16 mars 2018

Affaire Maëlys : Mystère sur l'enlèvement et la période antérieure



Rebondissements, imbroglios et démentis ont ponctué durant plus de six mois l'Affaire Maëlys. On sait finalement peu de choses sur la disparition de la fillette, venue participer, en compagnie de ses parents et de sa soeur aînée, à une fête familiale à Pont-de-Beauvoisin.


Lors de la triste découverte du 14 février, le Procureur de la République (de Grenoble) a indiqué ne pas vouloir revenir sur l'horaire de 2h45 comme étant celui de l'enlèvement de Maëlys, cette petite fille de presque 9 ans disparue fin août 2017 au cours d'une fête de mariage à Pont-de-Beauvoisin dans l'Isère. Il s'agirait d'un enlèvement éclair. On ignore à quelle heure le suspect serait parti de la salle. Et même ce qu'il faisait avant. On nous dit qu'à 2h45 précises, Maëlys aurait été enlevée. On ignore aussi ce que faisait la fillette avant cet enlèvement.

Souvenons-nous que certains témoins disant avoir vu Maëlys autour de 3h15 ne précisaient pas où elle se trouvait à ce moment-là. Un cousin de l'enfant avait dit qu'elle était dans la salle alors qu'il partait. Sa compagne confirmait l'heure de 3h15/3h20 et indiquait avoir elle aussi vu Maëlys. L'horaire avait été fixé selon le souvenir qu'elle avait de l'horloge en arrivant à leur domicile. Puis courant janvier ce cousin a apporté une modification à ses déclarations. Reprise par l'ensemble de la presse. Il n'était plus question de 3h15 mais d'une fourchette entre 2h45 et 3 heures du matin. Il indiquait que la mariée se trouvait à l'entrée de la salle. On imagine qu'elle saluait les invités quittant la fête.
Des cas de fillettes de 9-10 ans disparues
Lorsque Marion Wagon disparaît à Agen le 14 novembre 1996 entre 12h11 et 12h16 elle se trouve sur le trajet de retour de son école à son domicile. Estelle Mouzin disparaît à Guermantes le 9 janvier 2003, aussi sur le trajet de retour de son école vers son domicile, ceci peu après 18h15 ou entre 18h15 et 19h30. A Bièvres, le 27 juin 1987 dans l'après-midi, Sabine Dumont part seule à pied pour acheter un tube de peinture blanche à la librairie du centre ville. Le 5 mai 1987 vers 15h30, à Neuilly-sur-Marne, Virginie Delmas sort de l'appartement de ses parents pour aller sur l'esplanade au bas de l'immeuble. Elle est enlevée avant d'avoir rejoint ses copines.
Quant à Hemma Davy-Greedharry, le 30 mai 1987, vers 15h15 elle se rend seule depuis son domicile de Malakoff dans une librairie pour s'acheter une équerre avant d'être enlevée sur le chemin du retour, sur le Boulevard de Stalingrad. Plus près de Pont-de-Beauvoisin, le 8 juillet 1987, Charazed Bendouiou sort de son HLM de Bourgoin-Jallieu sans sa soeur ainée. Elle en profite pour descendre la poubelle au bas de l'immeuble. Personne depuis lors n'a revu la fillette. Quant à Saïda Berch, elle disparaît à Voreppe, le 24 novembre 1996 entre son domicile et le gymnase voisin.
La petite Perrine Vigneron n'a que 7 ans lorsque, le mercredi 3 juin 1987, aux environs de 16 heures, elle se rend seule à pied à son cours de poterie, distant de quelques centaines de mètres de son domicile à Bouleurs. Elle est enlevée en chemin. Quant à la petite britannique Madeleine McCann, âgée de presque 4 ans, sa disparition au Portugal le 3 mai 2007 entre 21h et 22 heures est régulièrement évoquée dans des reportages télévisés.
Où se trouvait Maëlys et que faisait-elle ? 
Dans toutes ces affaires d'enlèvements de fillettes, les proches (parents et/ou frères et soeurs) ont indiqué aussi précisément que possible ce que faisait leur enfant dans le laps de temps précédant sa disparition. Et à défaut d'avoir une heure toujours précise de l'évènement on sait, ou le trajet, ou le lieu de l'enlèvement. Pour l'Affaire Maëlys, c'est l'inverse, on dispose d'une heure très précise de l'enlèvement, mais on ignore, pour le moment, où se trouvait la petite fille et surtout ce qu'elle faisait. Si par exemple, elle jouait en compagnie d'autres enfants.
Non seulement on ignore ce que faisait Maëlys avant et au moment de son enlèvement (était-elle dans la salle, était-elle dehors ?) mais le plus curieux c'est que seul l'avocat du suspect a tenté d'apporter des éléments en ce sens. Sans doute les témoignages des convives peuvent-ils être fragiles pour donner, dans une fête de mariage, de horaires précis, seulement peuvent-ils l'être aussi pour les lieux ? En considérant 2h45 comme l'heure à laquelle Maëlys se serait "évaporée", ne serait-il pas judicieux de connaître son emploi du temps, ainsi que celui du suspect, à minima pour le quart d'heure précédent sa disparition ?
D'autant qu'en rejetant une disparition à une heure plus avancée dans la nuit (3h-3h30 du matin), on se retrouve de facto plus tôt ce dimanche matin, au sein d'une fête familiale comportant des invités plus nombreux. Dès lors, n'y avait-il personne aux abords de la salle polyvalente pour apercevoir quelque chose de...suspect ?

(Sources : Mieux disant, Wikipedia, divers sites consultés. Photo : Pexels.com)
V2. Initialement publié à 16h22 sur Mieux disant puis dépublié par la modération du Nouvel Obs.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enfants disparus : Les disparitions par jour de semaine

Le 25 mai est la Journée Internationale des enfants disparus. Et bien que chaque personne ayant encore ses parents demeure toujours l...