hauteur.

En cette période de fêtes de fin d'année, Sears arborait le thème de Noël en lumières sur ses façades, mais les clients ne s'attardaient pas dehors à cause du froid, préférant se précipiter dans les magasins proposant des articles à bas prix.

Rachel connaît bien le centre commercial, elle habite à quelques rues de là et cherche un emploi dans un magasin. Renée et Julie Ann le connaissent probablement aussi. Des familles de Fort Worth viennent régulièrement à Seminary South et l'exposition de jouets de Noël chez Sears attire chaque année les enfants. Et puis ce magasin, tout comme son concurrent Murphys, possède un rayon de disques très apprécié des adolescents. C'est d'ailleurs au rayon disques de l'un de ces magasins que les trois jeunes filles auraient été vues pour la dernière fois, juste avant leur disparition, par un jeune employé prétendant être une connaissance de Rachel.

Disparues

Ce qui leur est arrivé par la suite est un mystère. Peu après que la disparition ait été rendue publique, plusieurs témoins ont signalé à la police de Fort Worth qu'ils avaient vu les trois filles à l'intérieur du centre commercial, mais la plupart des autres n'ont rien vu d'autre que la routine. Quelques personnes ont tout de même remarqué le t-shirt Sweet Honesty de Renee, sans donner plus de détails. Plus tard, beaucoup plus tard, ce seront finalement une vingtaine de témoins qui se souviendront, cet après-midi-là, avoir vu les trois filles disparues. Mais était-ce vraiment elles ?

Le lundi 23 décembre 1974, à 16 heures, pas de Rachel, pas de Renée, pas de Julie Ann. À 17 h, ni l'une ni l'autre. 18 heures sont arrivées, puis 19, 20 et 20h30. Peu à peu, la colère avait fait place à l'inquiétude.

De la fin de la journée et de la nuit qui a suivi, peu de souvenirs sont restés aux membres des familles. Ils ont trouvé la voiture garée et correctement verrouillée à l'est du parking de Seminary South, mais sans autre explication. Certains sont restés au centre commercial toute la nuit, surveillant l'Oldsmobile abandonnée avec un fusil de chasse et attendant le retour des filles. Est-ce Rachel ou quelqu'un d'autre qui a garé la voiture ? Un cadeau emballé pour Shawn, le beau-fils de Rachel, se trouvait à l'arrière de l'Oldsmobile, mais il était là depuis le départ de Gordon Road. Les jeans de Renée, une paire de jeans usés et une autre paire de jeans neufs, ont été retrouvés plus tard dans l'Oldsmobile. Selon la source, ils se trouvaient soit dans le coffre, soit dans un sac militaire sur le siège arrière de la voiture. Rien dans le contenu de la Cutlass n'indique que les filles soient retournées à la voiture, même pour ranger les achats qu'elles auraient faits au centre commercial.

"Je sais que je vais l'attraper" (la dispute)

Le lendemain matin, une lettre est arrivée au domicile de Rachel. Une lettre signée Rachel pour son mari Tommy. L'enveloppe est adressée à Thomas A. Trlica, sous forme administrative, et non au familier "Tommy" comme Rachel appelait toujours son mari. "Rachel" est griffonné dans le coin supérieur gauche de l'enveloppe, et le cachet de la poste sur un timbre de 10 cents est daté de ce matin-là, le mardi 24 décembre 1974.

De nombreuses interrogations concernant l'enveloppe et la feuille de papier manuscrite remontent à ce jour. La plupart des articles de journaux et des billets de blogs ont repris cette étrange lettre et on la retrouve reproduite partout sur le net (exemple ici). Rien ne prouve que cette "lettre" n'a pas été écrite pour une autre raison et même bien avant la disparition des filles. En tout cas, le sujet est discuté depuis août 2004 sur un forum bien connu.
Si elle est liée à la disparition, la question n'est pas tant de savoir qui a écrit la lettre que de savoir à quoi elle est destinée. Il était probable que cette note manuscrite soit une invraisemblance. Et puisque après une semaine les filles ne sont pas revenues, il était dès lors évident qu'il s'agissait d'un leurre. Mais dans quel but ? Pour adoucir l'événement pour les familles ? Qui sont les criminels qui s'occupent des proches des personnes disparues ? Les proches sont généralement considérés comme des suspects.
Cette lettre présumée de Rachel est particulièrement curieuse en raison de sa rapidité d'acheminement.

Bien que cette circonstance puisse exister, il est inhabituel qu'un ravisseur multiple écrive ou envoie aux familles des lettres se présentant comme venant des victimes. D'autre part, nous décelons la volonté de quelqu'un d'attribuer la décision de fuir à l'aînée. Parce qu'elle est la plus âgée ? Pas parce qu'elle conduit une voiture, dans ce cas la voiture est restée sur le parking. Le but était soit d'épargner effectivement les familles car le ou les ravisseurs avaient une raison de le faire, soit d'entretenir la confusion en fournissant une fausse piste aux enquêteurs. Ou les deux.

Après la disparition, la police a dit aux parents que les filles avaient fugué, ce qu'ils ont fermement nié. Ce n'est qu'au début de 1975 qu'un jeune homme prétendant être une connaissance de Rachel a finalement appelé le père de celle-ci pour lui dire qu'il avait vu les filles cet après-midi-là au rayon des disques d'un magasin du centre commercial. Selon ce jeune homme, Rachel et lui auraient parlé brièvement. Plus étrange encore, il a également affirmé qu'une autre personne semblait être avec les filles.
Frustrées par l'enquête de la police, les familles des filles disparues ont engagé un détective privé flamboyant au printemps 1975. Il organise des conférences de presse, oblige la police à le laisser examiner les dossiers et fait la une des journaux. L'homme est mort en 1979 de ce qu'on a dit être une overdose, sans aucun résultat sur l'affaire. Sa mort a été classée comme un suicide et tous ses dossiers, y compris ceux relatifs à ce Trio disparu, ont été détruits, comme il l'avait demandé. Les familles ont suivi toutes les pistes possibles, des centaines de routes secondaires ont été explorées par des bénévoles. La plupart des broussailles du Texas ont été ratissées, toujours sans résultat.

Vingt ans et bien plus tard

Rusty Arnold avait 11 ans lorsque sa sœur Rachel a quitté la maison en décembre 1974. Vingt ans plus tard, au milieu des années 1990, il a rencontré un nouveau détective privé en faisant une recherche aléatoire dans les pages jaunes. À sa grande surprise, le frère de Rachel a découvert que ce détective privé en savait déjà beaucoup sur l'affaire des personnes disparues et semblait vouloir résoudre le mystère. Jamais engagé par les familles, et bien qu'il ait annoncé à l'époque une récompense de 25 000 dollars provenant de ses fonds personnels, il a jusqu'à présent surtout recueilli des menaces l'invitant à rester à l'écart de l'affaire du trio disparu. Lorsqu'elle a été rouverte en janvier 2001, l'affaire a été confiée à un nouvel inspecteur de la criminelle dont l'opinion était que les filles avaient quitté le centre commercial avec quelqu'un en qui elles avaient confiance, et que plus d'une personne était impliquée dans l'histoire.

Au cours des dernières années, Rusty Arnold et une équipe de plongeurs professionnels ont fouillé à plusieurs reprises le lac Benbrook, situé à environ 12 km de l'endroit où sa sœur a été vue pour la dernière fois, dans l'espoir de trouver des preuves qui pourraient faire la lumière sur ce qui est arrivé aux trois filles disparues. Non seulement le lac est proche de l'endroit où se trouve le centre commercial, mais il est également proche du domicile d'un suspect. En utilisant un sonar, Arnold a localisé trois voitures au fond du lac Benbrook.

En 2018, une équipe de quatre plongeurs l'a aidé à récupérer les trois voitures situées au fond du lac. Le 22 septembre 2018, l'équipe de plongeurs a sorti la première voiture. Le 13 octobre, la deuxième voiture a été sortie de la boue, après deux jours d'efforts. Malheureusement, une équipe médico-légale a déterminé qu'aucune des voitures n'était liée au trio disparu. En septembre 2019, des plongeurs ont tenté de remonter la troisième voiture, mais la carcasse, après de nombreuses années sous l'eau, s'est avérée trop fragile pour être retirée du lac Benbrook. Il a été décidé de reporter son exploration, et une nouvelle tentative a été faite le 17 juillet 2020, malgré l'opacité de l'eau. La carcasse de la voiture a finalement été fouillée, mais rien n'a été trouvé.

Cette déception n'a pas entamé les espoirs de Rusty Arnold et des plongeurs. Ils espèrent explorer un autre lac voisin et trouver un indice dans une autre voiture qui pourrait être liée au trio disparu.

De multiples théories mais pas de corps

Les dizaines de théories sur cette affaire pourraient écrire une douzaine de romans sur les raisons de la disparition des filles. Et encore, elles tournent principalement autour de Rachel. Si on prenait Renée ou Julie Ann comme cible principale, on pourrait probablement multiplier les scénarios par deux. C'était un voyage planifié pour Rachel et Renée et elles ont pu en parler autour d'elles bien avant ce lundi 23 décembre. Rachel et Renée avaient un rendez-vous pour aller chercher des jeans mis de côté et Renée a pu en parler à l'école, avec des amis, avec la famille. On ne sait pas exactement pourquoi Rachel devait sortir, si ce n'est pour être le chauffeur de Renée. On ne sait pas ce que Rachel était censée faire au centre commercial.

Était-elle là pour acheter un disque de chansons de Noël pour son premier réveillon avec son mari et son beau-fils ? Une famille déjà composée. À moins que les filles n'aient été attirées par l'achat du dernier tube musical. Replaçons-nous en 1974. Les magasins de disques étaient des endroits où l'on pouvait acheter des disques, les écouter, ou même simplement regarder les pochettes dans les rayonnages. Quel est le lien entre les filles et les disques ? En ont-elles acheté un, en ont-elles écouté un ? L'une d'entre elles a-t-elle eu un rendez-vous à cet endroit ? Ou bien n'y sont-elles jamais allées ? 

Une partie du parking Est du Centre Commercial (Illustration Google Street View)

Renée et Julie Ann ont été vues pour la dernière fois sur Gordon Avenue le 23 à 12h00 (il a été dit midi pour Renée). La sœur de Rachel a signalé sa disparition par téléphone le 24 décembre 1974 à 1h30 du matin. Elle a alors indiqué qu'elle l'avait vue pour la dernière fois le 23 à 12h30 et a déclaré que la voiture, dont elle a indiqué la plaque d'immatriculation, avait été retrouvée garée sur le parking du centre commercial à 22h00. Il est possible qu'elle ait trouvé la voiture à cette heure-là, car les proches de Renée ont déclaré l'avoir trouvée sur le parking Est à 20h30. La voiture était-elle garée sur un terrain assez éloigné appelé le "terrain supérieur" du centre commercial ou était-elle garée sur la partie supérieure du parking de Sears ? En cette période de Noël, personne n'a remarqué qui avait garé la voiture à cet endroit.

Dans la deuxième partie de la série de podcasts Gone Cold, il est fait mention d'un témoin qui a vu les trois filles au domicile de Rachel vers 12h30. Il est entendu que ce témoin était la mère de Shawn qui est venue déposer (ou reprendre, selon une source contradictoire) le petit garçon pour Noël. Si cette information est vraie, elle corroborerait la déclaration de la sœur de Rachel selon laquelle elle a vu Rachel pour la dernière fois à 12h30. Cela soulève cependant la question de la proposition de Rachel rapportée par la sœur de Rachel d'aller faire les courses avec elle. Qui gardait l'enfant le matin du 23 décembre ? Où était-il l'après-midi ? Qui l'aurait gardé si la sœur était partie avec les filles ?

Sur un groupe de discussion, une femme dit qu'elle et une autre fille étaient censées retrouver Rachel et Renée au Murphy pour le déjeuner. Elle ajoute que le trio ne s'est jamais présenté, mais admet également qu'elle et son amie n'ont pas attendu très longtemps et sont allées faire des courses par elles-mêmes. La femme affirme même qu'elles n'ont jamais vu le trio ce jour-là au centre commercial. Si tout cela est vrai, certains pensent qu'elles ont probablement disparu du centre commercial peu après leur arrivée.

Les filles ont-elles disparu parce qu'elles présentaient un réel intérêt ou une menace potentielle ? Ont-elles vu quelque chose qu'elles n'auraient pas dû voir ? Ou était-ce parce que toutes les trois représentaient une "attraction" pour une personne ou un groupe ? Des questions qui demeurent après toutes ces années. Il y a peu d'informations et beaucoup d'opinions. Pas de restes, pas de preuves, pas d'indices, pas de suspect officiel. Pourtant, tous ceux qui ont étudié cette affaire de disparition ont leur propre théorie (parfois plusieurs), tout comme l'auteur ici présent.


*Terry Moseley a déclaré à NBCNews en déc, 2018, que Renee "avait passé la nuit chez sa grand-mère" - Sources : Ce texte est la traduction adaptée de The Fort Worth Trio still Missing suivi de Unsolved Fort Worth Missing Trio Case : Sorting Out. Une partie du texte est basée sur le podcast (maintenant obsolète) de l'auteur en français (novembre 2020-avril 2021) - En ce qui concerne le premier article en français (avril 2019) et le podcast en français, les sources de base sont très documentées. A ces sources il faut ajouter https://www.fwweekly.com/2020/12/16/portrait-of-a-true-crime-character/, http://www.websleuths.com. Mise à jour le 14/04/2022

07 mars 2019

La disparition de Cheryl Grimmer, 3 ans, reste non élucidée. Les poursuites ont été abandonnées


Qu'est devenue la petite Cheryl Grimmer, âgée de trois ans, disparue en quelques secondes le 12 janvier 1970 sur une plage de Wollongong, en Australie, dans le District d'Illawarra, en Nouvelles Galles du Sud ?

Presque 50 ans plus tard, la disparition de Cheryl Grimmer, célèbre en Australie, est toujours un cas non élucidé. Pourtant, rapidement après les faits, la police des Nouvelles-Galles du Sud annonça qu’elle avait établi quatre théories sur l'affaire. Cheryl s'était cachée puis s’était endormie, avait erré dans l’eau de l'océan et s'était trouvée emportée par les courants, était tombée dans un cours d'eau, ou bien avait été enlevée.

Les faits à l'époque de la disparition

Le matin du 12 janvier 1970, la famille Grimmer, originaire de la banlieue de Bristol en Angleterre et émigrée en Australie au printemps 1968, alla à la plage de Fairy Meadow à Illawarra. Etaient présents Carole la maman, Ricki (7 ans), Stephen (5 ans), Paul (4 ans) et Cheryl (3 ans). Le père, qui travaillait pour l'armée australienne, était absent. A 13h30, le ciel se couvrant, la mère des enfants décide qu'il était temps de rentrer à la maison.

Tous les enfants sont allés au bloc de douche ensemble pendant que leur mère remballait leurs affaires. Dix minutes plus tard, Ricki (l'ainé) est revenu vers sa mère pour lui dire que Cheryl refusait de sortir du bloc de douche. Peu après, Carole suivit Ricki jusqu'au bloc de douche et s'aperçut alors que Cheryl avait disparu.

Les témoignages sont minces. Il proviennent de trois enfants, âgés respectivement de 9, 10 et 12 ans au moment des faits. Ces témoins ont affirmé qu'un homme avait été vu, tenant la fillette pour boire à la fontaine à eau, puis s'était enfui en l'emportant dans une serviette de bain. Cependant, le frère de Cheryl, Ricki, s'étant souvenu avoir porté sa sœur pour qu'elle puisse boire à la fontaine, on pense comme probable que les témoins ont mélangé les deux événements.

La police a interrogé trois suspects, sans qu'aucun d'eux n'ait pu être réellement identifié comme l'homme vu par les témoins. L'enquête porte principalement sur un jeune homme, vu dans les environs immédiats du pavillon du club de surf le matin et l'après-midi du 12 janvier.

Moins de 18 mois après la disparition de Cheryl Grimmer, en 1971 cet adolescent âgé de 15 ou 16 ans a avoué avoir enlevé la fillette et l'avoir assassinée. Le jeune homme a donné une version de ce qui s’est passé ce jour-là, décrit un portail tubulaire en acier, un garde de bétail, un chemin et un petit ruisseau près du lieu du meurtre. Il a amené la police à un endroit précis et a affirmé que le corps de Cheryl avait été enterré là, mais finalement les nouvelles constructions sur place ne lui permirent pas d'être totalement certain du lieu.

La police a interrogé le propriétaire de l'endroit, qui a contredit la description du jeune suspect et a déclaré qu'il n'y avait pas de garde de bétail en place au moment du meurtre et qu'il n'y avait jamais eu de porte tubulaire sur sa propriété. Ces incohérences ont finalement conduit la police à conclure que les aveux étaient faux. Il a été considéré par les enquêteurs que sans preuves matérielles mettant l'adolescent directement en rapport avec l’enfant on ne pouvait prendre de mesures à son encontre sur ce cas de disparition.

Réouverture de l'enquête

Dans les années 2000, parmi plusieurs hypothèses la police a émis celle que la fillette disparue pouvait être encore en vie et en liberté, aussi toutes les personnes qui pensaient pouvoir être Cheryl Grimmer ont été encouragées à se manifester. Une caractéristique physique qu'avait la petite fille était d'avoir un nombril protubérant. En 2008, une femme s'est présentée pour un test ADN qui s'est révélé négatif.

Peu de temps après la réouverture de l'enquête en 2011, les parents de Cheryl sont décédés sans savoir ce qui était arrivé à leur petite fille.

En 2016, le dossier été réexaminé et toutes les informations, y compris les déclarations de témoins, ont été informatisées. Cette nouvelle approche a révélé de nouvelles pistes et mis en lumière des informations qui semblaient ne pas avoir été suffisamment approfondies lors de l’enquête initiale, en particulier les aveux de 1971.

La police est revenue sur les lieux où l'adolescent avait déclaré avoir commis le meurtre et a interrogé le fils du propriétaire. Or, contrairement à son père, ce dernier a affirmé que le gardien du bétail était "certainement" en place à l'époque et qu'il se souvenait également d'une porte tubulaire ouvrant sur un chemin menant vers un ruisseau dans la propriété.

Fin 2016, la police reprenait les trois témoignages se souvenant d'un adolescent en maraude autour des blocs de douches et qu'un homme, qui serait maintenant âgé d'une soixantaine d'années, avait été vu avec un enfant blond au moment de la disparition de Cheryl Grimmer.

De nouveaux développements en 2017

Quarante sept ans après l'enlèvement de la petite fille et sans espoir de retrouver d'éventuels restes de Cheryl dans une zone s'étant fortement urbanisée, la police continue pourtant ses investigations. En janvier 2017, après avoir eu écho que d'anciens employés pourraient apporter de nouveaux éléments à l'enquête, les enquêteurs prennent contact avec une école de redressement dans laquelle un suspect aurait été scolarisé au début des années 1970. Le 22 mars, un homme est arrêté dans la banlieue de Melbourne, inculpé pour l'enlèvement et le meurtre de Cheryl puis incarcéré. En avril la police cherchait à retrouver la trace d'une famille qui avait fait un témoignage le jour de l'enlèvement.

Coup de théâtre en mai 2017. La police révèle que le suspect arrêté en mars, un homme maintenant âgé de 63 ans, était en fait le jeune homme qui avait avoué l'enlèvement et le meurtre de Cheryl en 1971 ! Son premier procès a lieu en avril 2018. Le nom de l'accusé, qui plaide non coupable, n'a pas été révélé car il était mineur au moment des faits.

Dans sa déclaration initiale de 1971, l'homme paraissait mentalement dérangé. Il avait déclaré avoir dit à des médecins en 1970 qu'il "avait besoin de se suicider et de tuer d'autres personnes" et lors de son procès, l'accusation repose en grande partie sur ses aveux de 1971. Ainsi, le suspect avait affirmé s'être caché avec l'enfant dans une canalisation d'égout pendant environ 35 minutes, la bâillonnant avec un mouchoir et lui attachant les mains derrière le dos avec un lacet avant de l'emmener à l'endroit où, selon ses dires, la petite fille aurait commencé à crier dès qu'il a retiré le baillon.

Le suspect aurait alors mis la main à la gorge de Cheryl Grimmer, lui disant de se taire, en serrant manifestement trop fort. Pris de panique, il lui aurait retiré ses vêtements, et mis «des arbustes et de la terre» sur son corps avant de retourner à Fairy Meadow Beach, laissant seulement sur place comme "pièces" les lacets.

Le second procès devait se dérouler devant le même tribunal en mai 2019, mais à la mi-février le juge de la Cour suprême de Nouvelles Galles du Sud a déclaré la preuve irrecevable et a donc abandonné les poursuites contre le suspect. Il a été jugé que l'interrogatoire ne pouvait être apporté comme preuve et le ministère public indiquait que ce cas ne pouvait pas être jugé en l'absence de preuve. Le juge a déclaré que cet interrogatoire de 1971 ne devait pas être versé au dossier en raison des "circonstances particulières de l'affaire". Des circonstances principalement liées à la manière dont il avait été mené et à la vulnérabilité particulière de l'accusé à l'époque.

-
Réalisé d'après les informations de la page Wikipédia en Anglais de l'Affaire et de plusieurs articles de presse ayant servi à la réalisation de cette page. https://www.theguardian.com/australia-news/2018/apr/04/cheryl-grimmers-accused-killer-intended-to-her-first-court-told, https://www.smh.com.au/national/nsw/cheryl-grimmer-man-arrested-over-1970-cold-case-murder-of-illawarra-toddler-20170322-gv4aij.html, https://www.smh.com.au/national/nsw/alleged-confession-of-cheryl-grimmer-s-accused-killer-aired-in-court-for-first-time-20180404-p4z7q6.html, https://www.bbc.co.uk/news/uk-38219550, https://www.telegraph.co.uk/news/2019/02/15/cheryl-grimmer-case-trial-man-accused-murdering-toddler-stopped/ - photo : recadrage photo sur australianmissingpersonsregister.com

24 mai 2018

Enfants disparus : Les disparitions par jour de semaine


Le 25 mai est la Journée Internationale des enfants disparus. Et bien que chaque personne ayant encore ses parents demeure toujours l'enfant de ces derniers [on sait d'ailleurs que les recherches d'adultes disparus ne sont pas plus faciles pour les familles que celles de mineurs, au contraire], cette journée est plutôt dédiée aux jeunes enfants. Le site 25mai.fr rappelle que c'est le 25 mai 1979, un vendredi donc, qu'a été enlevé à New York Etan Patz, âgé de 6 ans, et que ce jour a été choisi en 1983 aux Etats-Unis comme "Jour des enfants disparus".

En 2018 le 24 mai étant un jeudi, le 25 tombe aussi un vendredi. Question : Y a-t-il dans la semaine un jour avec plus de risque de disparition d'enfant ? Difficile de le dire sans statistiques poussées. En France, les années 80 ont beaucoup marqué les esprits et le département de l'Isère aussi. Et il y a les cas fortement médiatisés et ceux qui le sont moins. Néanmoins, en zone urbaine, sur le long terme le jeudi semble curieusement revenir plus souvent.

Voici une liste non exhaustive de disparitions d'enfants âgés de 3 à...21 ans. Ce dernier étant cité comme un cas par coïncidence de date (sauf l'année).

Disparu un mardi

- Yannis Moré, un petit garçon de 3 ans et demi, a disparu de Ganagobie le mardi 2 mai 1989.

Disparus un mercredi

- Charazed Bendouiou, 10 ans, a disparu le mercredi 8 mai 1987 à Bourgoin-Jailleu.
- Nathalie Boyer a 15 ans lorsqu'elle disparaît en Isère le mercredi 3 août 1988.
- Mathieu Broutin (17 ans) disparaît à Embrun en Hautes-Alpes le mercredi 31 mars 2004.

Disparus un jeudi

- Le jeudi 3 février 1977, Yves Bert, 6 ans, n'est pas au rendez-vous à la sortie de son école à Lyon.
- Ludovic Janvier, six ans, est enlevé dans la banlieue de Grenoble le jeudi 17 mars 1983.
- Anissa Ouadi, âgée de cinq ans, disparaît le jeudi 27 juin 1985 à Grenoble.
- Disparue le jeudi 21 décembre 1995, Aurore Pinçon, âgée de 14 ans, a quitté le domicile familial à Guérande, à vélo.
- Jeudi 14 novembre 1996, Marion Wagon, 10 ans, disparaissait à Agen.
- Dans le Val-d'Oise, Cédric Vallois (21 ans) disparaît à la sortie de l'hôpital le jeudi 11 septembre 1997.
- Estelle Mouzin disparaît à Guermantes le jeudi 9 janvier 2003.
- Âgée de presque 4 ans, Madeleine McCann a disparu le jeudi 3 mai 2007 au Portugal.
- Antoine Brugerolle, 6 ans, a disparu à Issoire le jeudi 11 septembre 2008.
- Une fillette de 7 ans est abordée par le "prédateur des Hautes-Alpes" le jeudi 17 avril 2014.

Disparus un vendredi

- Fabrice Ladoux, 12 ans, avait disparu à Grenoble le vendredi 13 janvier 1989.
- Stéphane Hirson, 17 ans, disparaissait le vendredi 11 février 1994 à Lagny-Sur-Marne.
- Vendredi 19 juillet 1996, Léo Balley, 6 ans, a disparu dans le Massif du Taillefer, en Isère.

Disparus un samedi

- Nathalie Mazot, 13 ans et demi, disparaît à Bron le samedi 6 novembre 1982.
- Mathieu Haulbert, âgé de 10 ans, a disparu près de Castellane le samedi 25 juin 1983.
- Grégory Dubrulle, 7 ans, avait disparu à Grenoble le samedi 9 juillet 1983.
- Jérôme Cantet a 10 ans quand il disparaît au Centre Commercial de La Défense le samedi 14 décembre 1991.

Disparus un dimanche

- Le premier des "disparus de l'Isère", Philippe Pignot (13 ans) n'est pas réapparu depuis le dimanche 25 mai 1980.
- Céline Vallin, une jeune fille de 18 ans, s'est volatilisée en Savoie le dimanche 8 juin 1997.

Il y a sûrement des oublis. On peut citer le cas de Romain Lannuzel, un étudiant breton âgé de 20 ans qui a disparu à Barcelone le mardi 13 novembre 2007. La petite Maddie étant un cas de disparition sans lien avec la France mais néanmoins listé ici.

(photo : Pexels.com)

22 mars 2018

Mikelle Biggs,11 ans, disparue devant chez elle en 1999


Mikelle Biggs, 11 ans, aînée de quatre enfants d'une famille de Mesa, ville située à l'Est de Phoenix en Arizona, jouait de la clarinette et voulait devenir plus tard animatrice chez Disney. Elle a disparu devant chez elle le 2 janvier 1999. Le drame, vieux de plus de 19 ans, s'est déroulé pratiquement sous les yeux de sa soeur Kimber, alors âgée de 9 ans.

Mikelle avait passé la nuit précédant sa disparition (ndr. celle du 1er au 2 janvier) au domicile d'un camarade. Puis elle était rentrée chez ses parents. Kimber se rappelle le jour où sa soeur a disparu "Nous avons passé la journée à jouer dehors. Elle roulait avec mon nouveau vélo que j'avais acheté pour mon anniversaire".

Kimber indique que pendant qu'elle pédalait dans la zone d'habitations proches, Mikelle a entendu la musique du camion de crème glacée arrivant dans le périmètre et qu'elle est allée demander de l'argent à leur mère. Ensuite les deux filles attendaient que le camion de crème glacée arrive dans la rue quand le ciel s'assombrit. Kimber décida de rentrer à l'intérieur de la maison pour prendre une veste et retourna rapidement dehors afin que Mikelle fasse de même. 90 secondes se sont écoulées.

Kimber se souvient "Le soleil se couchait. C'était légèrement brumeux. Les réverbères s'allumaient et mon vélo flambant neuf était sur la route avec la roue en train de tourner, j'ai la chair de poule juste en train d'y penser". Les deux pièces de monnaie pour les friandises étaient tombées au sol. Kimber Biggs appelle sa soeur, puis se rend chez un voisin mais ne trouve nulle part trace de Mikelle. Depuis, elle reste persuadée que son ravisseur se trouvait à proximité d'elle et qu'il l'a même entendu crier.

Depuis lors, aucune des pistes suivies par les enquêteurs n'a permis de déterminer où se trouvait Mikelle et le ministère considère maintenant la disparition de Mikelle Biggs comme un Cold Case. L'affaire suscite un nouvel intérêt du public depuis la mi-mars 2018 suite à la découverte d'un billet de 1 Dollar comportant la mention manuscrite "Mon nom est Mikel (sic) Biggs, enlevée à Mesa AZ, je suis vivante" (My name is Mikel (sic) Biggs kidnapped From Mesa AZ I'm Alive."). Cependant les enquêteurs et la propre soeur de Mikelle, Kimber, pensent qu'il s'agit d'un faux.

(Sources : azfamily.com, washingtonpost.com, azcentral.com, dcourier.com)
Image : Copie d'écran vidéo azfamilycom. Lien pour la vidéo (En Anglais) : http://www.azfamily.com/clip/14030472/video-mikelle-biggs-vanished-19-years-ago 

03 février 2018

Affaire Maëlys : A quelle heure a été fait l'appel à la Gendarmerie ?


Dans l'affaire de la petite Maëlys, disparue fin août 2017 à Pont-de-Beauvoisin dans l'Isère, on peut constater une différence de 10 minutes entre l'heure donnée par le procureur de Grenoble pour l'appel à la Gendarmerie et celle donnée par la procureure de Bourgoin-Jallieu. ANALYSE.

A propos de la disparition de Maëlys, le procureur de la République de Grenoble a tenu une conférence de presse le jeudi 30 novembre 2017. Cette conférence de presse a été diffusée en direct sur BFMTV et il demeure sur Internet une vidéo d'une vingtaine de minutes dont voici le lien : Médiaplayer BFMTV

Au début de sa conférence de presse, Monsieur le Procureur indique l'heure d'appel à la Gendarmerie. Il déclare (à propos de Maëlys) "sa disparition a été signalée à la Gendarmerie à 3h50, le matin" (à 1:43 de la vidéo).
Compte tenu de l'heure à laquelle le suspect a quitté pour la dernière fois la salle polyvalente de Pont-de-Beauvoisin, qui serait de 3h55 d'après son avocat, et de l'information récurrente par laquelle celui-ci serait parti avant l'arrivée des Gendarmes, l'heure d'appel à la Gendarmerie est nécessairement importante.

Pourquoi dit-on que le suspect a quitté la salle à 3h55 ? 

Est-ce parce que son téléphone s'est ré-inscrit sur un relais à cette heure-là ? On a vu que cette piste n'existait plus. Est-ce que quelqu'un l'a vu quitter la salle précisément à 3h55 ? Cela ne semble pas être le cas. Est-ce parce que le procureur précise qu'il a quitté la salle à 3h55 ? Il n'est question que de caméra et d'activation du mode Avion consécutif.

Comme indiqué dans la chronologie de Disparue, cette heure de 3h55 semble logique dans la mesure où si, selon le Procureur de Grenoble, une caméra de Le-Pont-de-Beauvoisin l'a filmé seul au retour vers Domession à 3h57, on peut certes imaginer un temps de trajet d'une minute trente à deux minutes entre la salle et la caméra, mais sans aucune certitude quant à l'heure précise de son départ de la salle, qui pourrait être antérieur à l'appel de plusieurs minutes.

Vous avez demandé la Gendarmerie, ne quittez pas

Lors de sa conférence de presse du 30 novembre, le Procureur de Grenoble précisait "Depuis le début de l'instruction les enquêteurs et les juges se sont attachés à donner une chronologie précise de cette soirée et de cette nuit" (A 2:22 sur la vidéo BFMTV). On conviendra que le 29 août est plus proche du jour de la disparition de l'enfant que ne l'est le 30 novembre et qu'un élément de l'affaire aussi simple que l'heure d'appel des parents de Maëlys à la Gendarmerie ne devrait pas donner lieu à débat.



Au cours des premières semaines après la disparition, au sujet de cet appel un membre de la famille avait indiqué l'heure de 3h55. Pour mémoire, dès les premiers jours, on pouvait lire, par exemple sur LePoint.fr "Les convives encore présents l'ont cherchée pendant une heure avant d'alerter les gendarmes, à 3h57" a précisé Dietlind Baudoin (ndr. la Procureure de Bourgoin-Jallieu). Ou mieux "Lorsque la disparition de Maëlys a été signalée aux gendarmes, dimanche à 3h57 précisément (...)" sur 20minutes.fr. Ce qui représente une différence de 7 minutes avec l'heure donnée fin novembre par le Procureur de Grenoble. Mais ce n'est pas tout.

Alors que les sites d'infos rapportent les propres paroles de Madame la Procureure de Bourgoin-Jallieu lors de sa conférence de presse, celle-ci, oh surprise, ne dit pas du tout "3h57" mais précisément "La Gendarmerie a été avisée de la disparition inquiétante de Maëlys dès 4h du matin" (Vidéo de France 3). Elle est assistée d'un Lieutenant-Colonel, commandant de la section de recherches de Grenoble, et d'un Colonel, commandant du groupement de la Gendarmerie de l'Isère.

D'où vient cette différence de 10 minutes entre les deux Procureurs ? S'agit-il d'une erreur de transcription ? De l'heure à laquelle la Gendarmerie à répondu au téléphone ? Du côté des sites d'info, qui indiquent pour leur part 3h57, une partie de la solution est probablement donnée dans le texte de l'article de France3 associé à la vidéo : "Le premier appel concernant sa disparition a été reçu à 3h57". En tout état de cause, si plusieurs appels ont été passés, il subsiste une différence d'un minimum de 7 minutes entre les deux déclarations officielles.

Sans incidence réelle sur le fait que le suspect soit parti avant ou juste à l'arrivée des gendarmes, cette surprenante différence, dans le cas de problèmes de transcription, interroge sur les autres éléments qui ne peuvent souffrir d'imprécision.

(photo : Pexels.com)

28 janvier 2018

Affaire Maëlys : Cinq mois de questions


A la limite de l'Isère et de la Savoie, en compagnie de sa soeur plus âgée et de ses parents, une fillette de 8 ans et demi assistait fin août 2017 aux festivités du mariage d'un cousin de sa mère lorsqu'elle a soudainement disparu.

La petite Maëlys a disparu depuis cinq mois. Cinq mois que des questions demeurent sans réponse, cinq mois que cette nuit du 26 au 27 août est décortiquée par les enquêteurs et les internautes, nouvelles technologies numériques et partage de l'information obligent.

Cinq mois que l'attention se focalise sur un invité dont on dit qu'il ne l'était pas tout en l'étant malgré tout, dans une noce comprenant un nombre important de convives, presque 200 personnes, qui n'ont laissé filtrer durant ces cinq mois qu'une seule image extérieure dans un magazine à forte notoriété, celle de l'invité en question.

Mais qu'allait-il faire dans cette galère, cet invité mystère, qui se retrouve après cinq mois dans une spirale infernale de disparitions d'hommes dont l'âge varie, à la louche, de 20 à 50 ans ? Des questions précises lui seront posées par les enquêteurs à propos d'un certain nombre de cas récents ou plus anciens, situés dans plusieurs départements du sud-est du pays.

Qu'est devenue Maëlys ?

Pour enlever la fillette de 8 ans et demi, à une méthode basée sur la discrétion extrême et le passer inaperçu, le suspect, présumé innocent, aurait préféré la gesticulation, le contact visible avec Maëlys devant les parents et la babysitter, les allers et retours devant les invités, le démarchage de stupéfiants, voire une présumée altercation avec le père de l'enfant.

Ses déplacements sont rigoureusement minutés. Dix-huit minutes d'absence la première fois. Suivi de vingt-cinq minutes de présence à la salle. S'en suit une seconde absence du double de temps (36 mn) et au final le mode avion de son téléphone est, à quelques secondes près, activé quarante minutes. Au milieu de la nuit, trente-sept minutes se sont écoulées entre les deux passages devant les caméras (2h47-3h24). Aurait-il d'abord testé deux itinéraires ?

Cinq mois après le drame, dans une certaine confusion de témoignages et d'horaires, plusieurs moments-clés restent possibles pour la disparition de Maëlys. Depuis la mi-octobre 2017, une page/blog dédié collationne les informations en ligne sur le sujet pour établir une chronologie de l'Affaire Maëlys. Sans aveux, sans la moindre explication sur le mobile et surtout sans corps, la raison de la disparition de la fillette, cinq mois plus tard, reste particulièrement obscure.

Des détails troublants

Le 2 octobre 2017, dans un long article documenté (*), L'Express indiquait que vers 3h15 le marié aurait demandé à ce qu'on appelle le suspect au téléphone. Selon le site, vers 3 heures du matin (en fait probablement à 3h10), après avoir coupé la musique, le DJ avait annoncé au micro que la fillette était recherchée par ses parents. Si ce fait est exact, pourquoi le marié fait-il appeler cet invité suspect par quelqu'un d'autre que lui ?

Le suspect est un ami ou au moins une de ses relations, n'a-t-il pas son numéro de portable ? Ce n'est vraisemblablement pas un inconnu qui était présent durant une longue période de temps à son repas de mariage ! Et qui est la personne qui a tenté de le joindre ? De plus si cet ami ou cette relation qu'est le suspect est vraiment soupçonné à ce moment d'avoir enlevé Maëlys, pourquoi, lorsqu'il revient à la salle (juste après 3h26 selon le procureur) ne pas l'avoir hélé, voire fait asseoir pour lui poser des questions ?

Peut-il être soupçonné et qu'on ne lui adresse pas la parole ? Au sein d'une fête familiale ? Il y a ici une sérieuse interrogation. L'effectivité de la disparition semble être admise à 3h30. La maman de la fillette l'aurait croisé lors des recherches. S'il s'était absenté auparavant, durant près de 3/4 d'heure, cette rencontre ne peut s'être déroulée qu'entre 3h27 et l'arrivée des gendarmes. Or, durant ce temps-là, il continue d'aller et venir à sa guise au sein de la famille. Serait-il resté plus longtemps si les gendarmes n'avaient été contactés que bien après ? Selon le procureur, ceux-ci ont été appelés à 3h50. Auparavant, un membre de la famille indiquait 3h55 sur un réseau social.

L'article de L'Express du 2 octobre indiquait aussi qu'un téléphone du suspect avait été de nouveau localisé à 3h55 dans la zone de la salle. Ce détail peu compréhensible alors s'est éclairci depuis et il apparaît maintenant que l'heure de 3h57 correspond à la fois au dernier passage du propriétaire de l'Audi A3 devant les caméras de Pont-de-Beauvoisin (Savoie), à une nouvelle activation du mode avion de son téléphone juste après (+5 sec) et à l'arrivée des gendarmes à la salle polyvalente.

En raison des développements réguliers autour du suspect plus que par une véritable avancée dans l'enquête, l'Affaire Maëlys fait partie de l'actualité depuis cinq mois. Ainsi, la petite fille n'est-elle pas oubliée. Ceci étant, cinq mois plus tard, une question essentielle n'a toujours pas eu de réponse : A quelle heure Maëlys a-t-elle été vue pour la dernière fois ?

-

(*) Il s'agit de l'article dans lequel figure dès cette date la mention d'un contact à l'extérieur de la salle entre la fillette et le suspect, celui-ci lui intimant ensuite de rentrer par une autre porte que celle qu'il emprunte. Ce détail intéressera seulement les autres sites après qu'une importante chaîne d'infos en continu l'ai repris en janvier 2018.

11 décembre 2017

Affaire Maëlys : Toujours des questions



Maëlys, la petite fille de 9 ans qui a disparu au cours d'une fête de mariage peu de temps avant la rentrée scolaire 2017 n'a pas été retrouvée. Regard sur deux détails.

La grande salle polyvalente de Pont-de-Beauvoisin est construite sur les hauteurs de la commune et dispose de trois parkings, un à l'extérieur du périmètre de la salle, un devant l'entrée principale, et un plus grand à l'arrière. D'après une photo de Paris-Match et un documentaire de TF1/LCI celui situé devant la salle a servi pour le vin d'honneur des invités dont on ignore le nombre en totalité. Plus de 200, sans doute. Compte tenu du nombre d'invités et du nombre de places de stationnement (le plus grand parking fait 60 places), tout laisse à penser que de nombreuses voitures devaient être garées un peu partout, aussi bien dans l'allée menant plus bas vers le Lycée que le long de la D82.

Dès lors que le repas est commencé, le parking situé devant la salle est probablement devenu libre et certains invités ont pu rapprocher leur voiture de l'entrée. Une personne effectuant plusieurs allers et retours au cours de la nuit a même pu changer de place de stationnement à chaque retour. D'un autre côté, garer sa voiture devant l'entrée n'est pas synonyme de discrétion. Le moindre mouvement autour d'une voiture est remarqué par ceux qui sont dehors à fumer ou prendre l'air. Il ne faut pas ouvrir une porte "tu pars ?", le coffre "tu as un souci ?" le capot n'en parlons pas "tu es en panne ?"

Un ballon présent dans les déclarations

Comme disait Friedrich Nietzsche "Le diable est dans les détails". Aussi quand des enfants sont conviés à une fête, il arrive souvent qu'ils jouent au ballon. Et ce ballon appartient forcément à l'un d'entre eux. Et pas question pour son (ou sa) propriétaire de repartir sans ! Jouer avec un ballon n'est plus l'apanage des garçons, sauf que jouer en robe ne doit pas pour une petite fille être si facile que cela.

"Elle est peut-être venue chercher un ballon, parce qu'ils ont joué au ballon" dit le gardien de la salle, à propos des traces olfactives de la fillette trouvées sur la petite pelouse par les chiens policiers. 
"Elle était accompagnée par un petit garçon blond avec un ballon" dira le suspect pour se justifier que Maëlys soit montée quelques instants dans son Audi. Et puis l'avocat du suspect a révélé que la fillette a "joué au football" dans la salle vers 2h45, avec sa grand-tante, si l'on a bien compris. Etait-ce avec son propre ballon ou un autre enfant lui a-t-il prêté ? Combien de temps a-t-elle joué et qu'est devenu le ballon ? Maëlys est-elle sortie de la salle ensuite avec le ballon ? Quels enfants étaient encore présents ?

(photo : Pixabay.com)

25 novembre 2017

Trois mois sans Maëlys


Trois mois se sont écoulés depuis la disparition de Maëlys, cette fillette de 8 ans et demi venue du Jura avec ses parents et sa grande soeur pour assister à un mariage au Pont-de-Beauvoisin, dans l'Isère.

En cette fin du mois d'août, à quelques jours de la rentrée scolaire, la météo est capricieuse, mais un mariage, ici en montagne comme partout ailleurs, c'est un grand jour de fête, un moment de réjouissance et les filles de Jennifer et de Joachim s'y sont préparées avec soin. Robes blanches, fleurs blanches dans les cheveux et sandales blanches étaient de mise. Le blanc, signe de pureté.

Le grand parking, situé devant l'église de Saint-Jean-d'Avelanne était rempli de voitures, lavées, bichonnées pour la circonstance. Le rutilant cabriolet des mariés où avaient pris place Anne-Laure et Eddy se trouvait non loin de l'entrée de l'édifice religieux. A la sortie de la cérémonie, les mariés s'étant attardés à l'intérieur, les cloches ont sonné deux fois, un fait rarissime.

En passant plus tard dans Pont-de-Beauvoisin, le convoi ne passe pas inaperçu auprès de la population qui fait ses courses durant ce samedi après-midi. En centre ville, le propriétaire d'une boutique de vapotage et son voisin cafetier se préparent de leur côté à recevoir des invités, le premier ayant lancé une invitation auprès de sa clientèle locale pour tester les nouveautés proposées par son fournisseur.

Un peu plus loin, sur le trajet vers la salle polyvalente, c'est aussi la fête à la salle paroissiale et, comme ici tout le monde se connait, les saluts de la main répondent en coeur au tintamarre créé par les avertisseurs des voitures de deux-cent invités traversant la rue de Belley.

Le rendez-vous donné par les mariés est un peu plus haut, au dessus du complexe éducatif à l'architecture novatrice. Le convoi passe devant le gymnase et le Collège Jeanne-d'Arc pour arriver enfin sur le parking de la salle polyvalente. L'endroit est bien connu des habitants et des élus locaux, qui tiennent là régulièrement, ensemble, des réunions ou des présentations de projets.

Le gardien, qui occupe le chalet situé à l'entrée sous les arbres, n'en est pas à son premier mariage, et il a ouvert depuis tôt le matin la barrière pour permettre à la famille, au traiteur et à l'animateur, de finir de préparer les festivités. Tout le monde s'affaire depuis la veille afin de rendre cet événement inoubliable. Et le soleil est lui aussi présent. Le vin d'honneur se prolonge en fin d'après-midi, et les voisins proches viennent saluer les invités. 

Les smartphones eux, sont de la fête depuis plusieurs heures déjà. La ruée avait débuté dès que furent aperçus les mariés arrivant dans la décapotable. Manu, le photographe de la cérémonie, travaillait comme il le pouvait au milieu de la foule des invités, lors de l'union par la maire de Saint-Martin-de-Vaulserre, puis dans l'Eglise, et à la sortie de l'office. 

Plus tard dans l'après-midi, vient l'occasion de nouvelles prises de vue. Les mariés sont assis sur les bottes de paille disposées sur le parking devant la salle. Moment privilégié pour les photos de groupe. Les enfants sont priés de quitter leurs jeux pour venir s'asseoir aux aussi aux côtés d'Anne-Laure et d'Eddy pour la photo souvenir. Maëlys s'assoit à son tour, son regard se porte ailleurs que vers l'objectif.

Maëlys disparait de la salle polyvalente au cours de la nuit suivante. L'impensable se produit. La fillette semble littéralement se volatiliser entre 3h et 4h le dimanche 27 août. La fête s'arrête sans que les invités encore présents, pris dans l'ambiance de l'amusement, ne comprennent réellement ce qui se passe. Il leur faut pourtant se rendre à l'évidence, le cauchemar vient de commencer.

(photo: pexels.com)

07 octobre 2017

Affaire Maëlys : Débattue sur les réseaux sociaux, influence des séries TV ?



Ce samedi 7 octobre, six semaines après la disparition de Maëlys, les convives d'un nouveau mariage seront présents dans la grande salle polyvalente de Pont-de-Beauvoisin, un village inconnu jusqu'ici du grand public, situé au pied des Alpes à la limite de l'Isère et de la Savoie.

Après qu'un suspect ait été entendu puis relâché, puis de nouveau entendu et finalement écroué suite à la découverte d'une infime trace d'ADN sur un commutateur de sa voiture, les réseaux sociaux et autres forums se sont pris de passion pour cette triste affaire, inhabituelle.
Non que l'on s'habitue à ce que des enfants fuguent ou soient enlevés sur le chemin de l'école, mais une telle disparition est certainement un cas unique, et le fait qu'il y avait de nombreux invités encore présents dans la salle (et peut-être au dehors) à 2h45 du matin le dimanche 27 août en fera une affaire imprévisible, inimaginable, avec la principale question restée pour le moment inconnue du grand public : Que faisait précisément à 3h du matin cette petite fille de 8 ans et demi ?

Un engouement du public

Est-ce la conjugaison des circonstances, des personnages en présence et de l'absence du retour de Maëlys après quelques jours, est-ce le souvenir des drames passés que l'on retrouve sous l'appellation "Les Disparus de l'Isère", toujours est-il que les français (et pas seulement puisqu'on on reparle aussi de l'affaire Madeleine McCann) sont pris d'une passion pour l'Affaire Maëlys au point que certains se sont mis à critiquer cet engouement et que même l'admissibilité de la page Wikipédia qui lui est consacrée est actuellement débattue.
Le problème est qu'Internet est un tout et qu'il n'existe pas d'autorité pour décider ce qui doit s'y passer, à charge aux autorités respectives des Etats de décider qui doit y accéder et à quel contenu.
Mais il n'y a pas que cela.

La multiplication des séries policières françaises à la télévision est exponentielle. Toujours selon Wikipédia, depuis 1999 une cinquantaine sur TF1, plus d'une quarantaine sur France 2, une petite vingtaine sur France 3 et une dizaine de plus en ajoutant M6. Actuellement, pas moins d'une trentaine est en cours, pour seulement les trois premières chaînes de télévision. Les intrigues ayant comme sujet la disparition ou la maltraitance d'un enfant sont régulièrement au programme. Plus encore que dans les séries télévisées américaines, et tout le monde semble se féliciter des records d'audience.
Peut-on s'étonner après cela de ce qui se passe sur les réseaux sociaux à propos de Maëlys et du fait que chacun puisse y aller de son hypothèse, parfois farfelue ?

Les histoires développées au coeur des séries n'ont elles pas un fond de scénario qui, au fil du temps, monte crescendo dans la psychologie pour le moins troublée des personnages ? Plus encore, après avoir multiplié le nombre de chaînes avec l'arrivée de la Télévision numérique terrestre, les plus regardées ont chacune créé leur propre émission d'enquêtes criminelles, au point qu'il est parfois difficile de les distinguer, consacrées cette fois-ci à de vraies affaires. Et certaines à propos de la disparition de Maëlys ont déjà été diffusées. Pourtant, faute d'information officielle sur l'enquête, ou de révélation du seul suspect connu, le 7 octobre, le grand public en est de fait réduit aux hypothèses développées sur les réseaux sociaux et les forums.

(Photo Pixabay.com)

Le Noël pas comme les autres d'Agatha Christie

Agatha Christie a disparu durant 11 jours au début du mois de décembre 1926. Pour la romancière et sa fille Rosalind âgée de 7 ans, la fête ...