7 janvier 2018

Maëlys, Alexia, Célia et Christophe, trois disparitions en 3 mois



La disparition de Maëlys, le meurtre d'Alexia Daval, les disparus de l'Ariège. Trois affaires non résolues en seulement trois mois, trois faits-divers comportant une troublante géographie entre les disparus.

Fin août 2017, une fillette disparaît lors d'une fête de mariage en Isère. Deux mois et une journée plus tard, fin octobre, une jeune femme disparaît en faisant son jogging en Haute-Saône. Un mois après cet événement (toujours à la fin du mois), un père et sa fille s'évanouissent en Ariège. Trois affaires sans lien apparent.

Concernant le cas d'Alexia Daval, on peut lire, en majorité :

- La jeune femme de 29 ans, originaire de Gray (Haute-Saône)
- La jeune femme a disparu le 28 octobre à Gray
- le corps avait été retrouvé le 30 octobre dans un bois près de Gray (Haute-Saône)
- et cela inquiète les habitants de Gray, ville dont la jeune femme est originaire

et on trouve quelques :

- Enquête - Gray-la-Ville. Meutre d'Alexia Daval
- La jeune femme est partie à 9h30 de son domicile à Gray-la-Ville
- Madame Daval Alexia, née (le nom), de Gray-la-Ville - pour faire son footing...

ou encore :

- alertait le maire de Gray (Haute-Saône), à proximité de Gray-la-Ville

Ce qu'il faut comprendre c'est que Gray et Gray-la-Ville sont deux communes distinctes, qui sont voisines certes, mais avec chacune son maire et son code Insee. On peut à cette occasion se remémorer l'Affaire Maëlys, dans laquelle la disparition de la fillette se produit au Pont-de-Beauvoisin en Isère, et que le suspect, pour aller à son domicile, passe et repasse devant les caméras de Le-Pont-de-Beauvoisin, commune limitrophe située en Savoie.

A propos d'Alexia Daval, une recherche plus poussée permet d'observer que la malheureuse jogeuse de 29 ans habitait précisément à Gray-la-Ville.
Coïncidence ou hasard, la jeune disparue de l'Ariège, Célia Orsaz (18 ans) avait quant à elle passé le bac au Lycée Cournot de Gray au printemps dernier. A cela on peut ajouter une précision géographique, seulement 300 mètres séparent le domicile d'Alexia (révélé par certains médias) du Lycée où Célia était scolarisée avant de partir poursuivre ses études à Toulouse.

On ne peut bien entendu rien déduire de plus de cet élément factuel. Sans autres indices concordants, il s'agit d'un hasard géographique.
Disparu avec sa fille, on peut lire du père de Célia, Christophe Orsaz (46 ans et divorcé) qu'il est "amateur de randonnées" et même "un fanatique de randonnées en montagne". Il est présenté un peu partout comme "originaire de Haute-Saône". Pourtant, avec peu de recherche on trouve la page "Copains d'Avant" d'un certain Christophe Orsaz, âgé de 46 ans "accompagnateur en moyenne montagne" qui indique (à ce moment-là) vivre à Pontarlier, être séparé et avoir un enfant.

Après l'enlèvement de la petite Maëlys 9ans, on a appris que la maman de la fillette travaillait à Pontarlier, dans le Doubs. Un autre hasard géographique, qui n'est sans doute ici qu'un détail dans une affaire où les horaires sont les éléments principaux.
Ce qui ressort de cette cette page Copains d'Avant c'est qu'elle indique que Christophe Orsaz (s'il s'agit bien de la même personne, évidemment) a effectué sa scolarité en Isère depuis l'âge de 3 ans. 
Et dans ce département, plus spécialement à La-Tour-du-Pin, ville qui se trouve seulement à 19,3 Km de Pont-de-Beauvoisin par la D1006, cette route le long de laquelle se trouvent à la fois la fameuse station de lavage et les non moins connues caméras situées devant l'opticien-lunetier.

Il y a presque 35.500 communes en France. Constater de telles coïncidences géographiques entre les disparus de ces derniers mois apporte une dose supplémentaire de mystère.

(photo Pexels.com)

3 janvier 2018

Disparus au cours d'un mariage, 15 jours avant Maëlys




Une disparition d'enfant au cours de festivités d'un mariage, comme dans l'affaire Maëlys, en France ou à l'Etranger, s'est-elle déjà produite par le passé ? Selon les moteurs de recherche, à priori non. Ou plutôt si. On trouve un cas récent en France... 15 jours seulement avant celui de Pont-de-Beauvoisin, dans l'Isère.

Samedi 12 août 2017, à Laborde dans l'Yonne, près d'Auxerre, ce n'est pas un mais deux jeunes garçons qui disparaissent à 20h15 dans la salle des fêtes de Laborde. Ils sont âgés de 5 et 6 ans. L'Yonne est, comme l'Isère, un département dont le nom évoque immédiatement de douloureuses histoires de disparition d'enfants. La cinquantaine de convives du mariage effectue une première recherche dans les environs de la salle afin de retrouver Louane 5 ans, qui se trouve être le fils de la mariée, l'autre garçonnet, âgé de 6 ans, étant en fait l'oncle du premier.
Les recherches s'étant effectuées sans résultat, un peu plus d'une heure plus tard, à 21h20, la police est prévenue. Selon Le Figaro, avant de disparaître, les enfants s'amusaient devant la salle des fêtes, "au sein d'un espace ouvert donnant sur une zone pavillonnaire."
L'affaire est prise très au sérieux par le directeur départemental de la Police qui appelle des renforts et s'en suit la mise en place d'un important dispositif "dans la mesure où un bois étendu sur plusieurs kilomètres se situe à 150 mètres du lieu de la disparition." Laborde est situé dans une zone rurale, l'environnement au nord est boisé et ailleurs des champs entourent la commune. Pour les policiers les recherches s'annoncent difficiles.
La famille et les invités sont toute la soirée dans l'angoisse, durant des heures qui paraissent interminables.
A une heure du matin, un hélicoptère de la gendarmerie équipé d'un capteur thermique arrive sur place. Dix minutes plus tard, les enfants, frigorifiés, sont localisés allongés dans un ravin, au bord de l'A6. "L'un était habillé d'une chemise et d'un bermuda, l'autre d'une chemisette et d'un pantalon. «Ils voulaient voir les bois» affirme Jean-Michel Crinquand (ndr l'officier supérieur d'astreinte ce soir-là)." L'article du Figaro indique que, dans leur aventure, les enfants étaient passés par des champs de ronces, et précise que les festivités du mariage eurent finalement lieu à partir de deux heures du matin !

(photo : Pexel.com)

11 décembre 2017

Affaire Maëlys : Toujours des questions



Maëlys, la petite fille de 9 ans qui a disparu au cours d'une fête de mariage peu de temps avant la rentrée scolaire 2017 n'a pas été retrouvée. Regard sur deux détails.

La grande salle polyvalente de Pont-de-Beauvoisin est construite sur les hauteurs de la commune et dispose de trois parkings, un à l'extérieur du périmètre de la salle, un devant l'entrée principale, et un plus grand à l'arrière. D'après une photo de Paris-Match et un documentaire de TF1/LCI celui situé devant la salle a servi pour le vin d'honneur des invités dont on ignore le nombre en totalité. Plus de 200, sans doute. Compte tenu du nombre d'invités et du nombre de places de stationnement (le plus grand parking fait 60 places), tout laisse à penser que de nombreuses voitures devaient être garées un peu partout, aussi bien dans l'allée menant plus bas vers le Lycée que le long de la D82.

Dès lors que le repas est commencé, le parking situé devant la salle est probablement devenu libre et certains invités ont pu rapprocher leur voiture de l'entrée. Une personne effectuant plusieurs allers et retours au cours de la nuit a même pu changer de place de stationnement à chaque retour. D'un autre côté, garer sa voiture devant l'entrée n'est pas synonyme de discrétion. Le moindre mouvement autour d'une voiture est remarqué par ceux qui sont dehors à fumer ou prendre l'air. Il ne faut pas ouvrir une porte "tu pars ?", le coffre "tu as un souci ?" le capot n'en parlons pas "tu es en panne ?"

Un ballon présent dans les déclarations

Comme disait Friedrich Nietzsche "Le diable est dans les détails". Aussi quand des enfants sont conviés à une fête, il arrive souvent qu'ils jouent au ballon. Et ce ballon appartient forcément à l'un d'entre eux. Et pas question pour son (ou sa) propriétaire de repartir sans ! Jouer avec un ballon n'est plus l'apanage des garçons, sauf que jouer en robe ne doit pas pour une petite fille être si facile que cela.

"Elle est peut-être venue chercher un ballon, parce qu'ils ont joué au ballon" dit le gardien de la salle, à propos des traces olfactives de la fillette trouvées sur la petite pelouse par les chiens policiers. 
"Elle était accompagnée par un petit garçon blond avec un ballon" dira le suspect pour se justifier que Maëlys soit montée quelques instants dans son Audi. Et puis l'avocat du suspect a révélé que la fillette a "joué au football" dans la salle vers 2h45, avec sa grand-tante, si l'on a bien compris. Etait-ce avec son propre ballon ou un autre enfant lui a-t-il prêté ? Combien de temps a-t-elle joué et qu'est devenu le ballon ? Maëlys est-elle sortie de la salle ensuite avec le ballon ? Quels enfants étaient encore présents ?

(photo : Pixabay.com)

25 novembre 2017

Trois mois sans Maëlys


Trois mois se sont écoulés depuis la disparition de Maëlys, cette fillette de 8 ans et demi venue du Jura avec ses parents et sa grande soeur pour assister à un mariage au Pont-de-Beauvoisin, dans l'Isère.

En cette fin du mois d'août, à quelques jours de la rentrée scolaire, la météo est capricieuse, mais un mariage, ici en montagne comme partout ailleurs, c'est un grand jour de fête, un moment de réjouissance et les filles de Jennifer et de Joachim s'y sont préparées avec soin. Robes blanches, fleurs blanches dans les cheveux et sandales blanches étaient de mise. Le blanc, signe de pureté.

Le grand parking, situé devant l'église de Saint-Jean-d'Avelanne était rempli de voitures, lavées, bichonnées pour la circonstance. Le rutilant cabriolet des mariés où avaient pris place Anne-Laure et Eddy se trouvait non loin de l'entrée de l'édifice religieux. A la sortie de la cérémonie, les mariés s'étant attardés à l'intérieur, les cloches ont sonné deux fois, un fait rarissime.

En passant plus tard dans Pont-de-Beauvoisin, le convoi ne passe pas inaperçu auprès de la population qui fait ses courses durant ce samedi après-midi. En centre ville, le propriétaire d'une boutique de vapotage et son voisin cafetier se préparent de leur côté à recevoir des invités, le premier ayant lancé une invitation auprès de sa clientèle locale pour tester les nouveautés proposées par son fournisseur.

Un peu plus loin, sur le trajet vers la salle polyvalente, c'est aussi la fête à la salle paroissiale et, comme ici tout le monde se connait, les saluts de la main répondent en coeur au tintamarre créé par les avertisseurs des voitures de deux-cent invités traversant la rue de Belley.

Le rendez-vous donné par les mariés est un peu plus haut, au dessus du complexe éducatif à l'architecture novatrice. Le convoi passe devant le gymnase et le Collège Jeanne-d'Arc pour arriver enfin sur le parking de la salle polyvalente. L'endroit est bien connu des habitants et des élus locaux, qui tiennent là régulièrement, ensemble, des réunions ou des présentations de projets.

Le gardien, qui occupe le chalet situé à l'entrée sous les arbres, n'en est pas à son premier mariage, et il a ouvert depuis tôt le matin la barrière pour permettre à la famille, au traiteur et à l'animateur, de finir de préparer les festivités. Tout le monde s'affaire depuis la veille afin de rendre cet événement inoubliable. Et le soleil est lui aussi présent. Le vin d'honneur se prolonge en fin d'après-midi, et les voisins proches viennent saluer les invités. 

Les smartphones eux, sont de la fête depuis plusieurs heures déjà. La ruée avait débuté dès que furent aperçus les mariés arrivant dans la décapotable. Manu, le photographe de la cérémonie, travaillait comme il le pouvait au milieu de la foule des invités, lors de l'union par la maire de Saint-Martin-de-Vaulserre, puis dans l'Eglise, et à la sortie de l'office. 

Plus tard dans l'après-midi, vient l'occasion de nouvelles prises de vue. Les mariés sont assis sur les bottes de paille disposées sur le parking devant la salle. Moment privilégié pour les photos de groupe. Les enfants sont priés de quitter leurs jeux pour venir s'asseoir aux aussi aux côtés d'Anne-Laure et d'Eddy pour la photo souvenir. Maëlys s'assoit à son tour, son regard se porte ailleurs que vers l'objectif.

Maëlys disparait de la salle polyvalente au cours de la nuit suivante. L'impensable se produit. La fillette semble littéralement se volatiliser entre 3h et 4h le dimanche 27 août. La fête s'arrête sans que les invités encore présents, pris dans l'ambiance de l'amusement, ne comprennent réellement ce qui se passe. Il leur faut pourtant se rendre à l'évidence, le cauchemar vient de commencer.

(photo: pexels.com)

1 novembre 2017

Pont-de-Beauvoisin (Isère) : Cohésion public privé pour l'enseignement



Le territoire de la commune de Pont-de-Beauvoisin, dans l'Isère, est un lieu bénéficiant d'une harmonie entre école publique et privée.

Sur les hauteurs de la ville se trouve un complexe éducatif public à l'architecture audacieuse, le Lycée Charles-Gabriel Pravaz. Un peu plus bas vers le centre ville se situe le Collège Jeanne-d'Arc et plus bas encore, dans le bourg, le Lycée Privé du Guiers Val d'Ainan. La salle paroissiale Saint-Jacques-de-la-Marche, lieu festif, est entre les deux établissements scolaires privés.

Au dessus du complexe éducatif Pravaz et de la piscine municipale, on découvre la belle salle polyvalente de Pont-de-Beauvoisin, qui ne semble pas avoir encore de nom. Elle borde une zone boisée et est entourée d'un parking sur trois de ses côtés.

Un internat de soixante-dix lits

Un peu plus loin derrière le bâtiment se trouve un immeuble de couleur bleue. On l'aperçoit depuis le parking extérieur de la salle polyvalente. Il s'agit de l'internat du Lycée du Guiers Val d'Ainan. Opérationnel depuis la rentrée 2011, il a une capacité totale de 70 lits, ceci pour un coût de construction de 2,1 M€ financé, selon L'Essor 38, à hauteur de 50% par la région, 30% par le lycée et 20% par le conseil général de l'Isère.

Selon L'Essor 38, le choix de cet emplacement à été motivé par la proximité du Lycée Privé Guiers-Val-d'Ainan, situé "à une quinzaine de minutes à pied du bâtiment où se tiennent les cours". La décision d'utiliser ce terrain communal a aussi été déterminée par le souhait d'une certaine mixité entre public et privé « Nous voulions créer une unité des lieux d'enseignement » précisait à l'époque le maire de la commune.

En un même périmètre se trouvent en fait réunis l'école primaire, le collège Jeanne-d'Arc, le lycée Charles-Gabriel Pravaz, leurs divers équipements sportifs. Pour L'Essor38 "l'internat du Lycée Privé Guiers-Val-d'Ainan rejoint un grand pôle éducation implanté au fur et à mesure à l'entrée de la cité Pontoise."

Le Collège Jeanne d'Arc organise maintenant des représentations théâtrales à la salle polyvalente et les jeunes logeant à l'internat ainsi que les membres du personnel peuvent passer le long du parking pour se rendre vers cet immeuble. Un panneau routier indique comment rejoindre l'internat.

Un bel exemple d'une stratégie locale tournée vers la convivialité et le partage, inséré dans un cadre de vie privilégié.

(photo : Pixabay.com)

10 octobre 2017

De surprenants faits-divers se succèdent à Pont-de-Beauvoisin



Depuis plusieurs semaines, Le-Pont-de-Beauvoisin, au pied des Alpes, est sous le feu de l'actualité. Des faits-divers, plus surprenants les uns que les autres, se succèdent sur le territoire communal.

Voici une liste d'événements récents relatés par les sites ledauphine.com, france3-regions et le concours de fr.wikipedia.org. On peut constater que :

Le 22 juillet : Deux jeunes accrochent une tête de sanglier au dessus de la porte d'une salle de prière musulmane. Pour ces faits, le 5 octobre ils seront condamnés à des peines de prison avec sursis.

Le 27 août : Disparition de la petite Maëlys, âgée de 8 ans, dans ou devant la Salle polyvalente, lors d'une fête de mariage comprenant un grand nombre d'invités, près de 200.

Le 5 septembre : Un accident survenu sur le parking de l'Hypermarché U fait un mort et un blessé grave. Etant sortie en trombe d'une station-service proche, une voiture s'est retournée sur le parking.

Le 1er octobre, un feu de détritus et de souches se déclare dans l'entreprise de bois d'aménagement et de construction Sylvalpes, située Chemin du Champ de Tir.

Le 4 octobre, il est révélé qu'en l'espace de six semaines, à 70 reprises, une femme demeurant dans la commune jouait au Casino d'Aix-les-Bains avec la carte bancaire de son employeur.

Le 6 octobre, un camion-benne ayant sa flèche déployée arrache un caténaire à proximité de la gare SNCF, bilan : le traffic ferroviaire entre Chambery et Lyon est interrompu environ 24h.

Le 10 octobre, (je) découvre qu'il n'existe pas une commune de Pont-de-Beauvoisin mais deux. Celle où se trouve la salle polyvalente, Pont-de-Beauvoisin, se situe en Isère. L'autre, Le-Pont-de-Beauvoisin, est adjacente à la première et se trouve en Savoie, à côté de Domessin.

Ceci explique peut-être en partie la multiplication de faits-divers dont les Pontois ont à souffrir en 2017.

(Photo illustration Isère - Pixabay.com)

7 octobre 2017

Affaire Maëlys : Débattue sur les réseaux sociaux, influence des séries TV ?



Ce samedi 7 octobre, six semaines après la disparition de Maëlys, les convives d'un nouveau mariage seront présents dans la grande salle polyvalente de Pont-de-Beauvoisin, un village inconnu jusqu'ici du grand public, situé au pied des Alpes à la limite de l'Isère et de la Savoie.

Après qu'un suspect ait été entendu puis relâché, puis de nouveau entendu et finalement écroué suite à la découverte d'une infime trace d'ADN sur un commutateur de sa voiture, les réseaux sociaux et autres forums se sont pris de passion pour cette triste affaire, inhabituelle.
Non que l'on s'habitue à ce que des enfants fuguent ou soient enlevés sur le chemin de l'école, mais une telle disparition est certainement un cas unique, et le fait qu'il y avait de nombreux invités encore présents dans la salle (et peut-être au dehors) à 2h45 du matin le dimanche 27 août en fera une affaire imprévisible, inimaginable, avec la principale question restée pour le moment inconnue du grand public : Que faisait précisément à 3h du matin cette petite fille de 8 ans et demi ?

Un engouement du public

Est-ce la conjugaison des circonstances, des personnages en présence et de l'absence du retour de Maëlys après quelques jours, est-ce le souvenir des drames passés que l'on retrouve sous l'appellation "Les Disparus de l'Isère", toujours est-il que les français (et pas seulement puisqu'on on reparle aussi de l'affaire Madeleine McCann) sont pris d'une passion pour l'Affaire Maëlys au point que certains se sont mis à critiquer cet engouement et que même l'admissibilité de la page Wikipédia qui lui est consacrée est actuellement débattue.
Le problème est qu'Internet est un tout et qu'il n'existe pas d'autorité pour décider ce qui doit s'y passer, à charge aux autorités respectives des Etats de décider qui doit y accéder et à quel contenu.
Mais il n'y a pas que cela.

La multiplication des séries policières françaises à la télévision est exponentielle. Toujours selon Wikipédia, depuis 1999 une cinquantaine sur TF1, plus d'une quarantaine sur France 2, une petite vingtaine sur France 3 et une dizaine de plus en ajoutant M6. Actuellement, pas moins d'une trentaine est en cours, pour seulement les trois premières chaînes de télévision. Les intrigues ayant comme sujet la disparition ou la maltraitance d'un enfant sont régulièrement au programme. Plus encore que dans les séries télévisées américaines, et tout le monde semble se féliciter des records d'audience.
Peut-on s'étonner après cela de ce qui se passe sur les réseaux sociaux à propos de Maëlys et du fait que chacun puisse y aller de son hypothèse, parfois farfelue ?

Les histoires développées au coeur des séries n'ont elles pas un fond de scénario qui, au fil du temps, monte crescendo dans la psychologie pour le moins troublée des personnages ? Plus encore, après avoir multiplié le nombre de chaînes avec l'arrivée de la Télévision numérique terrestre, les plus regardées ont chacune créé leur propre émission d'enquêtes criminelles, au point qu'il est parfois difficile de les distinguer, consacrées cette fois-ci à de vraies affaires. Et certaines à propos de la disparition de Maëlys ont déjà été diffusées. Pourtant, faute d'information officielle sur l'enquête, ou de révélation du seul suspect connu, le 7 octobre, le grand public en est de fait réduit aux hypothèses développées sur les réseaux sociaux et les forums.

(Photo Pixabay.com)

Maëlys, Alexia, Célia et Christophe, trois disparitions en 3 mois

La disparition de Maëlys, le meurtre d'Alexia Daval, les disparus de l'Ariège. Trois affaires non résolues en seulement trois m...